Jouer et Faire. Vive la musique !

Répondre
Jean-Luc

Jouer et Faire. Vive la musique !

Message par Jean-Luc » lun. 13 mai 2019, 9:27

Lisez attentivement et vous aussi André pour éviter des inconvénients :
a) Il joue DU piano. Du = de+le, on parle de l'article contracté.
b) Il fait DU piano. Du = *de+le, on parle de l'article massif. Ici, le "de" n'est vraiment pas un préposition, il s'agit d'un élément propre de l'article partitif.
**Les deux constructions des phrases sont transitives mais indirecte et directe respectivement.

La preuve incontestable :
Il ne joue pas DU piano mais il ne fait pas DE piano.

c) Il joue AU football.
d) Il joue une sonate AU piano.
e) L'enfant joue AU piano. Cette phrase est très criticable, mais d'après certains, la phrase pourrait être valable si on veut dire que l'enfant joue d'une façon imaginaire, c-a-d le piano n'existe pas.

André (G., R.)
Messages : 6485
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Re: Jouer et Faire. Vive la musique !

Message par André (G., R.) » lun. 13 mai 2019, 14:26

Jean-Luc a écrit :
lun. 13 mai 2019, 9:27
Lisez attentivement et vous aussi André pour éviter des inconvénients :
:lol: :lol: :lol:
Je ne pensais pas, lorsque je me suis inscrit sur FNBL, y rencontrer un jour un cotélépapoteur qui ferait autant d'efforts pour me faire comprendre, sans le dire vraiment, qu'il me prend pour un imbécile ! Ne vous donnez plus cette peine, je suis très conscient de mes limites !
Jean-Luc a écrit :
lun. 13 mai 2019, 9:27
a) Il joue DU piano. Du = de+le, on parle de l'article contracté.
b) Il fait DU piano. Du = *de+le, on parle de l'article massif. Ici, le "de" n'est vraiment pas un préposition, il s'agit d'un élément propre de l'article partitif.
**Les deux constructions des phrases sont transitives mais indirecte et directe respectivement.
La preuve incontestable :
Il ne joue pas DU piano mais il ne fait pas DE piano
Je n'ai jamais douté de tout cela (ou alors, il y a bien longtemps ! :lol: ). Où voulez-vous en venir ?
Jean-Luc a écrit :
lun. 13 mai 2019, 9:27
c) Il joue AU football.
d) Il joue une sonate AU piano.
e) L'enfant joue AU piano. Cette phrase est très criticable, mais d'après certains, la phrase pourrait être valable si on veut dire que l'enfant joue d'une façon imaginaire, c-a-d le piano n'existe pas.
« Jouer à » a effectivement plusieurs acceptions, le Grand Robert consacre deux pages à ce verbe.

Une fillette dit qu'elle joue à la maman : elle fait semblant, par jeu, d'être une mère. Mais « L'enfant joue au piano » ne m'évoque pas un enfant faisant semblant de jouer du piano, ce n'est toutefois que mon avis. Je pense, si j'entends cette phrase, que l'enfant joue à côté du piano.

Je peux imaginer « jouer au piano », sans le nom de l'œuvre interprétée, dans une autre situation : je vais à un concert de Vittorio FORTE, qui doit jouer du Carl Philipp Emanuel BACH ; je dis à une personne qui m'accompagne « J'aime bien le clavecin, mais je préférerais entendre Abschied au piano » ; mon accompagnateur réplique « Je crois qu'il ne va jouer qu'au piano ». Mais il s'agit peut-être d'un cas particulier, le C.O.D. de jouer (« les œuvres prévues » par exemple) étant potentiellement sous-entendu.
« Personne n'a jamais douté de l'homonymie d'heure et heurt » : celui qui conclut ainsi un échange qu'il a lancé, en parlant sans restriction du « paronyme heurt » d'« heure », MENT et MÉPRISE son interlocuteur.

Jean-Luc

Re: Jouer et Faire. Vive la musique !

Message par Jean-Luc » lun. 13 mai 2019, 15:20

Merci André de vos renseignements, c'est un sujet assez intéressant et vos dernières remarques je les ignorais. En fait, pas souvent le verbe jouer peut avoir un COD à la place d'un COI. Un exemple : Il joue une sonate AU piano.

André (G., R.)
Messages : 6485
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Re: Jouer et Faire. Vive la musique !

Message par André (G., R.) » lun. 13 mai 2019, 16:16

Jean-Luc a écrit :
lun. 13 mai 2019, 15:20
Merci André de vos renseignements, c'est un sujet assez intéressant et vos dernières remarques je les ignorais. En fait, pas souvent le verbe jouer peut avoir un COD à la place d'un COI. Un exemple : Il joue une sonate AU piano.
Je ne comprends pas pourquoi vous écrivez AU en majuscules. Dans cette phrase, le C.O.D. est, bien sûr, « une sonate ». Et je ne dirais pas non plus que ce C.O.D. est utilisé « à la place d'un C.O.I. » : je crois que les linguistes constatent deux sortes de transitivité de jouer, la directe (il joue un adagio), l'indirecte (il joue de la guitare), ils ne disent pas que l'une remplace l'autre.

Par ailleurs, l'affaire se complique lorsque
• « Il joue de la guitare » répond à la question de langage populaire « Il joue quoi ? », valant « De quoi joue-t-il ? », ou que
• l'interprète affirme « jouer pour la première un piano aussi mal accordé ».

Ne laissons pas croire non plus que dans « Il joue une sonate au piano », « au piano » serait C.O.I. Complément indirect, certes, mais circonstanciel de moyen.
« Personne n'a jamais douté de l'homonymie d'heure et heurt » : celui qui conclut ainsi un échange qu'il a lancé, en parlant sans restriction du « paronyme heurt » d'« heure », MENT et MÉPRISE son interlocuteur.

Jean-Luc

Re: Jouer et Faire. Vive la musique !

Message par Jean-Luc » mar. 14 mai 2019, 18:10

Si on continue avec le DU, un autre exemple :
Ce livre propose DU contenu très intéressant. On sait bien que le verbe proposer est plûtot transitif direct. Mais dans cette phrase le DU, c'est quoi ?
Un article massif ou un article contracté ?

Ce lien (vous) propose DU contenu agréable :

https://tse2.mm.bing.net/th?id=OGC.2864 ... PJwUcl2TAw

Leclerc92
Messages : 1837
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: Jouer et Faire. Vive la musique !

Message par Leclerc92 » mar. 14 mai 2019, 19:24

Un article massif.
Idéfix, maniaque malcomprenant, signe en toute impunité depuis des mois : "Bla bla bla [...] celui qui conclut ainsi un échange [...] MENT et MÉPRISE son interlocuteur."
En répétant cette signature insultante, Idéfix MÉPRISE tout le forum.

Jean-Luc

Re: Jouer et Faire. Vive la musique !

Message par Jean-Luc » mar. 14 mai 2019, 19:37

Leclerc92 a écrit :
mar. 14 mai 2019, 19:24
Un article massif.
Alors, ce lien ne vous propose pas DE contenu intéressant, ou..?
https://tse2.mm.bing.net/th?id=OGC.fca3 ... bNLekGZcTg

JE PENSE PAREILLEMENT COMME VOUS. (article partitif)
https://tse1.mm.bing.net/th?id=OGC.d953 ... ljdKkF6URw

André (G., R.)
Messages : 6485
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Re: Jouer et Faire. Vive la musique !

Message par André (G., R.) » mer. 15 mai 2019, 13:11

Jean-Luc a écrit :
mar. 14 mai 2019, 18:10
Ce livre propose DU contenu très intéressant. On sait bien que le verbe proposer est plutôt transitif direct. Mais dans cette phrase, DU, c'est quoi ?
Un article massif ou un article contracté ?
L'un et l'autre, me semble-t-il (mots mis en gras par moi).

Je crois que, dans « Ce livre propose du contenu très intéressant », « du » est à la fois :
• un véritable article : on peut parler, quoique ce ne soit pas des plus heureux, d'un « livre avec du contenu très intéressant », d'une « soirée avec de la bonne musique »..., où la présence de la préposition « avec » rendrait pour le moins bizarre la prise en compte d'une autre préposition (de),
• un véritable article contracté (« de le »), ainsi que le montre « de la » dans « avec de la bonne musique », et :
• un véritable article massif : le nom auquel il se rapporte, « contenu », n'est pas susceptible d'être dénombré, il désigne une masse.

À ma connaissance, en français contemporain, « proposer » n'est que transitif direct.
« Personne n'a jamais douté de l'homonymie d'heure et heurt » : celui qui conclut ainsi un échange qu'il a lancé, en parlant sans restriction du « paronyme heurt » d'« heure », MENT et MÉPRISE son interlocuteur.

Jean-Luc

Re: Jouer et Faire. Vive la musique !

Message par Jean-Luc » mer. 15 mai 2019, 14:00

André, merci beaucoup d'y avoir ajouté plus d'information.

Une remarque :
Si je dis : Elle m'a proposé DE LA bonne musique. Si "DE LA" est une préposition+ l' article défini à valeur d'un article contracté, ça veut dire qu'il s'agit d'un COI, non ?
Si c'était le cas, on serait face à un cas de transitif indirect.

André merci pour votre remarque :wink: :wink: Je corrige.
Dernière modification par Jean-Luc le mer. 15 mai 2019, 17:39, modifié 3 fois.

André (G., R.)
Messages : 6485
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Re: Jouer et Faire. Vive la musique !

Message par André (G., R.) » mer. 15 mai 2019, 17:29

Vous m'étonnez beaucoup. « Contracté » a un sens précis : Se dit d'un mot formé de deux éléments réunis en un seul (du pour de le, par ex.) (Larousse). « Au » et « ès » sont ainsi les contractions de « à le » et de « en les ».

« De la » n'est justement pas une forme contractée. C'est :
• soit un article que je dirais peut-être « composé », à valeur plutôt d'indéfini (les deux mots représentent une seule nature grammaticale), dans « Je bois de la bière »,
• soit une préposition et un article défini, dans « Il sort de la bibliothèque » (deux natures grammaticales, donc).

Dans « Je bois de la bière », « de » n'est qu'historiquement une préposition. Relisez, s'il-vous-plaît, ma dernière intervention, que l'on peut compléter en expliquant que « De la bonne musique » répond, par exemple, à « Qu'écoutez-vous ? » (« Vous écoutez quoi ? ») et non à « De quoi écoutez-vous ? »
« Personne n'a jamais douté de l'homonymie d'heure et heurt » : celui qui conclut ainsi un échange qu'il a lancé, en parlant sans restriction du « paronyme heurt » d'« heure », MENT et MÉPRISE son interlocuteur.

Jean-Luc

Re: Jouer et Faire. Vive la musique !

Message par Jean-Luc » mer. 15 mai 2019, 18:16

Elle m'a proposé DE LA bonne musique. DE LA = Article partitif. Je profite cet article pour poser une quetion :

Que tu es bête != comme tu es bête != ce que tu peux être bête !. Les trois phrases, j'imagine que disent la même chose.

André (G., R.)
Messages : 6485
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Re: Jouer et Faire. Vive la musique !

Message par André (G., R.) » jeu. 16 mai 2019, 11:10

Jean-Luc a écrit :
mer. 15 mai 2019, 18:16
Que tu es bête ! = Comme tu es bête ! = Ce que tu peux être bête ! Les trois phrases, j'imagine qu'elles disent la même chose.
Il me semble bien, oui.

À propos de « Ce livre propose du contenu très intéressant », on peut remarquer que la valeur partitive de « du » y est éventuellement très forte sous la plume d'un critique littéraire ironique !
« Personne n'a jamais douté de l'homonymie d'heure et heurt » : celui qui conclut ainsi un échange qu'il a lancé, en parlant sans restriction du « paronyme heurt » d'« heure », MENT et MÉPRISE son interlocuteur.

Répondre