La féminisation, encore !

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

La féminisation, encore !

Message par Jacques » jeu. 29 mars 2007, 9:12

Il y a quelque jours nous avons regardé un feuilleton français. L'un des personnages principaux était une femme, maire de sa commune. J'ai remarqué avec satisfaction que, tout au long de l'intrigue, les autres protagonistes disaient tous madame le maire. Est-ce grâce au dialoguiste, à l'exigence du réalisateur ? Quand ils parlaient d'elle entre eux, ils disaient aussi assez souvent la mairesse, non par moquerie mais avec une sorte d'affection, de sympathie. Je croyais qu'il s'agissait d'un néologisme que je qualifierais d'heureux, puisqu'il évince « la maire » que j'ai entendu le lendemain aux informations télévisées, et qui outre son caractère de barbarisme, crée une confusion avec la mère. Or je m'aperçois qu'il figure dans mon Robert, qui le définit : femme exerçant les fonctions de maire.
On a de temps en temps de ces petites satisfactions qui agrémentent l'existence. Donc tout espoir n'est pas perdu au royaume de dame télévision.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7063
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » jeu. 29 mars 2007, 9:44

C'est curieux, j'ai toujours cru que la mairesse était l'épouse du maire :!:

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » jeu. 29 mars 2007, 10:09

claude a écrit :C'est curieux, j'ai toujours cru que la mairesse était l'épouse du maire :!:
À l'origine oui, parce que l'accès à la fonction n'était pas possible aux femmes. Mais depuis que ces dames y ont leur place, le vocabulaire a évolué.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Invité

Re: La féminisation, encore !

Message par Invité » jeu. 29 mars 2007, 20:13

jac a écrit : On a de temps en temps de ces petites satisfactions qui agrémentent l'existence. Donc tout espoir n'est pas perdu au royaume de dame télévision.
Je constate avec satisfaction que vous commencez à partager un peu de mon optimisme, Jac, quant au regain d'intérêt pour l'orthographe et le bien parler qu'on voit se manifester ici et là, chez des locuteurs dont ce n'est pas pourtant le premier souci.
Exemple aujourd'hui même; j'assiste à une réunion ayant pour thème l'informatique.
A ma grande surprise j'entends dire au lieu du sempiternel "reporting" le mot "compte rendu" qui le remplace tout à fait avantageusement.
Il est vrai qu'un autre orateur a préconisé de "redonder" certains postes et "prioriser" les tâches, bref qu'il fallait de temps à autre faire des "refresh" de l'information.
Rien n'est parfait.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » jeu. 29 mars 2007, 22:03

La question étant, d'après ce que vous nous contez : qu'est-ce qui est préférable ? L'anglicisme pur et dur, ou le barbarisme originaire de la langue française ? Votre exemple de petit progrès est caractéristique, car l'informatique est un domaine où l'anglomanie est reine ; même lorsqu'il existe des termes français, nombreux sont ceux qui leur substituent l'anglicisme : firewall au lieu de pare-feu, trojan au lieu de cheval de Troie (ou troyen), downloader pour télécharger, car la manie est de plus en plus fréquente de donner une terminaison française à un mot anglais.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
JR
Messages : 1301
Inscription : mer. 29 nov. 2006, 16:35
Localisation : Sénart (décédé le 15 mai 2013)
Contact :

Message par JR » ven. 30 mars 2007, 8:33

jac a écrit : qu'est-ce qui est préférable ? L'anglicisme pur et dur, ou le barbarisme originaire de la langue française ?
En règle générale (il peut y avoir des exceptions), je préfère le barbarisme : quand il est bien fait, il est compréhensible, répond à un besoin, et peut progressivement être intégré dans un vocabulaire qui a toujours besoin d'évoluer. Souvent, l'anglicisme est parfaitement incompréhensible pour les non-initiés. Ainsi, les premières fois où j'ai entendu parler de faillewolle, je suis resté perplexe : il n'y a pas de feu dans les réseaux, et la traduction "pare feux" reste peu parlante; j'aurais préféré quelque chose comme sas, herse . . . :?:
L’ignorance est mère de tous les maux.
François Rabelais

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » ven. 30 mars 2007, 9:10

On peut considérer que certains néologismes sont profitables à l'évolution de la langue. Ce que j'appelle barbarismes, ce sont des créations irrecevables, comme cet affreux solutionner qui se substitue indûment à résoudre et, bien entendu, des féminisations anarchiques comme la procureure ou, pire encore, l'adjonction d'un article féminin devant un nom masculin : la médecin, entre autres. Certains néologismes, condamnés jadis, ont à présent leur place dans la langue. C'est l'évolution naturelle, qui crée l'outil lexical dont nous avons besoin en fonction de l'évolution des techniques ou des réalités de l'époque.
J'ai toujours été étonné aussi par le terme de pare-feu, car il ne correspond pas à la définition de ce mot tel qu'il est utilisé en dehors de l'informatique. Il s'agit plutôt d'un bouclier, puisqu'il est destiné à empêcher, soit la fuite d'informations vers l'extérieur, soit l'intrusion de pirates. Le choix n'est vraiment pas heureux.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

ricoxy

Message par ricoxy » mer. 04 avr. 2007, 18:55

J'ai toujours été étonné aussi par le terme de pare-feu
Ça vaut mieux, ce me semble, que le terme firewall utilisé par nombre de concepteurs d'anti-virus, et que nombre de personnes prononcent phirewale

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » mer. 04 avr. 2007, 19:58

ricoxy a écrit :
J'ai toujours été étonné aussi par le terme de pare-feu
Ça vaut mieux, ce me semble, que le terme firewall utilisé par nombre de concepteurs d'anti-virus, et que nombre de personnes prononcent phirewale
Je suis pleinement d'accord, et terriblement agacé par cette manie qu'ont certains d'utiliser les termes anglais alors qu'il existe des traductions françaises bien adaptées. Il n'y a qu'à faire un tour sur les forums d'informatique.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Leclerc92
Messages : 1919
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: La féminisation, encore !

Message par Leclerc92 » mer. 11 sept. 2019, 11:21

Jacques a écrit :
jeu. 29 mars 2007, 9:12
Il y a quelque jours nous avons regardé un feuilleton français. L'un des personnages principaux était une femme, maire de sa commune. J'ai remarqué avec satisfaction que, tout au long de l'intrigue, les autres protagonistes disaient tous madame le maire. Est-ce grâce au dialoguiste, à l'exigence du réalisateur ? Quand ils parlaient d'elle entre eux, ils disaient aussi assez souvent la mairesse, non par moquerie mais avec une sorte d'affection, de sympathie. Je croyais qu'il s'agissait d'un néologisme que je qualifierais d'heureux, puisqu'il évince « la maire » que j'ai entendu le lendemain aux informations télévisées, et qui outre son caractère de barbarisme, crée une confusion avec la mère. Or je m'aperçois qu'il figure dans mon Robert, qui le définit : femme exerçant les fonctions de maire.
Plus de dix ans se sont écoulés et le débat n'est pas clos. Dans un article en ligne de ce jour, je lis :
Dans une publication Facebook, Jean-Jacques Briday s’en est pris à l’actuelle maire de Fresnes, l’accusant d’avoir saisi la presse.
[...]
Dans un communiqué de presse publié mardi sur Facebook, qu’il nomme sa « seule expression publique » et qu’il transforme en son propre « J’accuse ! », l’ancien maire de Fresnes s’en prend à sa successeure, la maire (PS) Marie Chavanon :
En lisant "l'actuelle maire de Fresnes", j'ai d'abord cru à un accord fautif sous l'influence de "mère". La suite de l'article montre cependant qu'il s'agit bien de la maire. On note au passage le choix de la "succcesseure" qui déplaît aux uns et plaît aux autres !
viewtopic.php?p=27715#p27715
viewtopic.php?p=74581#p74581

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7063
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: La féminisation, encore !

Message par Claude » ven. 13 sept. 2019, 8:54

Lu dans mon quotidien, en titre : « Unetelle, nouvelle professeur des CE1 - CE2 ».
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

André (G., R.)
Messages : 6715
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Re: La féminisation, encore !

Message par André (G., R.) » ven. 13 sept. 2019, 11:52

C'est malheureusement conforme à ce qu'on lit à l'entrée PROFESSEUR, E du Larousse : Au féminin, on rencontre aussi une professeur. Comment ne pas partager la contrariété du regretté Jacques à propos de l'insuffisance des recommandations dans les dictionnaires contemporains ? Qu'« on rencontre aussi une professeur » est indubitable ! Mais cela reste peu recommandable !

Avatar de l’utilisateur
Yeva Agetuya
Messages : 1011
Inscription : lun. 22 juin 2015, 1:43

Re: La féminisation, encore !

Message par Yeva Agetuya » sam. 14 sept. 2019, 21:41

Une professeuse sonne mal et une professoresse est un peu lourd.

André (G., R.)
Messages : 6715
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Re: La féminisation, encore !

Message par André (G., R.) » dim. 15 sept. 2019, 9:47

Oui, je tends à croire que « professeure » va s'imposer.
Pour « auteure », je serai moins catégorique : la préférence qu'avait Jacques pour « autrice » commence à être partagée par des gens soucieux de bon français, me semble-t-il.
Sans rapport avec les féminisations : der Professor (homme) et die Professorin (femme) ne concernant en allemand que les enseignants universitaires, je ne suis pas encore tout à fait accoutumé à l'utilisation de leurs correspondants français pour ceux qu'on appelait jadis instituteur et institutrice.

André (G., R.)
Messages : 6715
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Re: La féminisation, encore !

Message par André (G., R.) » lun. 16 sept. 2019, 10:41

La maître ?

Autant je pense que notre époque ne pouvait pas faire l'économie de certaines féminisations, autant il me semble que bon nombre d'épicènes doivent être maintenus.
Un article de mon journal cite ainsi une avocate, Florence Rault :
Choquée par l'attitude de Guy Lamorlette, Me Rault espère « qu'il aura la décence de retirer son pourvoi en cassation » (lettre mise en gras par moi).
Bien sûr, « maître » n'est pas épicène dans la majorité de ses emplois, mais je considère qu'il l'est lorsqu'il s'agit du titre donné aux avocats et aux notaires. L'accord au féminin du participe apposé « choquée » suppose obligatoirement, je crois, que le nom complété soit du même genre :
Choquée par l'attitude de X, madame Y espère...
Choqué par l'attitude de X, maître Y espère...

À moins que le journaliste ait pensé à « maîtresse » en écrivant « Me » ?

Répondre