Recru de fatigue

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7946
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Recru de fatigue

Message par Perkele » dim. 10 mai 2020, 13:13

Cherchant si l'adjectif "recru" avait une famille, je m'aperçois qu'il signifie "épuisé".

Il est donc possible d'être recru de souffrance, d'ennuis, de tracas, de travail, de gesticulation, mais peut-on être, comme on le dit le plus souvent, "recru de fatigue" sans commettre un pléonasme ?
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Leclerc92
Messages : 2325
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: Recru de fatigue

Message par Leclerc92 » dim. 10 mai 2020, 14:08

C'est un pléonasme, mais pas un péché puisqu'il est absout par l'Académie :
■ Harassé, épuisé, à bout de forces. Un cheval recru.
S’emploie surtout avec un complément introduit par la préposition de. Être recru de fatigue. Par extension. Être recru de souffrances, en être accablé.
https://www.dictionnaire-academie.fr/article/A9R1012
Dans un écrit soutenu, on peut se permettre de l'employer seul :
Par pitié, ne racontez plus ces gastronomies anciennes à de pauvres diables affamés et recrus comme des chiens de chasse (Gautier, Fracasse, 1863, p. 61).
Il était trop recru pour trouver, dans sa poitrine, l'haleine d'un hurlement (Duhamel, Passion J. Pasquier, 1945, p. 215).
https://www.cnrtl.fr/definition/recru

Leclerc92
Messages : 2325
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: Recru de fatigue

Message par Leclerc92 » jeu. 21 mai 2020, 17:26

Grevisse a fait un développement sur cette question :
Image
https://books.google.fr/books?id=SX0wDQ ... &q&f=false

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7946
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Re: Recru de fatigue

Message par Perkele » ven. 22 mai 2020, 8:30

Merci Leclerc pour cette précision.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Répondre