Madame de Sévigné, nouvelle ..."élève"?!

Pour ceux qui désirent se présenter
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7122
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: Après la présentation, c'est parti...

Message par Claude » lun. 12 oct. 2009, 8:55

Jacques a écrit :...Regardez en haut, sous le titre du forum, vous avez une fonction recherche. Mais si vous posez une question à laquelle il a déjà été répondu, Claude se fera un plaisir de vous renseigner...
À bon entendeur, salut ! Madame la marquise. :lol: Et ne vous gênez pas, ce sera avec un plaisir non dissimulé, sinon je vais m'encroûter.

PS : En voulant chercher la différence exacte entre asexué et bisexué, j'ai trouvé que Claude est un prénom épicène ;quel joli qualificatif !

huit_six

Message par huit_six » lun. 12 oct. 2009, 9:06

Jacadi :
Le sexe faible, ce sont les hommes, évidemment.
En raison de leur faible pour l'autre sexe ?

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » lun. 12 oct. 2009, 10:09

Tout juste !
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Madame de Sévigné
Messages : 687
Inscription : ven. 09 oct. 2009, 22:50
Localisation : Nantes

Message par Madame de Sévigné » lun. 12 oct. 2009, 10:12

Joli, huit-six :D

La réciproque est valable, est-il besoin de le souligner?

Entre nous, j'ai écrit "deuxième sexe" et non pas "sexe faible"! 8)

Alors, Claude, et sororité? Mot que je ne trouve pas dans les dictionnires. Merci d'avance pour vos lumières.:idea:

Amicalement
Sévigné

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » lun. 12 oct. 2009, 10:25

Pardonnez-moi, chère marquise, de « chipoter » sur les mots, et, sans vous vexer, deuxième sexe m'embarrasse, car cela sous-entendrait qu'il en existe un troisième, ce que laisse aussi supposer l'étrange nom anglais du « Middlesex ». Je choisirais donc second sexe, si cela vous agrée.

Il fallait bien vous taquiner un peu pour votre intronisation ! Maintenant vous êtes vraiment des nôtres.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Madame de Sévigné
Messages : 687
Inscription : ven. 09 oct. 2009, 22:50
Localisation : Nantes

A l'attention de Jacques

Message par Madame de Sévigné » lun. 12 oct. 2009, 12:39

"Le deuxième sexe", je ne faisais que citer, bien humblement, Simone de Beauvoir, qui a sa place dans cette discussion.
y a-t-il encore des épreuves, bizutage et autres rites de passage? :lol:
On ne s'ennuie pas chez vous? Cela me plaît! :!:
Avec tout mon amitié
Sévigné

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » lun. 12 oct. 2009, 12:55

Non, le bizutage est terminé, vous avez subi l'épreuve avec succès. Notre fierté, c'est de pouvoir discourir sur des sujets fort sérieux en y mêlant une pointe d'humour.
Vous me rendriez un immense service si vous connaissiez le nom de celui qui a dit : « Une journée où l'on n'a pas ri est une journée perdue ».
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Marco
Messages : 990
Inscription : jeu. 09 juin 2005, 23:36

Message par Marco » lun. 12 oct. 2009, 13:03

Madame de Sévigné a écrit :Alors, Claude, et sororité? Mot que je ne trouve pas dans les dictionnires. Merci d'avance pour vos lumières.:idea:
Bonjour, j’ai trouvé sororité dans le TLFi:

SORORITÉ, subst. fém.
A. – 1. Communauté de femmes. La communauté des dévadâsîs [prostituées sacrées en Inde] ressemblait plus, en fait, à une sororité de nonnes (admettant à côté d’elle des frères convers) qu’à une caste véritable groupant des familles régulièrement constituées (J. VARENNE, Le Tantrisme. La Sexualité transcendée, 1977, p. 127).
2. Association ou résidence d’étudiantes aux États-Unis. Nous étions arrivés à hauteur de la sororité d’Elizabeth, une maison sudiste traditionnelle, réplique des fraternités de mon propre collège (Ph. LABRO, L’Étudiant étranger, 1986, p. 212).
B. – [Dans le lang. féministe] Rapport de similitude, de solidarité qui unit les femmes en tant que partageant pareillement la condition féminine. Le féminisme j’en ai MARRE! (...) est-ce que tu te sens comme un agneau terrifié chaque fois que tu rentres chez toi à onze heures du soir? – non – mais en le disant tu bafoues la sororité (Cl. BRÉTECHER, Les Frustrés ds Le Nouvel Observateur, 16 janv. 1978, p. 63, col. 2).

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » lun. 12 oct. 2009, 14:04

Communauté de femmes : le mot est donc dérivé de sœur ; cette origine se révèle quand on découvre la définition. A priori on n'y penserait pas. Je suppose qu'il est l'équivalent féminin de fraternité.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 3952
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert » lun. 12 oct. 2009, 14:56

Jacques a écrit :Vous me rendriez un immense service si vous connaissiez le nom de celui qui a dit : « Une journée où l'on n'a pas ri est une journée perdue ».
Selon ce que j'ai trouvé sur Internet, il s'agirait de Voltaire.

On y trouve aussi, de Chamfort : « La seule journée complètement perdue, est celle où l'on n'a pas ri »

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7122
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » lun. 12 oct. 2009, 15:51

Sororité ne m'est pas inconnu ; pourquoi ?
Parce que nous en avions déjà parlé.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » lun. 12 oct. 2009, 17:30

Jacques-André-Albert a écrit :
Jacques a écrit :Vous me rendriez un immense service si vous connaissiez le nom de celui qui a dit : « Une journée où l'on n'a pas ri est une journée perdue ».
Selon ce que j'ai trouvé sur Internet, il s'agirait de Voltaire.

On y trouve aussi, de Chamfort : « La seule journée complètement perdue, est celle où l'on n'a pas ri »
Merci, il me semble que la seconde est celle qui s'en approcherait (bien que je ne connaisse pas la première).
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7595
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » lun. 12 oct. 2009, 18:06

huit_six a écrit :Jacadi :
Le sexe faible, ce sont les hommes, évidemment.
En raison de leur faible pour l'autre sexe ?
Oui, mais l'autre sexe a aussi un faible pour l'autre sexe que lui...

Et pourquoi le sexe féminin ne serait-il pas le premier ?
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » lun. 12 oct. 2009, 18:49

Perkele a écrit :Et pourquoi le sexe féminin ne serait-il pas le premier ?
Parce que c'est écrit : Adam a été créé le premier, et Ève a été fabriquée avec une de ses côtes.
Dernière modification par Jacques le lun. 12 oct. 2009, 20:41, modifié 1 fois.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7595
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » lun. 12 oct. 2009, 19:06

Jacques a écrit :
Perkele a écrit : Et pourquoi le sexe féminin ne serait-il pas le premier ?
Parce que c'est écrit : Adam a été créé le premier, et Ève a été fabriquée avec une de ses côtes.
Mais il est aussi écrit : "les premiers seront les derniers" ! 8)
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Répondre