Monsieur Pogo

Pour ceux qui désirent se présenter
Avatar de l’utilisateur
Monsieur Pogo
Messages : 214
Inscription : ven. 08 août 2014, 14:32
Localisation : Trois-Rivières (Québec)

Message par Monsieur Pogo » sam. 13 juin 2015, 20:50

André (G., R.) a écrit :Un autre feuilleton québécois diffusé en France m'avait beaucoup plu. Et son évocation n'est pas sans rapport avec FNBL, dans la mesure où l'on y voyait une jeune institutrice soucieuse d'inculquer un bon français à ses élèves, à l'œuvre dans les années, disons, entre 1900 et 1920, peut-être, si j'en juge par ses jupes frôlant le sol. Malheureusement le nom de la série m'échappe.
« Mâtin ! » : quelle jolie interjection ! Encore couramment employée jadis par ma grand-mère et sa génération, elle a malheureusement quasiment disparu de ce côté de l'Atlantique. Et oralement les francophones d'ici ne font plus (ou presque plus) la différence entre matin et mâtin.
Ah! Détrompez-vous : l’interjection Mâtin ! n’est pas usité de ce côté-ci de l’Atlantique. Dans la mienne, je reprenais simplement le slogan du journal Pilote (Mâtin! Quel journal !).

En ce qui touche le feuilleton que vous évoquez, je n’en ai aucun souvenir.

Avatar de l’utilisateur
Monsieur Pogo
Messages : 214
Inscription : ven. 08 août 2014, 14:32
Localisation : Trois-Rivières (Québec)

Message par Monsieur Pogo » sam. 13 juin 2015, 21:05

Claude a écrit :Tout à fait et je précise :
Quelle famille est une série télévisée québécoise en 179 épisodes de 25 minutes diffusée du 7 septembre 1969 au 19 mai 1974 à la télévision de Radio-Canada.

La série est diffusée en France sous le titre Les Tremblay, quelle famille ! à partir du 19 juin 1972 sur la 2e chaîne de l'ORTF
Bravo de vous rappeler les principaux interprètes !
C’est que Jeannette Bertrand fait la manchette ici à l’occasion, et déjà au début des années soixante elle animait un jeu télévisé avec Jean Lajeunesse, par contre le chien Macaire est disparu de la vie publique…

Le feuilleton Thierry la Fronde, produit par l’ORTF, était éminemment populaire auprès des enfants lorsque j’étais à l’âge de me confectionner des épées en bois (et des frondes pour casser les carreaux ou éborgner mes petits camarades…).

À cette époque, l’effervescence nationaliste était à son comble par chez-nous, alors que Thierry la Fronde et ses joyeux lurons qui se cachaient dans les marais de la Sologne –l’émission faisait fi des maringouins– tentaient de bouter les Anglais hors du Royaume de France…

André (G., R.)
Messages : 6627
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » sam. 13 juin 2015, 22:55

Tiens donc, Thierry la Fronde, mon tout premier souvenir de télévision, fut diffusé aussi au Québec !
« Faire la manchette » est une jolie expression concurrencée ici par « faire les gros titres », je crois. Comparaison très intéressante.
Quelques recherches que je viens de faire m'ont permis de retrouver le nom de la série québécoise : Émilie, la passion d'une vie (Les Filles de Caleb chez vous, Monsieur Pogo).

Avatar de l’utilisateur
Monsieur Pogo
Messages : 214
Inscription : ven. 08 août 2014, 14:32
Localisation : Trois-Rivières (Québec)

Message par Monsieur Pogo » dim. 14 juin 2015, 2:34

André (G., R.) a écrit :Tiens donc, Thierry la Fronde, mon tout premier souvenir de télévision, fut diffusé aussi au Québec !
« Faire la manchette » est une jolie expression concurrencée ici par « faire les gros titres », je crois. Comparaison très intéressante.
Quelques recherches que je viens de faire m'ont permis de retrouver le nom de la série québécoise : Émilie, la passion d'une vie (Les Filles de Caleb chez vous, Monsieur Pogo).

Probablement que l’expression est tombée en désuétude par chez-vous; manchette aurait cédé la place à une périphrase tirée de sa définition, i.e. titre très large et en gros caractères, à la Une d'un journal.

À la rubrique Manchette, le Grand Robert donne un extrait tiré d’un roman de Jules Romain :

« Le crieur s'avance au pas de course, la manchette du journal bien étalée sur sa poitrine. » -Les Hommes de bonne volonté, t. III, XXIII, p. 304

Par ailleurs, plutôt que d’utiliser la locution c’est-à-dire, je préfère taper la locution latine i.e. (id est) dans ma correspondance privée. Toutefois, d’une façon formelle, i.e. est considérée comme un anglicisme au Canada, contrairement à ce qu’en pense l’Académie.

Répondre