Dallia

Pour ceux qui désirent se présenter
Répondre
Avatar de l’utilisateur
dallia
Messages : 43
Inscription : sam. 14 févr. 2015, 22:51

Dallia

Message par dallia » lun. 23 févr. 2015, 15:26

Bonjour,

Je connaissais déjà votre site pour l'avoir parcouru, il y a plusieurs années de cela. A l'époque, je travaillais et n'avais guère le temps de venir sur les forums. A présent, j'éprouve davantage le besoin d'échanger, d'autant plus que mon temps libre me permet de m'adonner à une de mes activités favorites : l'écriture. Je pense donc pouvoir venir sur le site pour y apporter ma modeste contribution, même si ce n'est pas très régulièrement.

Pour compléter ma présentation, j'ajoute que j'habite l'Ile de France et qu'en plus de l'écriture, j'ai de nombreuses occupations dont la peinture et la lecture.

dallia :D [/code]

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 3970
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert » lun. 23 févr. 2015, 17:17

Bonjour dallia, et bienvenue parmi les contributeurs du forum. Puisque vous pratiquez l'écriture, vous aurez certainement des commentaires à faire ou des questions à poser. Ici, pas de spécialistes, mais des utilisateurs de notre langue, qu'ils soient francophones ou non, mais toujours soucieux de son bon usage et curieux de son histoire.
Toute contribution est modeste parce que les contributeurs le sont, et la rareté des interventions ne sera jamais discriminatoire.
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)

Avatar de l’utilisateur
dallia
Messages : 43
Inscription : sam. 14 févr. 2015, 22:51

Message par dallia » lun. 23 févr. 2015, 19:09

Bonjour et merci pour votre accueil.

Soyez sans crainte, je pratique l'écriture par pur plaisir et je suis loin d'être une spécialiste (malheureusement, pourrais-je dire). Si j'éprouve le besoin d'échanger, de temps en temps, c'est que je me pose des questions et que je recherche d'autres avis. Pour avoir cherché, je note que les forums de langue à peu près clairs et actifs sont plutôt rares.

Je n'ai pas un niveau très poussé en grammaire, mais je possède suffisamment de bases pour aider également, de temps en temps, dans la mesure de mon temps libre et de mes possibilités.

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7238
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » mar. 24 févr. 2015, 7:44

Bonjour dallia et bienvenue chez nous.
Écriture, peinture, lecture, tout un programme ! :wink:
Je ne crois pas être indiscret et devin pour affirmer que votre temps libre est dû à une nouvelle situation de retraitée.
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Avatar de l’utilisateur
dallia
Messages : 43
Inscription : sam. 14 févr. 2015, 22:51

Message par dallia » mar. 24 févr. 2015, 10:12

Bonjour Claude,

Non, vous n'êtes pas devin, j'espère ne pas mettre à mal vos illusions ! Un peu perspicace, tout de même...

Cependant, la situation est un peu plus compliquée car j'ai encore une petite occupation professionnelle qui me prend un ou deux jours la semaine.
Ceci dit, j'ai suffisamment de temps libre pour satisfaire quelques passions, entre autres l'écriture et l'aquarelle. Mon défaut, hélas : le manque de constance. J'écris et je peins quand cela me chante, c'est-à-dire quand j'ai l'inspiration ! Celle-ci est souvent bien capricieuse... :D

André (G., R.)
Messages : 6979
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » mar. 24 févr. 2015, 10:18

dallia a écrit : je pratique l'écriture par pur plaisir et je suis loin d'être une spécialiste (malheureusement, pourrais-je dire).
Écrivain est parfois un métier. Toutefois, aucune formation théorique spécifique n'est prévue, à ma connaissance, pour ceux qui voudraient l'exercer : la plupart des écrivains commencent comme vous à écrire par plaisir, un plaisir qui, en ce qui vous concerne, me semble pour l'instant exclure totalement l'angoisse de la page blanche que peuvent connaître ceux qui veulent vivre de leur plume.
Bienvenue à vous.

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7238
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » mar. 24 févr. 2015, 10:34

dallia a écrit : [...] J'écris et je peins quand cela me chante, c'est-à-dire quand j'ai l'inspiration ! Celle-ci est souvent bien capricieuse... :D
N'est-ce pas le propre de l'artiste ?
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Avatar de l’utilisateur
dallia
Messages : 43
Inscription : sam. 14 févr. 2015, 22:51

Message par dallia » mar. 24 févr. 2015, 10:45

Claude a écrit :
dallia a écrit : [...] J'écris et je peins quand cela me chante, c'est-à-dire quand j'ai l'inspiration ! Celle-ci est souvent bien capricieuse... :D
N'est-ce pas le propre de l'artiste ?
Apparemment, pas de tous les artistes. J'ai lu quelque part que Simenon écrivait de telle heure à telle heure, chaque jour.
En fait, l'heureux homme était capable de reprendre son texte à un moment précis et pour un temps donné, et de trouver l'inspiration.
C'est sans doute assez rare, je suppose, mais bien confortable !

Avatar de l’utilisateur
dallia
Messages : 43
Inscription : sam. 14 févr. 2015, 22:51

Message par dallia » mar. 24 févr. 2015, 10:49

André (G., R.) a écrit :
dallia a écrit : je pratique l'écriture par pur plaisir et je suis loin d'être une spécialiste (malheureusement, pourrais-je dire).
Écrivain est parfois un métier. Toutefois, aucune formation théorique spécifique n'est prévue, à ma connaissance, pour ceux qui voudraient l'exercer : la plupart des écrivains commencent comme vous à écrire par plaisir, un plaisir qui, en ce qui vous concerne, me semble pour l'instant exclure totalement l'angoisse de la page blanche que peuvent connaître ceux qui veulent vivre de leur plume.
Bienvenue à vous.
Merci :)

Effectivement, pour connaître l'angoisse de la page blanche, il faut qu'il y ait un enjeu derrière l'écriture.
Cependant, même au niveau de l'amateur, on peut éprouver un certain mal-être quand on a le sentiment d'avoir besoin d'écrire et que cela reste coincé, pour une raison que l'on ne parvient pas à définir.

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7238
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » mar. 24 févr. 2015, 10:58

dallia a écrit :[...] Effectivement, pour connaître l'angoisse de la page blanche, il faut qu'il y ait un enjeu derrière l'écriture. [...]
J'ai connu l'angoisse de la page blanche et l'enjeu était la note ; j'ai rarement dépassé la moyenne. Heureusement que je ne suis plus confronté à la blouse grise du maître !
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Avatar de l’utilisateur
dallia
Messages : 43
Inscription : sam. 14 févr. 2015, 22:51

Message par dallia » mar. 24 févr. 2015, 11:13

Claude a écrit :
dallia a écrit :[...] Effectivement, pour connaître l'angoisse de la page blanche, il faut qu'il y ait un enjeu derrière l'écriture. [...]
J'ai connu l'angoisse de la page blanche et l'enjeu était la note ; j'ai rarement dépassé la moyenne. Heureusement que je ne suis plus confronté à la blouse grise du maître !
Comme quoi il faut faire confiance aux enfants, et toujours croire que les cancres ne sont pas forcément condamnés à le rester !

Moi aussi, j'ai connu la même chose, surtout en école primaire, et même l'angoisse indicible d'aller à l'école, tout simplement.
Peut-être que cela forge une vision sur le monde un peu plus humaine.

André (G., R.)
Messages : 6979
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » mar. 24 févr. 2015, 11:27

dallia a écrit :les cancres ne sont pas forcément condamnés à le rester !
Les exemples sont légion !
Et l'inverse vaut parfois aussi : enseignant retraité, j'ai vu certains de mes anciens élèves brillants ne pas connaître les succès universitaire et professionnel que j'avais imaginés pour eux.
Gardons-nous toutefois de déduire une règle de ces cas particuliers !

Avatar de l’utilisateur
dallia
Messages : 43
Inscription : sam. 14 févr. 2015, 22:51

Message par dallia » mar. 24 févr. 2015, 13:01

Oui, et puis la notion de réussite est un vaste débat...

Avatar de l’utilisateur
abgech
Messages : 324
Inscription : lun. 02 oct. 2006, 17:43
Localisation : Genève, Suisse

Message par abgech » mar. 24 févr. 2015, 14:46

Permettez-moi, Dallia, de vous souhaiter la bienvenue.

Je n'ai pratiquement jamais connu l'angoisse de la page blanche. Pourtant, j'ai beaucoup rédigé dans ma vie : mémoires, rapports, polycopiés, livres, etc. Il est vrai qu'il s'agissait de textes scientifiques, à mon avis, bien plus faciles à écrire que des textes littéraires.

À propos de page blanche, il me revient une anecdote, apocryphe peut-être. Un candidat au bac doit disserter sur le thème du courage. Il rend son travail après 2-3 minutes avec cette phrase : Le courage, c'est cette page !
Il aurait été noté de façon très binaire, soit 1 soit 20.

Ma note, sans aucun doute, 20. Parce que je pense que trois, quatre mots qui expriment exactement un sentiment valent bien mieux qu'une longue dissertation filandreuse et verbeuse, même si elle respecte strictement les règles formelles.

Avatar de l’utilisateur
dallia
Messages : 43
Inscription : sam. 14 févr. 2015, 22:51

Message par dallia » mar. 24 févr. 2015, 17:45

Merci beaucoup :D

Je me suis trouvée dans le même cas de figure, au bac. Impossible, en math, de sortir la moindre explication aux différents problèmes d'algèbre proposés ce jour-là. J'ai donc rempli ma feuille des différentes équations que j'avais apprises par coeur en me disant : la page blanche étant éliminatoire, on me trouvera bien quelques points !
J'ai donc récupéré 4 points, ce qui était suffisant pour avoir mon examen, compte tenu des autres notes ! Je n'ai donc pas tout à fait agi comme le candidat dont vous parlez.
Un autre élève, aussi doué que moi, a rendu copie blanche, il n'a même pas pu passer l'oral. Cela donne à réfléchir.
Un peu d'opportunisme, dans un examen ou dans une recherche d'emploi, ne nuit pas, c'est ce que j'en ai déduit. Le langage oral ou écrit est contraint, parfois, de s'adapter au contexte.

Ceci dit, je comprends parfaitement votre réflexion sur la sincérité et je vous approuve. C'est la base de la confiance. C'est d'ailleurs un problème, souvent, chez les littéraires amoureux des mots ou ceux qui veulent trop bien faire. Au début que j'écrivais, c'était aussi mon souci : je me perdais dans les mots !

Répondre