Les mots français en anglais

Répondre
jarnicoton
Messages : 702
Inscription : mar. 11 sept. 2012, 9:16

Les mots français en anglais

Message par jarnicoton » dim. 12 janv. 2020, 23:38


Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7808
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: Les mots français en anglais

Message par Claude » mar. 14 janv. 2020, 14:42

J'ai pris le temps d'écouter déjà les trente premières minutes ; c'est très intéressant et on apprend beaucoup sur les mots et leur voyage à travers les époques et les pays. Peu d'Anglais savent donc qu'ils nous doivent un grand nombre de mots.
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Leclerc92
Messages : 2403
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: Les mots français en anglais

Message par Leclerc92 » mar. 14 janv. 2020, 16:06

Exposé grand public, destiné à plaire facilement, au prix d'approximations parfois contestables. Dès le début, par exemple, il affirme que l'anglais "manager" vient du français "ménagère" ! C'est probablement le prix à payer pour ne pas avoir un exposé trop barbant !

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7808
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: Les mots français en anglais

Message par Claude » mar. 14 janv. 2020, 16:38

Je viens de terminer l'écoute.
Globalement c'est quand même intéressant, bien que je n'y connaisse pas grand-chose : les Anglais parlant d'abord allemand (Angles et Saxons) puis français avec Guillaume le Normand conquérant, l'importation de mots français en deux grandes vagues, les divers suffixes nous indiquant les mots d'origine française...
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Avatar de l’utilisateur
Yeva Agetuya
Messages : 1141
Inscription : lun. 22 juin 2015, 1:43

Re: Les mots français en anglais

Message par Yeva Agetuya » mer. 15 janv. 2020, 18:31

J'étais tombé sur un texte analysant ce vocabulaire en termes de domination sociale.

Ainsi le "pig" élevé par le paysan anglo-saxon devient "pork" lorsqu'il arrive dans l'assiette du noble normand ayant débarqué avec Guillaume le Conquérant.

"Cow" et "ox" deviennent "beef", "sheep" devient "mutton", "calf" devient "veal", et "deer" devient "venison".

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4083
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Re: Les mots français en anglais

Message par Jacques-André-Albert » jeu. 16 janv. 2020, 8:49

Cette répartition sociale du vocabulaire se retrouve dans le couple miel-ruche, où le mot latin mel a été choisi par les populations urbaines qui consommaient le produit, tandis que la ruche a gardé le nom gaulois rusca utilisé par les habitants des campagnes qui produisaient le miel.
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)

André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Re: Les mots français en anglais

Message par André (G., R.) » jeu. 16 janv. 2020, 10:00

Anthony LACOUDRE n'est ni linguiste ni enseignant — on s'en rend compte rapidement à l'écouter — mais juriste, selon ce qu'on lit à son propos sur la Toile. Son père est français, sa mère anglaise.
Son exposé m'a irrité et intéressé.

Il confond systématiquement l'allemand et le germanique, accessoirement le latin et le français.
Il énonce certaines contre-vérités et se contredit parfois. Affirmer d'emblée qu'il n'y aurait quasiment pas de vocabulaire « allemand » (germanique) en anglais, puis estimer qu'il représente la moitié des mots, n'est pas sérieux. Prétendre que l'anglais ne comporterait « quasiment aucune règle grammaticale allemande » relève de l'amateurisme. Mes connaissances en anglais sont faibles, on me corrigera peut-être, mais, autant que je sache, on retrouve en anglais :

• une tendance à la postposition du déterminé : winter sport, houseboat, sunshine, brown-haired... correspondent à Wintersport, Hausboot, Sonnenschein, braunhaarig... en allemand moderne et se rendent en français plutôt par des groupes comportant le déterminé en tête : sport d'hiver, bateau (servant d') habitation, rayon de soleil, (aux) cheveux bruns...

• des verbes (auxiliaires de mode, de modalité, modaux) ne prenant aucune terminaison à la troisième personne du singulier, alors que la règle veut en allemand un -t, devenu -s en anglais : she can, he shall... traduisent plus ou moins sie kann, er soll... (elle peut, il doit...) et doivent être comparés à he says, she does... d'une part, er sagt, sie tut d'autre part (il dit, elle fait). Ces présents des auxiliaires de mode sont en réalité d'anciens prétérits (on peut parce qu'on a appris).

• un seul temps simple du passé, le prétérit. Il se forme de deux manières selon que les verbes sont « forts » ou « faibles » en allemand, « irréguliers » ou « réguliers » en anglais. Pour les seconds, la terminaison -ed du prétérit anglais correspond à -te en allemand, tandis qu'on trouve dans les deux langues un changement de voyelle du radical pour les premiers : ich tanzte, je dansai, sie schwamm, elle nagea, sont proches de I danced et de she swam.

• l’équivalent du « génitif saxon » allemand, appelé « cas possessif », je crois : Peters Buch, Peter’s book, le livre de Peter (surtout pas de /i/ dans les autres langues germaniques que l'anglais ! [petəʁ] en allemand).

• des comparatifs et des superlatifs très proches de leurs correspondants allemands : er ist dünner, der kälteste Winter, der wärmste Sommer deviennent en anglais he is thinner, the coldest winter, the warmest summer, il est plus mince, l’hiver le plus froid, l’été le plus chaud.

• l’adjectif possessif sous deux formes à la troisième personne du singulier du « possesseur », selon que ce dernier est féminin ou masculin : her mother, his mother (ihre Mutter, seine Mutter), sa mère. Il est donc inexact, me semble-t-il, d’affirmer qu’il n’y aurait pas de genres en anglais.

• une manière différente de formuler les compléments locatifs et directifs, alors qu'en français une expression comme « dans le jardin » convient aussi bien quand on y va que lorsqu'on y est. On dit en allemand Ich gehe in den Garten, je vais dans le jardin, mais Ich bleibe im Garten, je reste dans le jardin. Il me semble bien que, de la même manière, l'anglais distingue into the garden et in the garden.

Et je ne parle, avec ces sept points, que de ce que je pense connaître un peu ! Comment peut-on faire croire que la grammaire anglaise serait négligeable et n'aurait plus rien à voir avec celle des autres langues germaniques ?

Toutefois, malgré l'approche peu scientifique, la plus grande partie de l'exposé, qui traite vraiment des mots anglais d'origine française, m'a davantage plu, en particulier leur classement en quatre catégories.

Bien entendu, pour l'anglais j'ai eu recours ci-dessus au dictionnaire !

Leclerc92
Messages : 2403
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: Les mots français en anglais

Message par Leclerc92 » jeu. 16 janv. 2020, 10:28

Tout à fait d'accord avec André. J'ajoute aussi en anglais l'influence typiquement germanique sur les pluriels internes, foot, feet, mouse, mice, et sur les verbes irréguliers ou forts, go, went, gone.
Je l'ai dit, c'est visiblement un exposé grand public, destiné à plaire aisément au prix de beaucoup d'approximations !

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7808
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: Les mots français en anglais

Message par Claude » jeu. 16 janv. 2020, 10:33

Leclerc92 a écrit :
jeu. 16 janv. 2020, 10:28
[...]
Je l'ai dit, c'est visiblement un exposé grand public, destiné à plaire aisément au prix de beaucoup d'approximations !
J'en fais donc partie et en suis fier (enfin, presque :oops: ).
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Leclerc92
Messages : 2403
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: Les mots français en anglais

Message par Leclerc92 » jeu. 16 janv. 2020, 11:06

Mais ce genre d'exposés est utile et il n'y a pas de honte, ni à le faire, ni à l'entendre avec plaisir.
Sur les forums de musique classique que je fréquente, il y a souvent des discussions analogues (mais nettement plus acharnées !) au sujet d'émissions grand public comme "prodiges" sur la 2e chaîne.

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7808
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: Les mots français en anglais

Message par Claude » jeu. 16 janv. 2020, 11:10

Je retiens le titre « prodiges » :wink: .
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Re: Les mots français en anglais

Message par André (G., R.) » jeu. 16 janv. 2020, 14:18

Quelques autres réactions à l'exposé d'Anthony LACOUDRE.
• Je ne sais plus pourquoi il compare la phrase anglaise Yesterday, I bought a black horse for my older daughter*, affichée près de lui, à ce qui se veut sa traduction en allemand : Gestern habe ich ein schwarzes Pferd fur meine altere Tochter gekauft. Or ce sont für et ältere, avec des inflexions, qui conviennent et le complément introduit par für serait avantageusement remplacé par un datif : Gestern habe ich meiner älteren Tochter ein schwarzes Pferd gekauft.
• Je ne voudrais pas tomber d'un excès dans l'autre : une certaine simplification de la grammaire germanique en anglais ne saurait être contestée.
• J'ai trouvé agréable de voir le conférencier confirmer ce qu'il me semble constater depuis longtemps : « Les Anglais vivent depuis une cinquantaine d'années dans le déni et présentent la partie française comme une partie latine ».
• Mais il a ajouté à ce sujet : « Ils disent ‘‘C'est du normand !“ (une espèce de scandinave) ». Latin ou scandinave ? Qui se contredit là ? Les Anglais ou Anthony LACOUDRE ?

* Hier, j'ai acheté un cheval noir à ma fille aînée.

jarnicoton
Messages : 702
Inscription : mar. 11 sept. 2012, 9:16

Re: Les mots français en anglais

Message par jarnicoton » jeu. 16 janv. 2020, 19:28

Leclerc92 a écrit :
jeu. 16 janv. 2020, 11:06
Mais ce genre d'exposés est utile et il n'y a pas de honte, ni à le faire, ni à l'entendre avec plaisir.
Sur les forums de musique classique que je fréquente, il y a souvent des discussions analogues (mais nettement plus acharnées !) au sujet d'émissions grand public comme "prodiges" sur la 2e chaîne.
Lorsque je veux faire enrager un mélomane réel ou affiché, je lui déclare mon intérêt pour André Rieu, ou mon ennui à l'art de la fugue, ou encore que le morceau de Berlioz qui clôt La grande Vadrouille m'enchante.

André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Re: Les mots français en anglais

Message par André (G., R.) » dim. 19 janv. 2020, 14:15

Je ne mettrais pas André RIEU et Prodiges sur le même plan.
Une proche, aveugle à l'oreille absolue et aux connaissances musicales impressionnantes, m'a signalé que le violoniste néerlandais, né en 1949, tronque en les jouant certains morceaux demandant trop de virtuosité. Je crois que beaucoup de musiciens plus soucieux de respect des œuvres et moins commerciaux le jugent sévèrement.
L'émission de télévision, quant à elle, fait appel à des professionnels reconnus de leurs pairs, récemment Gautier CAPUÇON, Élisabeth VIDAL et Marie-Claude PIETRAGALLA, et présente des enfants ou des adolescents dont lesdits professionnels jugent certains aptes à embrasser avec le même sérieux la même carrière qu'eux. L'opinion de l'aveugle dont j'ai parlé est nettement en faveur de cette émission. La mienne aussi, ce qui ne m'a pas empêché d'écouter André RIEU et Richard CLAYDERMAN jadis. Beaucoup moins souvent maintenant.

Répondre