L'histoire des expressions

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » jeu. 22 janv. 2009, 13:29

Mais l'oncle Albert a posé le principe de la relativité du temps et, je crois, aussi de l'espace. Ce qui reviendrait à dire que la place que j'attribue à chaque chose est relative et non absolue. Pourtant j'ai toujours l'imression de les retrouver au même endroit.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7594
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » jeu. 22 janv. 2009, 17:11

Mais, c'est parce que vous êtes très fort, Jacques !
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » jeu. 22 janv. 2009, 17:31

Perkele a écrit :Mais, c'est parce que vous êtes très fort, Jacques !
Ou parce que je suis soumis aussi à la loi de la relativité, et que mon espace-temps se relativise en même temps que celui des objets.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Invité

Message par Invité » jeu. 22 janv. 2009, 22:11

Mon classement s'inspire du principe d'incertitude d'Heisenberg : plus grande est la certitude d'avoir un livre, et plus grande est l'incertitude sur son emplacement !

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7594
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » ven. 23 janv. 2009, 14:01

Oui, mais comment - et en quelle unité - mesure-t-on l'énergie d'un livre ?
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
JR
Messages : 1301
Inscription : mer. 29 nov. 2006, 16:35
Localisation : Sénart (décédé le 15 mai 2013)
Contact :

Message par JR » ven. 23 janv. 2009, 21:12

morphée a écrit :Mon classement s'inspire du principe d'incertitude d'Heisenberg : plus grande est la certitude d'avoir un livre, et plus grande est l'incertitude sur son emplacement !
L'expérience, l'observation, conduisent à de grandes découvertes, et vous venez d'en faire une !
L’ignorance est mère de tous les maux.
François Rabelais

Invité

Message par Invité » sam. 24 janv. 2009, 12:35

L'énergie potentielle d'un livre se mesure
1) à la quantité de travail nécessaire à le retrouver (déplacement des autres livres qui le recouvrent ou sont susceptibles de le recouvrir). S'exprime en joules (environ 10 joules pour élever d'un mètre un livre moyen). L'énergie d'un livre est d'autant plus élevée qu'il est plus entouré d'autres livres (effet de grégarité)
2) accessoirement, à l'énergie nécessaire pour le lire (et, encore plus accessoirement, pour le comprendre). S'exprime en unité métabolique, donc en calories. Cette énergie est négligeable au regard de la précédente (on est peu de choses !).
Conclusion : un San Antonio noyé dans une masse de plusieurs centaines de polars ou d'Harlequin a beaucoup plus d'énergie potentielle qu'un Spinoza dans une bibliothèque bien rangée.


L'énergie physique du livre est celle de son support matériel; elle se mesure par combustion. L'énergie n'est alors fonction que de la taille et du poids de l'objet. A ce titre, un San Antonio est généralement équivalent à un Spinoza (sauf édition prétentieuse en grand format, papier à haut grammage...). Dans ma bibliothèque, l'oeuvre ayant le plus d'énergie physique est l'oeuvre complète de Kim-Il-Sung.

Quant à son énergie réelle, elle dépend du lecteur, et notamment de la fréquence avec laquelle il recherchera un livre donné dans sa bibliothèque ou son foutoir (effet dit "du passage à l'acte").
Le possesseur de plusieurs centaines de polars recherche-t-il plus ou moins souvent un San Antonio donné, que l'intellectuel son Spinoza ?
Notons que beaucoup de livres, dans un foutoir moyen, n'ont aucune énergie réelle : jamais retrouvés, jamais lus. Ils ont une énergie potentielle énorme : une part énorme du foutoir à déplacer avant de les retrouver. Je n'ai pas encore établi la formulation mathématique de cette relation inverse entre énergie potentielle et énergie réelle. En grande partie à cause d'une autre synthèse des principes de JR et d'Heisenberg : plus il y a de livres, et moins il y a de temps pour chacun, et plus la place de chacun devient incertaine...
Moins il y a de temps pour chaque chose, et plus chaque chose est à n'importe quelle place (parfois simultanément*).

L'énergie d'un livre, outre qu'elle répond au principe d'incertitude évoqué ci-dessus, dépend donc aussi d'une fonction de relativité : à contenu égal, les livres de Jacques, bien ordonnés, ont moins d'énergie que ceux de Perkele ou les miens. Ce qui ne veut pas dire qu'ils ont moins de valeur, mais que Jacques est plus efficace : on dira qu'il a une excellente fonction d'optimisation de l'énergie livresque. Cela a certainement un lien avec sa fonction d'optimisation de ce site.
Cela veut dire, même, que sa bibliothèque a plus de valeur que la mienne, alors que chaque livre y a une énergie potentielle moindre ! L'énergie potentielle totale d'une bibliothèque non seulement n'est pas la somme des énergies potentielles de ses livres, mais n'évolue même en sens inverse, mais, selon le nombre de livres, principalement en fonction de son possesseur. Ce qu'il m'est impossible de formuler mathématiquement.


* Perkele, je vous ai entendu penser : "ça, ça prouve surtout qu'il finit par acheter des livres en double" !!

Didier Nordon me pardonnera, j'espère, si je précise que je pense beaucoup à lui quand je rédige ce genre de choses...

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7594
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » sam. 24 janv. 2009, 15:48

morphée a écrit :* Perkele, je vous ai entendu penser : "ça, ça prouve surtout qu'il finit par acheter des livres en double" !
:D

Cela dit, vous devriez étoffer et nous aurions un magnifique traité.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Invité

Message par Invité » sam. 24 janv. 2009, 16:20

Mais alors nous sortirions vraiment trop du cadre, déjà élastique, de ce forum. Il faut savoir raison garder.

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7594
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » sam. 24 janv. 2009, 19:15

morphée a écrit :Mais alors nous sortirions vraiment trop du cadre, déjà élastique, de ce forum. Il faut savoir raison garder.
Vous avez raison, soyons sages sinon les administrateurs vont venir nous gronder.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
JR
Messages : 1301
Inscription : mer. 29 nov. 2006, 16:35
Localisation : Sénart (décédé le 15 mai 2013)
Contact :

Message par JR » dim. 25 janv. 2009, 0:51

Je me permets de féliciter morphée grâce à qui cette discussion est devenue fil entropique. :)
L’ignorance est mère de tous les maux.
François Rabelais

Invité

Message par Invité » dim. 25 janv. 2009, 0:56

8) :)

Denis Normand

Message par Denis Normand » mar. 27 janv. 2009, 14:29

morphée a écrit :Mon classement s'inspire du principe d'incertitude d'Heisenberg : plus grande est la certitude d'avoir un livre, et plus grande est l'incertitude sur son emplacement !
morphée a écrit :* Perkele, je vous ai entendu penser : "ça, ça prouve surtout qu'il finit par acheter des livres en double" !!
J'ai déjà fonctionné avec le même principe. Depuis que j'ai rangé ma bibliothèque il y a quelques années, je possède deux exemplaires du Dictionnaire des termes techniques de médecine de Marcel Garnier et Valery Delamare, 19e et 20e éditions, achetés en 1976 et 1980...

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7594
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » ven. 30 janv. 2009, 10:12

"Rester chocolat"

Quelle qualité a donc le chocolat pour qu'on se compare à lui lorsqu'on a échoué ?

Il faudrait bien que ça me passe
Et qu'avant elle je me lasse
De notre amour, oui mais voilà
Sûr'ment déjà j'suis chocolat.
BL
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7119
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » ven. 30 janv. 2009, 11:13

Parce que généralement il est marron ; il faut donc poser la question Pourquoi dit-on rester marron ? ( :lol: ou :?:)

Répondre