Le langage argotique

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » lun. 14 févr. 2011, 13:26

Perkele a écrit :C'est pourtant un champ lexical riche : le fut, que vous citez, le bénard, le falzard, le fendard, le valseur, le froc...
Le bénouze.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Klausinski
Messages : 1293
Inscription : mar. 12 déc. 2006, 23:54
Localisation : Aude

Message par Klausinski » lun. 14 févr. 2011, 13:28

Claude a écrit :
Perkele a écrit :...Une thune valait alors exclusivement 5 F, vous savez, la grosse pièce toute légère.
Mes parents disaient cent sous.
C’est ce qu’on retrouve dans La fille à cent sous de Brassens :
Et ce brave sac d'os dont j'n'avais pas voulu
Même pour une thune,
M'est entré dans le cœur et n'en sortirait plus
Pour toute une fortune.
« J’écris autrement que je ne parle, je parle autrement que je ne pense, je pense autrement que je ne devrais penser, et ainsi jusqu’au plus profond de l’obscurité. »
(Kafka, cité par Mauriac)

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 6997
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » lun. 14 févr. 2011, 13:45

Jacques a écrit :...Le bénouze.
Je vois que nous possédons la même culture.
Klausinski a écrit :C’est ce qu’on retrouve dans La fille à cent sous de Brassens... Même pour une thune,...
Aucun doute n'est possible.

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7560
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » lun. 14 févr. 2011, 13:56

Claude a écrit :L'étrangleuse citée par Perkele dans un autre sujet n'est-elle pas la pince de cravate ?
A six heures en sortant de l'usine
Dans une piaule j'ai posé ma gamelle
J'ai mis un petit chouia de brillantine
Tout en me peignant les vermicelles
J'ai mis une étrangleuse à rayures
Sur une limace à carreaux lilas
Puis j'ai filé au bistrot à Jules
Un petit coup de ronfleur à ma nana...

Pierre Perret
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
JR
Messages : 1301
Inscription : mer. 29 nov. 2006, 16:35
Localisation : Sénart (décédé le 15 mai 2013)
Contact :

Message par JR » lun. 14 févr. 2011, 14:12

Jacques a écrit :De nos jours l'anglo-américain a remplacé l'argot.
Vous négligez les arabismes, pourtant courants dans certaines zones.
Je crois que le cinéma et une certaine littérature on en quelque sorte industrialisé l'argot. Des gens comme Michel Audiard, Frédéric Dard ou Pierre Perret en ont fait l'instrument principal de leur succés. Ils ont certes utilisé ce qui existait, mais ils en ont aussi fabriqué, parfois à la chaîne, en utilisant souvent des techniques assez simples, mais qui exigent une excellente maîtrise de la langue pour être efficaces.
L’ignorance est mère de tous les maux.
François Rabelais

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 6997
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » lun. 14 févr. 2011, 14:13

C'est donc un autre nom de la cravate, d'accord !

ÉDIT : Je répondais à Perkele au sujet de l'étrangleuse.

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7560
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » lun. 14 févr. 2011, 14:18

Je suis de l'avis de JR, car le "coup de ronfleur" de ma citation précédente fut de nombreuses fois contesté.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » lun. 14 févr. 2011, 15:29

Perkele a écrit :Je suis de l'avis de JR, car le "coup de ronfleur" de ma citation précédente fut de nombreuses fois contesté.
Moi aussi, et Pierre Perret a aussi inventé le « krouchtchev » dans le Tord-boyaux :
Il s'agit d'un bouiboui bien crado
Où les mecs par-dessus l'calendo
Se rincent la cloison au krouchtchev maison
Un bordeaux pas piqué des hannetons.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Anne
Messages : 714
Inscription : ven. 23 janv. 2009, 13:41
Localisation : France

Message par Anne » lun. 14 févr. 2011, 16:07

Jacques a écrit :Et votre tante ne vous a peut-être pas enseigné ce qu'était un larantequé : une pièce de 40 sous, soit deux francs.
Larantequé : le L remplace la première consonne du mot, qui se retrouve à la fin, assorti de la voyelle é.

Ce mode de déformation s'est appliqué à beaucoup d'autres mots :
- lacsé : 10 F (à partir de sac)
- lacsompem : paquet (à partir de pacson, avec ajout d'un m final)
- lardeuss : pardessus (probablement le diminutif d'un lardessupé, selon la logique))
- laubé : beau
- lauchem : chaud
- lerche : beaucoup (à partir de cher)
- loilpé (à) : nu (à partir de à poil)
- loucedé (en) : discrètement (à partir de en douce)
- louchebem : boucher
- louf : fou

Le verlan des banlieues n'a rien inventé, en somme. D'ailleurs en verlan, on dit "à oilpé" pour "nu", et "ouf" pour "fou".

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 3940
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert » lun. 14 févr. 2011, 21:43

Jacques a écrit :Je crois que l'argot, comme l'accent de Paris (pas l'accent gavroche, l'autre plus cultivé), gagne l'ensemble du territoire français.
Je ne suis, hélas, pas de cet avis. Je déplore l'envahissement des o et é fermés dans la vie publique, là où le Parisien, et le Francilien en général, les prononce ouverts ; on entend ainsi de plus en plus « vôtre nôtaire est môvé » (exemple fabriqué pour la circonstance).

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 3940
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert » lun. 14 févr. 2011, 21:54

Anne a écrit :Le verlan des banlieues n'a rien inventé, en somme. D'ailleurs en verlan, on dit "à oilpé" pour "nu", et "ouf" pour "fou".
Je crois que « à oilpé » est du louchébem ; ce doit être l'altération de « à loilpé »

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » lun. 14 févr. 2011, 22:09

Anne a écrit :
Jacques a écrit :Et votre tante ne vous a peut-être pas enseigné ce qu'était un larantequé : une pièce de 40 sous, soit deux francs.
Larantequé : le L remplace la première consonne du mot, qui se retrouve à la fin, assorti de la voyelle é.

Ce mode de déformation s'est appliqué à beaucoup d'autres mots :
- lacsé : 10 F (à partir de sac)
- lacsompem : paquet (à partir de pacson, avec ajout d'un m final)
- lardeuss : pardessus (probablement le diminutif d'un lardessupé, selon la logique))
- laubé : beau
- lauchem : chaud
- lerche : beaucoup (à partir de cher)
- loilpé (à) : nu (à partir de à poil)
- loucedé (en) : discrètement (à partir de en douce)
- louchebem : boucher
- louf : fou

Le verlan des banlieues n'a rien inventé, en somme. D'ailleurs en verlan, on dit "à oilpé" pour "nu", et "ouf" pour "fou".
Ce procédé est le largonji ; vous avez décrit le mécanisme, largonji c'est son application au mot jargon. Le louchébem ou loucherbem est l'un des « dialectes » de largonji, utilisé dans les milieux de la boucherie : louchébem c'est boucher comme vous l'avez expliqué ; un ligogem est un gigot. Les désinences appliquées sont d'une grande variété ; outre celles que vous donnez, nous avons -muche, -pince et bien d'autres (je suppose que le larquépince est le Parquet) ; le laféquès est un café (vous et moi avons peut-être la même source) ; le lorpic est un porc ; le latronpuche c'est le patron ; lardonpem, pardon. Finalement, les linguistes se sont longuement penchés sur le phénomène argotique pour le livrer à une étude scientifique. Il a maintenant ses spécialistes, les argotologues.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7560
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » mar. 15 févr. 2011, 7:12

A ne pas confondre avec les Argonautes qui sont, c'est bien connu :wink: , ceux qui naviguent allègrement sur l'argot.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » mar. 15 févr. 2011, 7:43

Toujours le mot pour rire : « Calembour, jeu de mots » était la phrase favorite de Jacques Capelovici quand il se produisait à la télévision.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

GB-91
Messages : 254
Inscription : mer. 07 nov. 2012, 19:59
Localisation : Sur la ligne D du RER

Message par GB-91 » mar. 29 janv. 2013, 11:14

Citation : au larqué de loilpess de luquess de légressenuche loupéquess en latqué pour la lamdé au lanteaumuche loirné.

L’argomuche des louchébems est la seule langue que je parle couramment après celle apprise à l’école. Grand-père boucher, papa commis boucher dans sa jeunesse, maman fille de bouchers. Durant l’Occupation, nous avions les Allemands à la maison. Quand nous ne voulions pas être compris, ma mère, ma tante et moi communiquions en louchébem.

Si vous voulez une anecdote, je la raconte.

Répondre