Désappointer

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Manni-Gédéon
Messages : 1217
Inscription : lun. 12 avr. 2010, 14:35
Localisation : Genève (CH)

Désappointer

Message par Manni-Gédéon » lun. 21 févr. 2011, 19:48

Pour le sujet suivant, j'ai hésité entre les rubriques "Emprunts, néologismes, régionalismes et américanismes" et "Histoire de la langue". J'espère avoir fait le bon choix.

J'ai entendu à la télévision suisse romande : "Simonetta S. ne cache pas son désappointement." Ce mot sonne comme un anglicisme, mais je crois me souvenir d'avoir rencontré l'adjectif désappointé dans mes lectures lorsque j'étais enfant, dans des livres qui n'avaient pas été écrits récemment.

J'ai donc consulté le dictionnaire de l'Académie française :
DÉSAPPOINTER v. tr. XIVe siècle, au sens de « destituer quelqu'un de sa charge ». Dérivé d'appointer. Au sens actuel, remis en usage par Voltaire, d'après l'anglais to disappoint, « décevoir », lui-même emprunté du français.
Tromper quelqu'un dans ses espérances, ne pas répondre à son attente. Nous lui avions fait confiance ; il nous a désappointés. Cet insuccès l'a beaucoup désappointé. Par méton. Une mine désappointée.

Ce mot a fait un aller-retour entre le français et l'anglais, un peu comme chal(l)enge, sauf qu'il n'a pas changé d'orthographe (ni de prononciation) en chemin.
Si les mots désappointement et désappointé sont à la mode aujourd'hui, c'est certainement dû à l'influence de l'anglais. Mais faut-il pour autant les considérer comme des anglicismes ?

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » lun. 21 févr. 2011, 20:50

Je ne suis pas un spécialiste, mais ils ne m'apparaissent pas sous l'angle de l'anglomanie quand ils expriment l'idée de déception.
Définition apparue dans la 6e édition du dictionnaire de l'Académie (1835) :
DÉSAPPOINTEMENT. s. m. Contrariété qu'on éprouve lorsqu'on est trompé dans ses espérances, déconcerté dans un projet. On lui avait promis cette place, on l'a donnée à un autre ; c'est pour lui un fâcheux désappointement. Nous avons bien ri de son désappointement.

PS : pour la rubrique, j'hésite aussi. Je l'aurais peut-être mis dans vocabulaire, mais peu importe.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Répondre