Impolitesse du remerciement

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Klausinski
Messages : 1293
Inscription : mar. 12 déc. 2006, 23:54
Localisation : Aude

Impolitesse du remerciement

Message par Klausinski » jeu. 17 janv. 2013, 17:44

Il s'agit plus d'une question d'usage que d'une question de langue à proprement parler. J'ai entendu dire qu'on ne devait pas remercier par avance, que cela n'était pas poli, que ce faisant l'on considère le service demandé comme déjà accordé ou comme ne pouvant pas être refusé. Cependant, cette règle de politesse me met souvent dans l'embarras. Une demande qui ne s'accompagne pas d'un merci me paraît un peu brusque, un peu impolie en fait, en tout cas quand c'est moi qui l'exprime. Il est vrai qu'il y a plusieurs façons de demander une faveur ou un service de manière polie : « Auriez vous l'amabilité, l'obligeance », « Pourriez-vous », « Je vous prie de bien vouloir », « Je vous saurais gré de, je vous serais extrêmement reconnaissant de »… Cela convient dans la langue administrative, mais, dans des échanges de courriels plus courants ou sur un forum, cela pourrait sembler hypocrite.
Auriez-vous l'amabilité de me dire ce que vous en pensez ? :D
Dernière modification par Klausinski le ven. 18 janv. 2013, 10:16, modifié 1 fois.
« J’écris autrement que je ne parle, je parle autrement que je ne pense, je pense autrement que je ne devrais penser, et ainsi jusqu’au plus profond de l’obscurité. »
(Kafka, cité par Mauriac)

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » jeu. 17 janv. 2013, 18:22

Pour moi il est de règle, quand on sollicite, non pas de remercier pour la faveur demandée comme si elle était acquise, mais de dire merci pour l'intérêt qui y sera porté. Dans ce cas donc, je termine par : Je vous remercie de la bienveillante attention que vous accorderez à ma demande... Vous remerciant par avance de l'attention que vous porterez à ma demande... Et si je ne demande rien : Je vous sais gré de l'attention que vous porterez à ma lettre... En vous remerciant de l'intérêt que vous porterez à cette lettre...
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Klausinski
Messages : 1293
Inscription : mar. 12 déc. 2006, 23:54
Localisation : Aude

Message par Klausinski » jeu. 17 janv. 2013, 19:06

Cela me paraît en effet plus courtois. Je vous remercie, Jacques.
« J’écris autrement que je ne parle, je parle autrement que je ne pense, je pense autrement que je ne devrais penser, et ainsi jusqu’au plus profond de l’obscurité. »
(Kafka, cité par Mauriac)

Hippocampe
Messages : 752
Inscription : dim. 17 avr. 2011, 18:15

Message par Hippocampe » jeu. 17 janv. 2013, 21:43

Jacques a écrit :Pour moi il est de règle, quand on sollicite, non pas de remercier pour la faveur demandée comme si elle était acquise, mais de dire merci pour l'intérêt qui y sera porté. Dans ce cas donc, je termine par : Je vous remercie de la bienveillante attention que vous accorderez à ma demande... Vous remerciant par avance de l'attention que vous porterez à ma demande... Et si je ne demande rien : Je vous sais gré de l'attention que vous porterez à ma lettre... En vous remerciant de l'intérêt que vous porterez à cette lettre...
Pas du tout!

Certes votre discours est poli, plus que d'autres. Mais d'un point de vue logique le problème est le même. Vous considérez comme acquis que votre interlocuteur portera intérêt à votre prose. Qu'en savez-vous? Il s'en moque peut-être, de ce que vous lui dites. Il s'en moque peut-être d'autant plus que vous lui annoncez qu'il ne s'en moquera pas.

Un jour, j'étais dans le métro (je suis parisien), lequel métro s'arrêta dans une station sans correspondance. Un haut-parleur nous annonça qu'en raison d'une grêve-surprise notre trajet s'arrêtait là et que nous devions rejoindre la rue.
"Nous vous remercions pour votre compréhension".

Quoi? Comment? On me remercie pour quelle compréhension? J'ai donné ma compréhension à quelqu'un, moi?

C'est comme si un pick-pocket me remerciait pour mon portefeuille!

Avatar de l’utilisateur
AliceAlasmartise.
Messages : 141
Inscription : mar. 25 déc. 2012, 21:23
Localisation : Liban
Contact :

Message par AliceAlasmartise. » jeu. 17 janv. 2013, 22:07

Faudrait-il donc dire Merci d’être arrivé au bout de cette lettre , car c'est la seule chose que l'on peut considérer comme acquise ? :-)

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » jeu. 17 janv. 2013, 22:17

AliceAlasmartise. a écrit :Faudrait-il donc dire Merci d’être arrivé au bout de cette lettre , car c'est la seule chose que l'on peut considérer comme acquise ? :-)
Même pas, il y a des gens qui ne lisent pas en entier, si c'est trop long, si c'est mal écrit, s'ils n'ont rien à répondre, s'ils n'ont pas de quoi satisfaire la demande, etc.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » jeu. 17 janv. 2013, 22:18

Hippocampe a écrit : Vous considérez comme acquis que votre interlocuteur portera intérêt à votre prose.
Absolument pas. Mais il y a des règles dans les relations par correspondance. Des règles de diplomatie.
Il y a un pourcentage de probabilités pour que l'interlocuteur prête attention à ce qu'on lui écrit. Dans ce cas il en sera remercié. Dans l'autre cas, si la lettre va au panier tant pis. Mais l'art du savoir-vivre exige qu'on lui accorde un préjugé favorable et qu'on le lui fasse savoir. Et la suite donnée à la lettre dépend de l'impression qu'il aura en la lisant. Et il est vrai qu'en lui laissant croire qu'on est convaincu de ses bonnes dispositions on lui force peut-être un peu la main.
J'ai écrit des tonnes de lettres dans ma vie, pour moi mais aussi pour les autres, et sur toutes sortes de sujets, parfois insolites ; je sais comment il faut s'y prendre pour s'attirer les bonnes grâces de quelqu'un.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7595
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » ven. 18 janv. 2013, 9:09

AliceAlasmartise. a écrit :Faudrait-il donc dire Merci d’être arrivé au bout de cette lettre , car c'est la seule chose que l'on peut considérer comme acquise ? :-)
Pour ce qui me concerne, je remercie, effectivement, mon interlocuteur d'avoir prêté attention à ma lettre. S'il ne lit pas jusque là, tant pis.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
shokin
Messages : 438
Inscription : jeu. 03 janv. 2013, 18:06
Localisation : Suisse
Contact :

Message par shokin » ven. 18 janv. 2013, 15:41

Doit-on s'efforcer d'être fidèle à la réalité ?

Devons-nous anticiper ou non les aides (en les remerciant d'avance) ?

Il est possible d'anticiper les questions que se poseront les élèves. Une fois cette anticipation faite, il vaut mieux parfois ne pas répondre trop tôt, sous peine d'empêcher le questionnement (de se verbaliser, d'opérer dans notre réflexion).
Nous sommes libres. Wir sind frei. We are free. Somos libres. Siamo liberi.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » ven. 18 janv. 2013, 16:07

shokin a écrit :Devons-nous anticiper ou non les aides (en les remerciant d'avance) ?
Ce n'est pas là que se situe la question. Il y a des codes et des règles dans la correspondance. Quand on appelle l'attention de quelqu'un sur une situation, ou quand on sollicite une faveur, il est préférable de terminer avec des remerciements, c'est un principe de courtoisie, voire de politesse.
Il a d'ailleurs bien été précisé, et je l'ai clairement écrit pour faire suite à ce que demande Klausinski, qu'on ne remercie pas l'interlocuteur pour l'aide qu'il est susceptible d'apporter (ce qui impliquerait la certitude qu'il accède à la demande), mais qu'on le remercie de bien vouloir prêter attention au contenu de la lettre, sans présumer de sa décision.
Je vous remercie de l'attention que vous voudrez bien accorder à la présente, c'est une façon de ne pas terminer sèchement une lettre. Le destinataire sera sensible à des quantités de choses : présentation, politesse, humilité (éventuellement), savoir-vivre, concision sont des critères essentiels. On ne doit pas passer outre l'un ou l'autre.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
shokin
Messages : 438
Inscription : jeu. 03 janv. 2013, 18:06
Localisation : Suisse
Contact :

Message par shokin » ven. 18 janv. 2013, 19:12

Je vous remercie de votre compréhension (ou d'avoir pris connaissance de ma requête). :)

Je n'ai pas écrit beaucoup de lettres, mais il paraît que ces codes et règles varient en fonction de plein de facteurs (le contexte, la culture, la relation avec le destinataire, le moyen de communication, etc.).
Nous sommes libres. Wir sind frei. We are free. Somos libres. Siamo liberi.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » ven. 18 janv. 2013, 19:35

C'est exact. Il y a des principes qui sont permanents : présentation (il y a des cadres rigoureux pour les renseignements : adresses, date, appel de tête...), mise en page soignée, concision, si possible ne pas dépasser une page, ou seulement de quelques lignes au verso, forme de l'appel de tête, formule de politesse (selon la fonction), et le contenu ainsi que la façon de l'exprimer dépend de l'expéditeur, du destinataire et de la position de l'un par rapport à l'autre.
Je vais donner deux exemples d'erreurs à éviter : en haut à gauche on écrit le prénom (en minuscules) suivi du nom de famille (en majuscules) de l'expéditeur. Il est incorrect de mettre le nom avant le prénom. Une faute d'éducation asez répandue : un homme ne doit jamais écrire Monsieur avant son état civil, c'est de la dernière impolitesse. La seconde : vous écrivez au directeur de votre banque, d'un supermarché, de votre assurance. Ne l'appelez pas Monsieur le directeur. Vous êtes client, il est à votre service, directeur ou pas. Appelez-le monsieur, et tâchez de marquer dans vos propos une position dominante. Cela aussi c'est une erreur courante.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Klausinski
Messages : 1293
Inscription : mar. 12 déc. 2006, 23:54
Localisation : Aude

Message par Klausinski » ven. 18 janv. 2013, 20:24

Je vous remercie de ces précieux conseils, Jacques.
« J’écris autrement que je ne parle, je parle autrement que je ne pense, je pense autrement que je ne devrais penser, et ainsi jusqu’au plus profond de l’obscurité. »
(Kafka, cité par Mauriac)

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » ven. 18 janv. 2013, 21:37

Content de vous avoir un peu éclairé.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

cyrano
Messages : 352
Inscription : sam. 11 juin 2005, 15:48
Localisation : Belgique

Message par cyrano » sam. 19 janv. 2013, 12:25

Hippocampe a écrit :Un jour, j'étais dans le métro (je suis parisien), lequel métro s'arrêta dans une station sans correspondance. Un haut-parleur nous annonça qu'en raison d'une grêve-surprise notre trajet s'arrêtait là et que nous devions rejoindre la rue.
"Nous vous remercions pour votre compréhension".

Quoi? Comment? On me remercie pour quelle compréhension? J'ai donné ma compréhension à quelqu'un, moi?
Oui, cette formule me fait parfois sourire aussi. En fait, il faut comprendre "Merci de bien vouloir faire preuve de compréhension". Comme on dirait, dans un autre contexte: "Merci de bien vouloir remettre les chaises à leur place". On peut remercier d'avance et de manière générale ceux qui accepteront de le faire.

Je pense que, dans un contexte pas trop formel, cela peut aussi être utilisé à l'écrit, pour répondre à la préoccupation de Klausinski: "Merci de bien vouloir excuser mon fils", "Merci de bien vouloir transmettre cette demande à...". La personne reste libre de ne pas le faire, mais si elle veut bien, on la remercie déjà.
Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est une volupté de fin gourmet (Courteline)

Répondre