SOS

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

SOS

Message par Jacques » ven. 07 mars 2014, 12:42

Je retrouve dans mes archives le texte ci-dessous, qui doit dater du début du XXIe siècle ou fin du XXe. Il correspond à ce que nous condamnons, aussi bien sur le forum qu'à Défense de la langue française.
Ce cri d’alarme, nous l’entendons chaque jour et partout : le français perd sa place dans le monde ! Le français est en déclin !
L’anglo-américain gagne du terrain dans l’économie, la publicité, la recherche, les services publics, l’armée, l’enseignement, les institutions internationales. Que les conseils d’administration de firmes françaises, dont les membres sont tous français, siègent en n’utilisant que l’anglais ne peut se soutenir par aucun argument. Que la correspondance d’entreprises françaises soit rédigée exclusivement en anglais ne s’explique pas davantage. Que des congrès ou colloques, réunissant essentiellement des Français, se tiennent en anglais sur notre territoire choque même des étrangers.
Le français est une des langues de travail de l’ONU mais 90 % des documents y sont rédigés en anglais. Le français se trouvera-t-il un jour dans la situation de ces langues indiennes d’Amérique dont Chateaubriand disait que seuls les vieux perroquets de l’Orénoque en avaient gardé le souvenir ?
Il faut relire Claude Hagège qui estime que les 5 000 langues parlées dans le monde ne seront bientôt plus que 500. Face à l’anglo-américain, ajoute-t-il, « il faut réagir sans complexe ».
Voilà ce que nous demandons au XXIe siècle : réagir. Et d’abord par un retour à la pureté du français. Retrouvons l’usage de ce que nos instituteurs appelaient le « bon français ». Débarrassons-le des scories accumulées et de ce charabia que nous devons malheureusement à certains pédagogues. Ce que nous imposera le XXIe siècle, c’est l’intégration de verbes, de substantifs et d’adjectifs nés du nouvel argot : le verlan. Ainsi trouve-t-on déjà, dans le Petit Robert comme le Petit Larousse, le mot « ripou », verlan de pourri. Ainsi en sera-t-il des mots « beur » et « meuf » auxquels, d’ores et déjà, les lexicographes ont accordé le droit de cité.
Le XXIe siècle verra s’accélérer un certain nombre de tendances. Nous allons de plus en plus accentuer le e muet, jusques et y compris quand il n’existe pas : chaque jour, nous entendons déjà parler du « matcheu » qui oppose telle ou telle équipe. Les liaisons, déjà en perdition, risquent de se réduire à rien. Il faudra aussi que l’on se mette dans la tête que nous disposons d’un atout que n’ont pas les autres. Cet atout, c’est la francophonie.
Il faut que l’on comprenne que la survie du français n’est pas seulement un sujet de colloque où se côtoient quelques linguistes et quelques acharnés. Il faut l’élever au rang de cause nationale. Le français est la langue maternelle de cent trente millions de gens et quatre-vingts millions l’apprennent. La France n’a pas le droit de décevoir la foi de tous ces francophones qui l’ont affirmée sur cinq continents. Si la France restait désabusée, si elle conduisait ses amis à douter d’elle, savez-vous ce que l’on verrait dans cinquante ans ? Les représentants d’une Francophonie en délire délibéreraient toujours. Mais on ne trouverait plus personne pour y parler français.
Il n’est pas trop tard, mais il faut faire vite.

Alain DECAUX
de l’Académie française
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

André (G., R.)
Messages : 6958
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » ven. 07 mars 2014, 14:52

Comment ne pas être d'accord ? Comment ne pas voir que la « battle » que nous propose le jeu télévisé « The voice » et que l'on retrouvera si on le souhaite sur « MyTF1 » est la pire chose que l'on puisse imaginer pour notre langue ?
Le pot-pourri des erreurs et anomalies qu'Alain Decaux énumère après son cri d'alarme, pour illustrer la perte de la pureté du français, me convainc moins. J'ai déjà eu l'occasion de dire, sur un sujet proche, qu'au contraire il me semble important de hiérarchiser les réactions aux évolutions. Une faute est une faute, mais s'agissant de l'avenir de la langue toutes les déviances n'ont pas les mêmes conséquences : l'ado qui parle d'un « matcheu » de foot ne fait pas courir le même risque au français que le média qui ne connaît que « teen-ager » pour désigner ce même ado ou que le constructeur qui veut à tout prix imposer « truck » pour remplacer notre « camion ».
Ne l'oublions pas : tout se voit et se sait beaucoup plus vite que jadis. Ceux dont le français laissait à désirer autrefois étaient nombreux, mais ils ne donnaient pas leurs productions à lire sur les réseaux sociaux. Des erreurs commises dans le passé sont en voie de régression. L'élément décisif nouveau est l'anglomanie. Comment agir efficacement en ce domaine tout en restant ouvert sur le monde ?

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » ven. 07 mars 2014, 15:22

Il n'y a pas que les ados qui parlent d'un matcheu, malheureusement. C'est devenu systématique chez les professionnels de l'information qui nous gratifient d'ourseu blanc, de parqueu de loisirs, de filmeu policier, d'arqueu de triomphe, de vingteu deux, vingteu trois, qui changent le prénom Marc en Marqueu, etc.
Et si l'ado dit matcheu c'est parce qu'il l'a entendu de la bouche de ces gens-là. Il paraît que cet inutile et fautif E ajouté s'appelle un chva en linguistique. (je ne suis pas sûr de l'orthographe).
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Thypot
Messages : 62
Inscription : lun. 10 févr. 2014, 16:58
Localisation : Paris

Message par Thypot » ven. 07 mars 2014, 16:46

J'avais lu ce texte sur le site de l'Académie. Il me paraît plein de sens.

En revanche, je n'avais jamais noté la difficulté que soulève la prononciation du e muet.
En vérité, je ne vois pas ce qu'on veut dire par là. J'entends rarement les e ainsi prononcés, du moins, il me semble !
Avez-vous à disposition des exemples de mauvaise prononciation (des vidéos peut-être) ?

Avatar de l’utilisateur
Ernest de la Coquecigrue
Messages : 135
Inscription : mer. 30 oct. 2013, 11:57

Message par Ernest de la Coquecigrue » ven. 07 mars 2014, 16:53

Jacques a écrit :Il paraît que cet inutile et fautif E ajouté s'appelle un chva en linguistique. (je ne suis pas sûr de l'orthographe).
C'est bien cela : chva ou schwa (les dictionnaires donnent les deux orthographes). Je ne connaissais pas le terme.

Si j'ai bien compris, le chva désigne la voyelle moyenne centrale ə, très courante en français (petit). En soi, un chva n'est pas fautif : c'est l'utilisation qui en est faite qui peut l'être, comme dans vos exemples.

André (G., R.)
Messages : 6958
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » ven. 07 mars 2014, 17:32

Thypot a écrit :En revanche, je n'avais jamais noté la difficulté que soulève la prononciation du e muet.
En vérité, je ne vois pas ce qu'on veut dire par là. J'entends rarement les e ainsi prononcés, du moins, il me semble !
Avez-vous à disposition des exemples de mauvaise prononciation (des vidéos peut-être) ?
On regrette ici, je crois, la prononciation d'un E inexistant (noté ci-dessus EU ) à la fin de mots comme parc, film, bouc, Max... L'erreur est si fréquente qu'on peut n'y plus prêter attention : « match de foot » est dit en quatre syllabes, « parc de loisirs » en cinq, etc.

André (G., R.)
Messages : 6958
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » ven. 07 mars 2014, 17:37

Jacques a écrit :Il n'y a pas que les ados qui parlent d'un matcheu, malheureusement. C'est devenu systématique chez les professionnels de l'information qui nous gratifient d'ourseu blanc, de parqueu de loisirs, de filmeu policier, d'arqueu de triomphe, de vingteu deux, vingteu trois, qui changent le prénom Marc en Marqueu, etc.
Et si l'ado dit matcheu c'est parce qu'il l'a entendu de la bouche de ces gens-là.
C'est vrai.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » ven. 07 mars 2014, 17:41

Ernest de la Coquecigrue a écrit :Si j'ai bien compris, le chva désigne la voyelle moyenne centrale ə, très courante en français (petit). En soi, un chva n'est pas fautif : c'est l'utilisation qui en est faite qui peut l'être, comme dans vos exemples.
Je n'avais pas compris cela (voyelle centrale), je pensais que c'était uniqement la voyelle finale abusivement ajoutée.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Islwyn
Messages : 1492
Inscription : sam. 16 févr. 2013, 12:09
Localisation : Royaume-Uni (décédé le 9 mars 2018)

Message par Islwyn » ven. 07 mars 2014, 19:20

Il faudrait peut-être penser que ces mots qui se terminent sur une consonne (parc, match et les autres) sont assimilés à toute la famille de mots se terminant en e muet mais où la prononciation du e est toujours possible : ainsi la port(e) est fermée mais la porte se ferma.
Quantum mutatus ab illo

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » ven. 07 mars 2014, 19:51

Vous avez peut-être raison, mais il y a parfois une petite difficulté à les prononcer devant un mot commençant par une consonne : match perdu, match gagné, ours brun, film policier sont à la consonne ce que le hiatus (ou l'hiatus ?) est à la voyelle. Alors, des gens qui ne veulent pas faire d'efforts ajoutent un E de liaison. Ensuite, le phénomène a fait boule de neige et les moutons de Panurge en ont établi la pratique systématique.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

André (G., R.)
Messages : 6958
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » ven. 07 mars 2014, 20:13

Islwyn a écrit :la port(e) est fermée mais la porte se ferma.
Je prononce « porte » de la même manière (avec amuïssement du E) dans vos deux exemples, mais certains font la distinction que vous signalez.
Pour mes enregistrements de livres, je mets un point d'honneur à ne pas intercaler d'E lorsque je lis « match perdu », « match gagné », « ours brun », « film policier »... « Ours brun » a la particularité de quatre consonnes à la suite, mais elles sont oralement à la portée, me semble-t-il, de tout enfant, mettons : de plus de cinq ans, et de tout adulte de bonne volonté.

Répondre