Les mots du confinement

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7758
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: Les mots du confinement

Message par Claude » lun. 25 mai 2020, 12:13

C'est effectivement la langue de publication. Un ami médecin doit régulièrement publier des articles en anglais, ce qui l'ennuie beaucoup car il n'est pas un as de cette langue et perd du temps à traduire :).
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Avatar de l’utilisateur
Marco
Messages : 1008
Inscription : jeu. 09 juin 2005, 23:36

Re: Les mots du confinement

Message par Marco » lun. 25 mai 2020, 15:48

Et moi qui en ai lu une quantité astronomique (et qui connais l’anglais dans ses moindres nuances), de ces articles scientifiques, en particulier dans le domaine de la recherche médicale et biochimique, je tombe souvent à la renverse devant des phrases complètement agrammaticales, des fautes d’accord de verbe, des confusions lexicales. C’est quelquefois hallucinant !

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7758
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: Les mots du confinement

Message par Claude » lun. 25 mai 2020, 16:27

Ses articles concernent justement la recherche médicale.
Je vais lui dire de bien surveiller sa grammaire parce qu'une de mes connaissances ne laisse rien passer :wink: :lol: .
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Avatar de l’utilisateur
Yeva Agetuya
Messages : 1132
Inscription : lun. 22 juin 2015, 1:43

Re: Les mots du confinement

Message par Yeva Agetuya » lun. 25 mai 2020, 18:18

L'anglais international ne peut être celui d'Oxford.

Avatar de l’utilisateur
Marco
Messages : 1008
Inscription : jeu. 09 juin 2005, 23:36

Re: Les mots du confinement

Message par Marco » lun. 25 mai 2020, 19:07

Claude a écrit :
lun. 25 mai 2020, 16:27
Je vais lui dire de bien surveiller sa grammaire parce qu'une de mes connaissances ne laisse rien passer :wink: :lol: .
…et pourrait bien sortir son fouet. :lol:
Yeva Agetuya a écrit :
lun. 25 mai 2020, 18:18
L'anglais international ne peut être celui d'Oxford.
Ni de Cambridge ou de Stratford-upon-Avon. Mais ce n’est pas trop demander que d’exiger, dans une publication scientifique, des phrases grammaticalement correctes.

Avatar de l’utilisateur
Marco
Messages : 1008
Inscription : jeu. 09 juin 2005, 23:36

Re: Les mots du confinement

Message par Marco » mar. 26 mai 2020, 21:31

J’aimerais revenir un instant sur cluster, en faisant suite à la citation proposée par Leclerc92, et avoir vos avis.

Infarinato, notre deus ex machina, comme l’appelait parfois notre Jacques qui nous manquera toujours, qui a accès à l’Oxford English Dictionary en ligne constamment mis à jour, m’a très gentiment fourni l’intégralité de l’entrée cluster. Il faut aller après l’article, dans les draft additions (ajouts en version préliminaire), et celle-ci date de juin 2015, pour lire :

Medicine. A number of cases of the same (usually uncommon) disease grouped closely together with regard to time or place (or both).

Je traduis :

Médecine. Un certain nombre de cas de la même maladie (généralement peu commune) en étroite proximité l’un de l’autre dans le temps ou dans l’espace (ou les deux).

Tout d’abord, cette notion de « temps ou espace » me paraît superfétatoire : s’il y a un certain nombre de cas en étroite proximité, c’est forcément à la fois spatial et temporel, car si ces cas regroupés n’existent pas dans un même temps, il n’y a pas de groupe ou grappe de cas, mais des cas isolés dans le temps, et alors le concept s’évanouit. Donc si on veut utiliser le terme d’agrégat, il faut l’utiliser tel quel, sans ajouter « spatio-temporel ».

Ensuite, les premiers exemples donnés, datant de 1910 et 1943, révèlent que dans ce sens, ce mot était employé, assez logiquement, dans la locution a cluster of cases, c’est-à-dire une grappe de cas, comme a cluster of grapes, « une grappe de raisin » (on dit aujourd’hui, plus couramment, a bunch of grapes), donc un petit groupe de cas. Cluster a ainsi pris ce sens par simple ellipse du mot « cas ».

Il est certain que lorsqu’on apprend une notion avec un terme donné, c’est ce terme uniquement qui évoquera cette chose très précise dans notre esprit. Si j’apprenais, par exemple, qu’un composant essentiel de la cellule se nomme « strubilac » et que je le lisais partout, je ne songerais peut-être pas à utiliser un autre terme, sauf si je savais qu’en réalité il se nomme mitochondrie. Il en est ainsi de nombre d’anglicismes dans le langage scientifique, que les savants d’autres langues maternelles emploient en croyant utiliser un terme très technique et uniréférentiel, alors qu’en anglais, c’est juste la spécialisation d’un terme de tous les jours.

Mais une chose très précise peut avoir un nom tout à fait banal : nous n’avons aucune peine à distinguer le sens d’un mot dans son contexte. Prenons justement l’exemple du mot foyer. Si on dit entretenir la flamme du foyer, on pense à la cheminée ; fonder un foyer nous évoque la famille ; au théâtre il y a le foyer du public ; il y a aussi le foyer du soldat, des élèves ; en optique le foyer d’une lentille et en géométrie les foyers d’une ellipse, etc. Le même mot peut acquérir une acception très spécifique à un domaine sans prêter à confusion aucune. Alors finissons-en avec le mot cluster en français ! :d

Leclerc92
Messages : 2367
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: Les mots du confinement

Message par Leclerc92 » mar. 26 mai 2020, 23:23

Tout d’abord, cette notion de « temps ou espace » me paraît superfétatoire : s’il y a un certain nombre de cas en étroite proximité, c’est forcément à la fois spatial et temporel, car si ces cas regroupés n’existent pas dans un même temps, il n’y a pas de groupe ou grappe de cas, mais des cas isolés dans le temps, et alors le concept s’évanouit. Donc si on veut utiliser le terme d’agrégat, il faut l’utiliser tel quel, sans ajouter « spatio-temporel ».
https://books.google.fr/books?id=yyrbKe ... &q&f=false

D'après ce que je comprends du document ci-dessus, on peut faire l'analyse de cluster ou d'agrégat soit dans le temps, soit dans l'espace, soit dans les deux en même temps. Les agrégats analysés ne sont donc pas nécessairement concomitants, il peuvent avoir lieu à des périodes différentes mais dans des lieux rapprochés ; ou inversement à des dates rapprochées mais dans des dates différentes ; ou dans des lieux et des dates proches. Donc la proximité étudiée n'est pas nécessairement la double proximité spatio-temporelle.

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 8013
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Re: Les mots du confinement

Message par Perkele » mer. 27 mai 2020, 10:06

La notion de cas successifs à plus ou moins grande distance, dans un même endroit, évoquée ci-dessus par Leclerc, m'avait effleurée.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7758
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: Les mots du confinement

Message par Claude » sam. 30 mai 2020, 9:31

Encore un mot issu de l'anglais :
Méthode de répartition fondée sur le hasard. La randomisation (de l'anglais random, signifiant hasard) est une méthode qui permet d'introduire un élément aléatoire dans une étude.
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Leclerc92
Messages : 2367
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: Les mots du confinement

Message par Leclerc92 » sam. 30 mai 2020, 10:39

Oui, c'est un mot bien implanté depuis longtemps dans le domaine statistique. Je ne crois pas que la commission de terminologie ait proposé des équivalents. Alfred Gilder avait proposé au hasard, à l'aveuglette, hasardisation, stochasticage ou randonnage. Je ne crois pas qu'aucun de ces mots n'ait pris.
La consolation, c'est que le mot anglais random vient du vieux français randon, d'où nous est aussi venue notre toujours actuelle randonnée.

Avatar de l’utilisateur
abgech
Messages : 359
Inscription : lun. 02 oct. 2006, 17:43
Localisation : Genève, Suisse

Re: Les mots du confinement

Message par abgech » sam. 30 mai 2020, 14:05

Depuis longtemps, pour ne pas dire toujours, en statistiques, on utilise le mot aléatoire. Par exemple on parle de tirage aléatoire, méthode aléatoire, etc.

Mais, j'imagine, que d'utiliser "randomisation", cela fait plus "savant" pour ceux qui ne comprenne rien au sujet.

Avatar de l’utilisateur
Marco
Messages : 1008
Inscription : jeu. 09 juin 2005, 23:36

Re: Les mots du confinement

Message par Marco » sam. 30 mai 2020, 15:18

Une alternative à randomiser est aléatoiriser. ;)

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7758
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: Les mots du confinement

Message par Claude » sam. 30 mai 2020, 16:19

Marco a écrit :
sam. 30 mai 2020, 15:18
Une alternative à randomiser est aléatoiriser. ;)
Aucun des deux n'est agréable à l'oreille. :wink:
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Leclerc92
Messages : 2367
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: Les mots du confinement

Message par Leclerc92 » sam. 30 mai 2020, 18:44

Dans son Dictionnaire des Anglicismes, paru chez Robert, Josette Rey-Debove disait effectivement que la production de dérivés à partir de aléatoire n'est guère possible. Elle disait aussi que certains scientifiques avaient préconisé randonisation, randoniser, par référence à l'ancien français randon, mais celui-ci n'avait nullement le sens de « hasard » et par conséquent cette forme n'était pas à encourager.
Le Dictionnaire des Anglicismes chez Larousse date l'anglicisme de la fin des années 50.
Comme je l'ai dit plus haut, il est bien implanté et j'ai l'impression qu'il est un peu tard pour s'y opposer d'autant que personne n'a vraiment proposé d'équivalent convaincant.
Même nos prudents cousins québécois, s'ils ont proposé en 2018 une "répartition aléatoire", écrivent quand même : « L'emprunt à l'anglais randomisation est acceptable parce qu'il est légitimé en français au Québec et ailleurs en francophonie. »
La messe est dite, me semble-t-il.

Répondre