Noms à double genre et de sens différent

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7615
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » dim. 01 juin 2014, 10:01

Claude a écrit :Et Perrette, qu'avait-elle sur sa tête bien posé sur un coussinet, que La Fontaine appelait un pot au lait ? :lol:
Perrette ? Elle est potelée.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7174
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » dim. 01 juin 2014, 10:04

Adieu veaux, vaches, cochons, couvée ! Elle n'a pas eu de pot.
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 3962
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert » dim. 01 juin 2014, 10:07

Perkele a écrit :Si vous parlez de cet objet, chez nous c'est lui qu'on appelle un bidon à lait.
Nous aussi.
Εt si vous parlez de ce qu'il contient, chez nous on appelle ça du lait, mais avec un è bien ouvert, pas du lé ! :lol:
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)

André (G., R.)
Messages : 6876
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » dim. 01 juin 2014, 10:10

Dans bouille-lait, on a manifestement à faire au verbe bouillir, tandis que la bouille, alias boille (le mot est prononcé comme boy), a probablement une autre origine.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » dim. 01 juin 2014, 10:27

André (G., R.) a écrit :Dans bouille-lait, on a manifestement à faire au verbe bouillir, tandis que la bouille, alias boille (le mot est prononcé comme boy), a probablement une autre origine.
Bouille, au sens de figure, est une apocope de bouillotte. Ce dernier est un archaïsme désignant une locomotive à vapeur et, selon Esnault, le premier se dirait par analogie de forme et de fonctionnement. Je suis perplexe, mais il est vrai que parfois on parle d'avoir le cerveau en ébullition quand on sollicite fortement les « petites cellules grises » chères à Hercule Poirot.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7174
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » dim. 01 juin 2014, 10:56

Jacques-André-Albert a écrit :[...] Εt si vous parlez de ce qu'il contient, chez nous on appelle ça du lait, mais avec un è bien ouvert, pas du lé ! :lol:
Je ne vous le fais pas dire. :wink:
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

André (G., R.)
Messages : 6876
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » dim. 01 juin 2014, 11:18

Jacques a écrit : analogie de forme et de fonctionnement. Je suis perplexe
Je trouve aussi qu'il y a de quoi l'être.

Avatar de l’utilisateur
Islwyn
Messages : 1492
Inscription : sam. 16 févr. 2013, 12:09
Localisation : Royaume-Uni (décédé le 9 mars 2018)

Message par Islwyn » dim. 01 juin 2014, 12:32

Tous ces commentaires me font enfin découvrir le sens du titre et du roman de Zola (1882):
« Le mot pot-bouille désignait au XIXe siècle en langage familier la cuisine ordinaire des ménages, en gros synonyme de popote. Mais il n’est pas question ici de cuisine, sinon au sens figuré : Zola veut en effet nous montrer l’envers du décor d’un grand immeuble parisien où, derrière un luxe de façade, vivent des familles bourgeoises dont le comportement quotidien est aussi peu ragoûtant qu’un médiocre brouet, un pot-bouille. » (Tiré de Wikipédia, s.v.)
Quantum mutatus ab illo

André (G., R.)
Messages : 6876
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » dim. 01 juin 2014, 13:26

Merci pour ces explications sur le pot-bouille.
Il semblerait que l'on ait ici la preuve de la non parenté des deux bouille.

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7615
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » dim. 01 juin 2014, 15:46

La "bouillotte" aurait plus avoir avec le "bol" qu'avec l'eau bouillante ?
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » dim. 01 juin 2014, 16:14

Non, bouillotte est de la famille de bouillir, elle a d'abord été l'ustensile servant à faire bouillir de l'eau, mot qui fut éliminé par bouilloire. Elle a alors désigné le récipient dans lequel on mettait de l'eau bouillante et qu'on introduisait dans le lit pour se réchauffer, à une époque où le chauffage central n'existait pas.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

André (G., R.)
Messages : 6876
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » dim. 01 juin 2014, 16:25

C'est ce que je m'apprêtais à écrire !
Mais votre question, Perkele, me permet de constater que le français comporte deux bol, sans rapport étymologique entre eux. L'un vient de l'anglais bowl, c'est le récipient, l'autre dérive du latin bolus, boulette, il désigne la terre pour les poètes ou une boule, un lingot, il n'est plus guère employé aujourd'hui que dans l'expression bol alimentaire (Robert DHLF). Un nouveau cas d'homographes de même genre, mais d'étymologie différente.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » dim. 01 juin 2014, 17:30

C'est étrange, il me semblait que le lingot avait une forme parallélépipédique.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

André (G., R.)
Messages : 6876
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » dim. 01 juin 2014, 18:42

Probablement le mot n'a-t-il pas toujours contenu cette idée : C'est ce que semblent indiquer les entrées BOL et LINGOT du Robert DHLF.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » dim. 01 juin 2014, 19:54

Il semblerait que si, pourtant. Définition du Dictionnaire de l'Académie 1e édition (1694) :
LINGOT. s. m. Il ne se dit principalement que de l'or & de l'argent en masse, en barre. Lingot d'or, de l'or, de l'argent en lingot. La définition ne varie pas jusqu'à la huitième. La neuvième, plus développée, garde la même idée. J'ai suffisamment manipulé de lingots d'or pour assurer qu'ils ont cette forme.
Jacqueline Picoche, dans son dictionnaire étymologique, nous apprend que le mot lingot, de l'ancien provençal lingo « langue », se dit ainsi à cause de la forme allongée de ces blocs de métal. Le lingot a donc toujours été un parallélépipède.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Répondre