Amphibologies

Répondre
André79
Messages : 470
Inscription : mar. 31 juil. 2007, 23:04
Localisation : Poitou

Message par André79 » sam. 18 juil. 2015, 13:51

Quotidienne ? Euh ... Ou alors on ne fréquente pas les mêmes rues...

Avatar de l’utilisateur
Islwyn
Messages : 1492
Inscription : sam. 16 févr. 2013, 12:09
Localisation : Royaume-Uni (décédé le 9 mars 2018)

Message par Islwyn » sam. 18 juil. 2015, 13:59

J'aurais dû insérer « apparemment ». Ce serait plutôt chose insolite dans mes parages.
Mais ai-je bien vu l'amphibologie ?
Quantum mutatus ab illo

Avatar de l’utilisateur
Yeva Agetuya
Messages : 1024
Inscription : lun. 22 juin 2015, 1:43

Message par Yeva Agetuya » sam. 18 juil. 2015, 14:49

La chanson date de 1962, époque où la mixité n'existe pas dans l'enseignement secondaire.

Dans le film "Diabolo Menthe", dont l'histoire se passe en 1963, il n'y a pas de mixité.

Comme on trouve souvent ses amis parmi ses camarades de classe, on avait plus de chance à l'époque de voir passer dans la rue des paires de garçons et de filles que des couples mixtes.

André (G., R.)
Messages : 6805
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » sam. 18 juil. 2015, 17:42

Je ne puis être d'accord avec cette manière de voir. Je me souviens bien de la sortie de cette chanson : j'avais immédiatement ressenti la tristesse de la chanteuse constatant que ses amies avaient des amoureux alors que ce n'était pas son cas. J'avais compris « deux par deux » comme « par couples constitués respectivement d'un garçon et d'une fille ».

Avatar de l’utilisateur
Yeva Agetuya
Messages : 1024
Inscription : lun. 22 juin 2015, 1:43

Message par Yeva Agetuya » sam. 18 juil. 2015, 19:13

Il est certain que le contexte élimine l'ambiguïté.

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7595
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » dim. 19 juil. 2015, 8:28

Yeva Agetuya a écrit :La chanson date de 1962, époque où la mixité n'existe pas dans l'enseignement secondaire.

Dans le film "Diabolo Menthe", dont l'histoire se passe en 1963, il n'y a pas de mixité.

Comme on trouve souvent ses amis parmi ses camarades de classe, on avait plus de chance à l'époque de voir passer dans la rue des paires de garçons et de filles que des couples mixtes.
Je suis entrée en classe de sixième en 1963 dans un des premiers établissements mixte (qui venait, certes, d'être créé)
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7595
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » dim. 19 juil. 2015, 8:35

Yeva Agetuya a écrit :Je tombe sur ceci :

C'est impressionnant de ne pas comprendre une chose aussi simple.

Le contexte fait que l'auteur ne se veut sûrement pas l'incomprenant.

Et, justement, seul le contexte permet de savoir si l'incomprenant est je, tu, il, ou autres.
Votre intervention me fait penser à une phrase extraite d'un volume des enquêtes du commissaire Maigret :

"Je cherche à comprendre, ce qui je l'espère arrivera un jour"

J'ai toujours pensé que le correcteur de la maison d'édition avait ajouté inopportunément une virgule faisant passer notre perspicace Maigret pour un benêt espérant comprendre un jour.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

André (G., R.)
Messages : 6805
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » dim. 19 juil. 2015, 11:26

La phrase de Maigret n'est toutefois pas incongrue, à mon sens, avec la virgule : elle peut signifier alors non pas que Maigret aurait une faible compréhension, mais que la difficulté est particulièrement ardue.

Avatar de l’utilisateur
Islwyn
Messages : 1492
Inscription : sam. 16 févr. 2013, 12:09
Localisation : Royaume-Uni (décédé le 9 mars 2018)

Message par Islwyn » dim. 19 juil. 2015, 11:54

Sans la virgule d'ailleurs la phrase auraut eu un tout autre sens :
« Je cherche à comprendre ce qui je l'espère arrivera un jour », ou encore « Je cherche à comprendre ce qui, je l'espère, arrivera un jour ».
Quantum mutatus ab illo

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7595
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » dim. 19 juil. 2015, 13:19

Islwyn a écrit :Sans la virgule d'ailleurs la phrase auraut eu un tout autre sens :
« Je cherche à comprendre ce qui je l'espère arrivera un jour », ou encore « Je cherche à comprendre ce qui, je l'espère, arrivera un jour ».
C'est exactement ce qui me semble plus digne de notre fin limier.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7595
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » dim. 19 juil. 2015, 13:21

André (G., R.) a écrit :La phrase de Maigret n'est toutefois pas incongrue, à mon sens, avec la virgule : elle peut signifier alors non pas que Maigret aurait une faible compréhension, mais que la difficulté est particulièrement ardue.
C'est effectivement ce que je sous-entendais.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 3951
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert » lun. 20 juil. 2015, 17:27

Yeva Agetuya a écrit :La chanson date de 1962, époque où la mixité n'existe pas dans l'enseignement secondaire.
Cette remarque est bien péremptoire. J'étais dans l'enseignement primaire en 1962, dans un lycée mixte...
Dernière modification par Jacques-André-Albert le mar. 21 juil. 2015, 10:43, modifié 2 fois.
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7121
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » lun. 20 juil. 2015, 18:35

Perkele a écrit : [...] Je suis entrée en classe de sixième en 1963 dans un des premiers établissements mixte (qui venait, certes, d'être créé)
Je suis exactement dans le même cas que vous, année et création d'établissement mixte (à Besançon pour ne pas le situer), sauf que je n'entrais pas en sixième mais en première. :wink:
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

André (G., R.)
Messages : 6805
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » lun. 20 juil. 2015, 20:39

Votre retour parmi nous, que je salue, Claude, ne me laisse pas indifférent pour une autre raison : j'apprends que nous pourrions être du même âge ! :D En tout cas mon entrée en première s'est faite aussi en 1963 ! Toutefois non dans un établissement mixte, mais militaire ! De l'Ouest.

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7121
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » mar. 21 juil. 2015, 8:53

Je suis de 1945 mais avec une année de retard (entrée en cinquième et non en quatrième après le certif').
De l'Ouest ? Coëtquidan par exemple ?
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Répondre