Passer outre

Leclerc92
Messages : 3905
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: Passer outre

Message par Leclerc92 »

jarnicoton a écrit :Je crois qu'employée absolument, cette expression veut dire : mourir.
Dans ses emplois plus courants, je suis embarrassé : passer outre à, ou passer outre + complément d'objet.
Y a-t-il des cas réclamant l'un ou l'autre ?
Nos excursions dans la langue ancienne nous ont fait négliger de vous répondre sur le fond.
Non, l'expression "passer outre" employée absolument a bien aujourd'hui le sens de aller au-delà, ne pas s'arrêter, et le sens dérivé de ne pas tenir compte.
Si l'on souhaite lui donner un complément, l'expression dans son sens dérivé ne doit pas s'employer de manière transitive directe, contrairement à la préposition "outre" seule qui admet une construction directe. On utilise la préposition "à".
Le TLF et l'Académie sont d'accord là-dessus.
Passer outre à (une objection, un obstacle). Ne pas (en) tenir compte. On voit dans la première de ces lettres en quels termes affectueux et pleins d'une tendre estime Mmede Staël renoue une correspondance interrompue, et passe outre à une négligence (Sainte-Beuve, Portr. contemp., t.4, 1845, p.154).
Fig. Passer outre à quelque chose, en termes de droit, y procéder sur-le-champ ou le poursuivre (vieilli). Il avait commencé de bâtir en tel endroit ; il lui fut défendu par arrêt de passer outre. Dans l'usage courant, ne pas tenir compte de quelque chose, refuser de s'y arrêter. Ils ont passé outre à toutes les objections, toutes les interdictions.
Mais l'emploi transitif direct s'entend et se lit parfois.
Prier, Louis ne s'en privait pas, mais il était inquiet et un soir, il passa outre la défense maternelle et se fit ouvrir la porte de Marguerite.
C'est une erreur, probablement due à une confusion avec l'expression correcte au sens propre, où "outre" est bien préposition :
-Pacolet tourna la cheville si bien que le cheval en l'air s'enleva , et cette nuit fit tant de chemin qu'il passa outre la mer.
-Ceux qui accompagnaient Paul le conduisirent jusqu'à Athènes; il passa outre la Thessalie, car il s'était empêché , pour eux, de proclamer la parole
-Au reste ayant fait tourner bride à son armée vers le Midi , il passa outre le Liban, mont de Syrie,& la ville de Damas.
Pour avoir l'avantage de la surprise, il passa outre la vieille dame, ouvrit la porte sans frapper et attaqua directement avant de se dégonfler.
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 9712
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele »

Tout cela est passionnant, Leclerc !
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 9712
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele »

Leclerc92 a écrit :On trouve effectivement sous la plume de Maurice Druon, ceci, par exemple :
J'ai passé la plus mauvaise nuit du monde, toute torturée aux entrailles par l'angoisse de la mort ; et j'avais grand-crainte de passer outre sans vous avoir ouvert ma pensée, pour ce que je vous aime, en dépit de tout, d'un cœur de mère.
https://books.google.fr/books?id=PG7FCQ ... &q&f=false
Difficile de dire si c'est une expression ancienne réelle (je n'en trouve pas confirmation) ou une simple image, aisément compréhensible.
On trouve d'ailleurs dans Godefroy, à la rubrique "outre" :
Estre outre : être mort
http://micmap.org/dicfro/search/diction ... froy/outre
avec un exemple.
Là encore, difficile de dire si l'expression est figée ou imagée.
"Être outre" ne doit pas être confondu avec "être outré", n'est-ce pas ?
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
Répondre