Les faux amis du vocabulaire français

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 8901
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Les faux amis du vocabulaire français

Message par Perkele »

MORBIDE : du latin "morbidus" = malade et "morbus" = maladie. Est morbide ce qui est relatif à la maladie.

Sans doute par extrapolation d'un sens figuré qui pourait exprimer l'idée "malsain" ce mot est confondu avec "macabre".

Or, un délire morbide est un délire dû à la maladie, il n'est pas forcément composé de pensées macabres. Et le taux de morbidité d'un pays n'est pas à confondre avec son taux de mortalité.
Dernière modification par Perkele le mar. 22 mai 2007, 7:58, modifié 1 fois.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
Avatar de l’utilisateur
Klausinski
Messages : 1295
Inscription : mar. 12 déc. 2006, 23:54
Localisation : Aude

Message par Klausinski »

Oui, et il est parfois difficile de faire comprendre à ceux qui nous écoutent, quand on emploie ce mot, qu'on parle bien de maladie et non de mort. Surtout dans le domaine de l'art ou la maladie évoque souvent la mort. D'où peut-être le glissement de sens.

Mais en art, la morbidesse, c'est la « molesse et délicatesse dans le modelé ». Au figuré, ça peut même être une « douceur alanguie », toujours selon le TLFi.
« J’écris autrement que je ne parle, je parle autrement que je ne pense, je pense autrement que je ne devrais penser, et ainsi jusqu’au plus profond de l’obscurité. »
(Kafka, cité par Mauriac)
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 8901
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele »

SÉNILE : propre à la vieillesse (du latin senex = vieillard, et sénilis = de vieillard) et de la même famille que sénat = conseil des anciens.

La démence sénile est la perte des facultés mentales due à l'âge

La sénilité précoce est un vieillissement qui survient trop tôt (avec ou sans pertedes facultés mentales.

Un vieillard sénile est un pléonasme.
Dernière modification par Perkele le mar. 22 mai 2007, 7:58, modifié 1 fois.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
Avatar de l’utilisateur
Klausinski
Messages : 1295
Inscription : mar. 12 déc. 2006, 23:54
Localisation : Aude

Message par Klausinski »

Vous me faites penser, en parlant des pléonasmes, il paraît que : « une joie pure et sans mélange » n'est pas un pléonasme. Comment peut-on l'expliquer ?


Sinon, parmi les faux amis du français, je vois compendieux. Ce qui est compendieux, c'est ce qui résume, ce qui, bien que complet et contenant l'essentiel, est concis et bref.

Dans une réponse à une critique de M. Froehner, Flaubert écrit :
Mais, puisque vous êtes descendu jusqu'à ces chicanes de mots, j'en reprendrai chez vous deux autres : 1° Compendieusement, que vous employez tout au rebours de la signification pour dire abondamment, prolixement...
« J’écris autrement que je ne parle, je parle autrement que je ne pense, je pense autrement que je ne devrais penser, et ainsi jusqu’au plus profond de l’obscurité. »
(Kafka, cité par Mauriac)
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 8830
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude »

Klausinski a écrit :il paraît que : « une joie pure et sans mélange » n'est pas un pléonasme. Comment peut-on l'expliquer ?
Voici ce que j'ai relevé dans le TLF :
Sans mélange [Appliqué à une chose abstr.] Absolument pur, que rien ne vient altérer : joie sans mélange.

Il me semble qu'il s'agit bel et bien d'un pléonasme, sauf si j'ai loupé une subtilité.
Avatar de l’utilisateur
Klausinski
Messages : 1295
Inscription : mar. 12 déc. 2006, 23:54
Localisation : Aude

Message par Klausinski »

C'est en tout cas une expression que l'on trouve dans bon nombre de textes classiques. Ce qui fait que ce soit un pléonasme, je le sais ; ce qui fait que ce n'est pas un pléonasme, voilà ce que j'ignore. On me soutient que ce n'en est pas un : une personne me dit qu'elle a vu cela en cours mais qu'elle ne saurait plus le justifier.
Elle ne sentait que le plaisir de voir monsieur de Nemours, elle en avait une joie pure et sans mélange qu'elle n'avait jamais sentie: cette joie lui donnait une liberté et un enjouement dans l'esprit que monsieur de Nemours ne lui avait jamais vus, et qui redoublaient son amour.
La princesse de Clèves, Madame de La Fayette.
« J’écris autrement que je ne parle, je parle autrement que je ne pense, je pense autrement que je ne devrais penser, et ainsi jusqu’au plus profond de l’obscurité. »
(Kafka, cité par Mauriac)
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 8830
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude »

Attendons d'autres réactions.
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 8901
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele »

Peut-être s'agit-il de prendre "pure" dans son acception :"chaste" ?
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 8830
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude »

Peut-être, mais une joie chaste c'est quoi ?
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 8901
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele »

claude a écrit :Peut-être, mais une joie chaste c'est quoi ?
Mais, Claude, il n'est tout de même pas nécessaire de vous expliquer ce que devait ressentir la princesse de Cleves en voyant monsieur de Nemours dont elle était amoureuse, voyons !

Sa joie était honnête, saine et totale.

Enfin, c'est une explication. :D
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 8830
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude »

Perkele a écrit :Mais, Claude, il n'est tout de même pas nécessaire de vous expliquer ce que devait ressentir la princesse de Cleves en voyant monsieur de Nemours dont elle était amoureuse, voyons !
Je suis un homme, quoi de plus naturel en somme :lol: , je ne peux donc pas savoir (je m'en sors bien !).
Perkele a écrit :Sa joie était honnête, saine et totale.
Je modifie et complète la proposition initiale de Klausinski :
Sa joie était honnête, saine, totale et sans mélange :wink: .
Avatar de l’utilisateur
Klausinski
Messages : 1295
Inscription : mar. 12 déc. 2006, 23:54
Localisation : Aude

Message par Klausinski »

Je vous remercie tous deux. Je reste tout de même dubitatif. Il me semble que quand on emploie un mot qui a plusieurs acceptions, on fait résonner toutes ses acceptions. Ainsi, quand on emploie le mot pur, on dit à la fois "non corrompu", "chaste" et "sans mélange". Je pense toutefois que votre interprétation est la bonne. Et puis, Mme de La Fayette, seule ou accompagnée, savait écrire, quand même !
« J’écris autrement que je ne parle, je parle autrement que je ne pense, je pense autrement que je ne devrais penser, et ainsi jusqu’au plus profond de l’obscurité. »
(Kafka, cité par Mauriac)
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 8901
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele »

J'avais retenu que "sans mélange" avait anciennement le sens de "entier", "complet".

Donc, même si l'on occulte le sens "chaste", "honnête", on a une joie sans sentiment parasite et totale.

Il y a donc moyen de ne pas y voir un pléonasme. :wink:
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
Invité

Message par Invité »

Mais justement cette joie qualifiée doublement de pure et sans mélange, indique tout simplement une volonté de la part de celle qui l'éprouve, de se masquer à elle-même la vérité; qui est toute simple. Mme de Clèves aperçoit dans sa joie, qui n'est ni pure ni sans mélange, le mélange d'un sentiment étranger et menaçant, l'impureté du commencement d'un sentiment amoureux.

Elle ne peut pas encore dire qu'elle est déshonnête mais déjà elle n'est plus honnête, à tel point qu'elle en viendra à l'aveu de son sentiment à son mari, qui va s'en trouver complétement anéanti.

Je m'explique ainsi l'expression "pure et sans mélange", moins comme un pléonasme, que comme une formule d'accentuation, c'est même une formule consacrée.
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 8830
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude »

Klausinski a écrit :Et puis, Mme de La Fayette, seule ou accompagnée, savait écrire, quand même !
Suite à ce que nous dit ADO, plus simplement ne dit-on pas que les personnages célèbres ne commettent jamais d'erreurs dans leurs écrits :wink: .
Répondre