L'"effet euro" ou la dispense de liaison

Répondre
André (G., R.)
Messages : 6540
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Re: L'"effet euro" ou la dispense de liaison

Message par André (G., R.) » lun. 10 juin 2019, 13:48

Que pensez-vous, oliglesias, de l'enchaînement suivant ?

Quelle est la porte qu'il a ouvert ?
Quelle porte a-t-il ouvert ?
Quelle porte a-t-elle été ouvert ?
La porte qui a été ouvert par lui a-t-elle été refermée ?
La porte ouvert par lui a-t-elle été refermée ?
La porte ouvert a-t-elle été refermée ?
La porte peut-elle rester ouvert ?

oliglesias
Messages : 243
Inscription : jeu. 27 oct. 2011, 17:45

Re: L'"effet euro" ou la dispense de liaison

Message par oliglesias » lun. 10 juin 2019, 19:56

La première chose que j'en pense est qu'il est très peu probable qu'un locuteur qui pose une question en inversant le sujet puisse commettre l'erreur de ne pas accorder l'adjectif.

La deuxième chose est qu'il est très peu probable que quelqu'un qui écrive "la porte qui a été ouvert" puisse faire ensuite l'accord avec "refermée".

Et enfin, concernant vraiment le fond de votre question, j'insiste sur le fait que je ne crois pas que l'absence d'accord de l'adjectif puisse un jour devenir très fréquente. Bien évidemment que ce type d'erreurs peuvent se produire (enfin, j'imagine, puisque je ne les ai jamais entendues), mais d'après moi, elles resteront "toujours" marginales (je préfère rester prudent sur le "toujours" mais bon, je n'y crois pas trop).

Je me trompe peut-être et vous aurez peut-être raison un jour. Je donne simplement mon avis.

André (G., R.)
Messages : 6540
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Re: L'"effet euro" ou la dispense de liaison

Message par André (G., R.) » mar. 11 juin 2019, 8:46

Que voilà de sages paroles ! Vous imaginez bien à quel point je ne souhaite pas avoir « raison un jour » !
Vous avez dit sur un autre fil être bien davantage intéressé par la description de la langue telle qu'elle est que par les règles qui la régissent. Il s'agissait du schwa dans « Ouest-France », « ours brun »... La question qui se posait alors et se pose ci-dessus est celle de l'équilibre entre laxisme et purisme. Je ne me serais en aucun cas inscrit sur FNBL si je n'y avais pas décelé auparavant le souci de ne précisément pas se satisfaire du constat laxiste des faits linguistiques. Je pense être parfaitement fidèle à l'esprit du regretté Jacques si je conseille à nos lecteurs « La Chine s'est considérablement ouverte au monde », une formulation dont on est sûr qu'elle n'entraînera pas — un jour — « la porte ouvert ». En outre, je suis persuadé que lesdits lecteurs — je reste volontairement vague à leur sujet — attendent cette sorte de recommandation bienveillante. Quand bien même une seule personne passerait, après nous avoir lus, de « La Chine s'est ouvert » à « La Chine s'est ouverte », je serais le plus heureux des hommes ! Je remarque d'ailleurs que la faute est beaucoup plus rare à l'écrit.
Vivent* les recommandations bienveillantes... quand on le peut !

* Certains recommandent de n'employer « vive » et « vivent » qu'à propos d'êtres vivants. Ils me trouveront peut-être laxiste ci-dessus !

Répondre