de l'importance de liaisons "zappropriées"

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Bernard_M
Messages : 954
Inscription : sam. 07 févr. 2009, 10:24
Contact :

de l'importance de liaisons "zappropriées"

Message par Bernard_M » sam. 04 juil. 2009, 12:57

A la radio, ce matin, bien qu'étant tout à ma conduite, j'ai bien cru entendre ce qui suit.

Vers 11h10, sur France-Inter, la journaliste Isabelle A. parlait de l'île de Hœdic dans le cadre de son émission In-Extremis.
Voici ce qu'elle nous a dit au sujet de cet îlot, situé au sud-ouest de la presqu'île de Quiberon :
Image
Cela ne l'a nullement gênée. J'ignorais jusqu'à cet instant que Hœdic était vide de tout habitant en hiver ! Moi qui aime le calme, j'ai immédiatement pensé aller passer mon prochain Noël sur cette île déserte !

Mais plus loin dans son émission, elle a opté pour cent personnes, rétablissant ainsi la vérité et m'incitant à renoncer à mon projet digne de Robinson Crusoé... :wink:

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques » sam. 04 juil. 2009, 13:30

Avant que vous ne donniez la clef, j'avais effectivement compris qu'il y avait zéro habitant l'hiver.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

Leclerc92
Messages : 2486
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: de l'importance de liaisons "zappropriées"

Message par Leclerc92 » lun. 01 juil. 2019, 13:50

J'étais récemment à une représentation d'Iphigénie en Tauride, de Gluck (souvent orthographié à tort Glück en français). Admirable musique sur d'admirables paroles de Nicolas-François Guillard.
Bien qu'on comprenne assez bien les chanteurs dans l'ensemble, cette production avait, comme c'est l'usage aujourd'hui, des surtitres, sur lesquels je pus lire :
[...]Non, je n'espère plus.
Depuis que je respire, en butte a leur colère,
d'opprobre et de malheur tous mes jours sont issus;
ils y mettent le comble: ils m'enlèvent mon frère !

Dieu merci, si l'on fait la liaison appropriée devant "issus", on entend :
d'opprobre et de malheur tous mes jours sont tissus;
et ça tombe bien, car c'est bien ce qu'a écrit le poète. Il était bien question de "tissu", du verbe "tistre" (ancienne forme remplacée par "tisser") et non de "issu", du verbe "issir".
Comme quoi, une heureuse liaison peut nous sauver d'une graphie fautive !

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7928
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: de l'importance de liaisons "zappropriées"

Message par Claude » mar. 02 juil. 2019, 7:57

Très intéressant et amusant à la fois ; en auriez-vous d'autres car je suis preneur ? :)
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Leclerc92
Messages : 2486
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: de l'importance de liaisons "zappropriées"

Message par Leclerc92 » mar. 02 juil. 2019, 16:19

Merci Claude.
Je n'ai rien d'autre pour l'instant, si ce n'est*** les trois petites observations suivantes que je me suis faites en lisant les surtitres, peut-être au détriment de ma concentration sur la musique.

1) Il y a quelques vers qui préfigurent déjà un peu le sang impur de la Marseillaise :
Sous le couteau sacré que leur sang rejaillisse,
que leur aspect impur n'infecte plus ces lieux !
Offrons leur sang en sacrifice,
c'est un encens digne des dieux !
2) La langue du livret, magnifique dans son classicisme, m'a rappelé nos cours de français quand on nous apprenait le sens fort du verbe étonner. Je pense que dans ces vers, dits par Diane :
Je prends soin de ta destinée, Oreste !
Tes remords effacent tes forfaits;
Mycène attend son roi; vas­ y reigner en paix
et rends Iphigénie à la Grèce étonnée.
"étonnée" a un sens plus fort que le simple "surprised" qui figurait dans le surtitre en anglais.

Au passage, je m'étonne du manque de rime entre le 1er et le 4e vers.

3) Dans les vers suivants :
Dieux qui me poursuivez, dieux, auteurs de mes crimes,
de l'enfer, sous mes pas, entrouvrez les abîmes;
ses supplices pour moi seront encore trop doux !
J'ai trahi l'amitié, j'ai trahi la nature,
des plus noirs attentats j'ai comblé la mesure.
Dieux, frappez le coupable et justifiez-­vous !
"justifiez-vous" n'a pas le sens moderne d'excuse qu'on pourrait croire.


***J'aurais bien écrit "si ce ne sont" comme cela s'est fait jadis, mais il paraît que ce n'est pas bien.
http://parler-francais.eklablog.com/si- ... a119136496

Répondre