Prononciation de "os" au pluriel

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques » jeu. 13 juin 2013, 10:12

Jacques-André-Albert a écrit :
Brazilian dude a écrit :J'ai une théorie: os s'écrit exactement de la même façon qu'en latin. Puisqu'il serait un "latinisme", on a commencé à le prononcer "à la latine", comme on fait avec les mots se terminant par -um, par exemple. Le s du pluriel, enfin, se prononce comme la plupart des s du pluriel en français, c'est à dire, il est muet.
Avant d'échafauder des théories qui ne tiennent pas compte de l'histoire, allez donc jeter un coup d'œil à l'article « os » du TLFI, en bas de page.
L'être humain a un besoin constant de comprendre, et quand il ne sait pas il essaye d'imaginer. Brazilian Dude vit dans un pays d'Europe de l'est où il n'a peut-être pas accès au TLFi. Moi-même, je ne le consulte pas et j'ai déjà dit pourquoi.
Voici ce que dit Littré : OS (ô ; au pluriel, l's se lie : des ô-z épais ; plusieurs font sentir l's au singulier comme au pluriel : un ôs', des ôs' ; Bèze, au XVIe siècle, dit que os se prononce comme vaux), s. m.

Il y a donc du flou dans l'usage.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

Brazilian dude
Messages : 299
Inscription : sam. 06 mai 2006, 19:59

Message par Brazilian dude » jeu. 13 juin 2013, 10:22

Avant d'échafauder des théories qui ne tiennent pas compte de l'histoire, allez donc jeter un coup d'œil à l'article « os » du TLFI, en bas de page.
Cela n'a pas été très sympathique. Et comment n'ai-je pas tenu compte de l' histoire ? J'ai même cité le latin !

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4105
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert » jeu. 13 juin 2013, 11:17

Désolé, Brazilian dude.
Échafauder : Construire avec précipitation et sans ordre un projet, une théorie, une argumentation qui n'offre pas de caractère solide et durable.
Je n'ai pas voulu être blessant ; il m'a semblé que votre théorie ne reposait pas sur des bases solides.

Quand je parle de l'histoire, je pense à l'évolution de la prononciation. Le latin n'est pas vraiment une référence en la matière, puisqu'il y a eu rupture et oubli de la prononciation originelle.

Jacques, l'accès au TLFI se fait de n'importe quel pays, non ? C'est une des particularités de l'internet. Quant à l'usage de l'imagination pour expliquer les mots, je crois que c'est le mécanisme qui est mis en œuvre dans l'étymologie populaire.
Dernière modification par Jacques-André-Albert le jeu. 13 juin 2013, 11:22, modifié 1 fois.
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)

Hippocampe
Messages : 752
Inscription : dim. 17 avr. 2011, 18:15

Message par Hippocampe » jeu. 13 juin 2013, 11:20

Le rideau de fer est tombé !

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques » jeu. 13 juin 2013, 11:50

Jacques-André-Albert a écrit :
Jacques, l'accès au TLFI se fait de n'importe quel pays, non ? C'est une des particularités de l'internet.
Je ne sais pas, c'était juste une hypothèse :D
Nous avons eu parfois (rarement) des messages de gens résidant à l'étranger qui disaient ne pas pouvoir accéder à certains sites.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Manni-Gédéon
Messages : 1217
Inscription : lun. 12 avr. 2010, 14:35
Localisation : Genève (CH)

Re: Prononciation de "os" au pluriel

Message par Manni-Gédéon » jeu. 13 juin 2013, 11:56

Hippocampe a écrit :Bonjour,

Normalement "os" se prononce au singulier "os" avec un o ouvert et au pluriel "o" avec un o fermé.
Ça me rappelle l'accouchement. Quand on parle d'une femme qui perd les eaux, certains comprennent qu'elle perd les os, ce qui leur paraît inquiétant.

Ce cas me rappelle également celui de l'ours. On devrait prononcer le s au singulier, mais pas au pluriel. C'est ce que j'ai appris à l'école et c'est ce que j'ai fait pendant longtemps. Maintenant (je ne sais pas depuis quand), je prononce aussi ourse au pluriel de peur de ne pas être comprise si je prononçais our.
Mais je n'ajoute jamais de e ; je ne fais pas partie de ceux qui parlent des ourseu bruns. :wink:
L'erreur ne devient pas vérité parce qu'elle se propage et se multiplie ; la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit.
Gandhi, La Jeune Inde

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques » jeu. 13 juin 2013, 12:00

Ah oui, cette horriplante manie de parler d'un ourse blanc ou d'un ourse brun. Il paraît que ce désagréable tic de langage, qui fait aussi dire un matche de foot, un parque de loisirs, un filme policier, un arque de triomphe, s'appelle en linguistique un chva.
Mais j'ai appris à dire : un ours, des ours, en prononçant l'S dans les deux cas.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » dim. 23 juin 2013, 18:19

Hippocampe a écrit :[Bref, certains d'entre vous disent-ils "des oss" ? Ce qui me paraît plus clair.
Enfant dans la Sarthe j'entendais prononcer et je prononçais l'S aussi bien au pluriel qu'au singulier. Puis au cours de mes études j'ai appris qu'il ne fallait pas le faire pour le pluriel. Et je me suis imposé ce (lent) renoncement. Je ne serais pas étonné d'apprendre qu'il s'agit de la décision d'un grammairien des dix-septième ou dix-huitième siècles et que le peuple ne faisait pas jusqu'alors de distinction.

Avatar de l’utilisateur
Islwyn
Messages : 1492
Inscription : sam. 16 févr. 2013, 12:09
Localisation : Royaume-Uni (décédé le 9 mars 2018)

Message par Islwyn » dim. 23 juin 2013, 19:16

André (Georges, Raymond) a écrit :Je ne serais pas étonné d'apprendre qu'il s'agit de la décision d'un grammairien des dix-septième ou dix-huitième siècles et que le peuple ne faisait pas jusqu'alors de distinction.
Jacques nous éclairera, j'en suis sûr, mais quant à l'intervention d'un grammairien ou encore d'une Académie aux XVII-XVIIIèmes siècles, cela saute aux yeux.
Quantum mutatus ab illo

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques » dim. 23 juin 2013, 19:33

Islwyn a écrit :
André (Georges, Raymond) a écrit :Je ne serais pas étonné d'apprendre qu'il s'agit de la décision d'un grammairien des dix-septième ou dix-huitième siècles et que le peuple ne faisait pas jusqu'alors de distinction.
Jacques nous éclairera, j'en suis sûr, mais quant à l'intervention d'un grammairien ou encore d'une Académie aux XVII-XVIIIèmes siècles, cela saute aux yeux.
Il y a ici un autre Jacques qui est tout aussi capable, et même mieux capable que moi de répondre sur l'évolution historique du vocabulaire ou de la phonétique. Mais nous avons vu plus haut qu'au fil du temps la mode a changé, qu'on a dit un O des O, un oss des oss, un oss des O. Je ne suis pas expert, mais on peut penser que c'est dû à un usage ou une mode plus qu'à la décision d'un grammairien.
Dans la 8e édition du dictionnaire de l'Académie on lit : « S au pluriel ne se prononce pas ». Mais Littré donne cet avis : « plusieurs font sentir l's au singulier comme au pluriel : un ôs', des ôs' ; Bèze, au XVIe siècle, dit que os se prononce comme vaux), s. m. ». Ce qui signifie aussi qu'on prononce un O fermé dans les deux cas, alors que de nos jours au singulier c'est un O ouvert.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Islwyn
Messages : 1492
Inscription : sam. 16 févr. 2013, 12:09
Localisation : Royaume-Uni (décédé le 9 mars 2018)

Message par Islwyn » dim. 23 juin 2013, 19:54

Il y a certes longtemps un boucher de Versailles m'a demandé si je voulais mon rôti de porc désossé, qu'il prononça avec un o fermé. Littré (selon TLFi) dit ceci : « Au plur. gén. [o] mais l's gagne également du terrain: v. LITTRÉ (rem. supra), ROB.: ,,ô au plur.; parfois des oss' ou des ôss' dans la langue fam.``; notamment dans la lang. des bouchers ». Il faut dire que ces bizarreries de la prononciation française me rappellent le caractère souvent loufoque de la prononciation anglaise, dont je ne suis que très content.
Quantum mutatus ab illo

Hippocampe
Messages : 752
Inscription : dim. 17 avr. 2011, 18:15

Message par Hippocampe » dim. 23 juin 2013, 20:41

J'ai lu dans un autre fil une remarque, qui me semble avoir été supprimée depuis, selon laquelle il est peu convenant de poser une question puis de ne point remercier pour les réponses.

J'ai posé la question de ce fil aussi ai-je le plaisir de vous remercier tous pour votre participation.

J'ai l'habitude de dire "des ô" mais comme je vous l'ai dit cette prononciation me paraît absurde en ce sens qu'elle est à l'origine de phrases peu compréhensibles voire comiques ("une femme perd ses ô" comme l'a dit quelqu'une plus haut, plus ô).
Aurai-je l'air bête si dorénavant je dis "des oss" ?

H

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques » dim. 23 juin 2013, 20:49

Non, la remarque n'a pas été effacée. C'est moi qui l'ai faite, mais je ne suis pas le premier, deux autres avant moi au moins l'on exprimée et elle vise quelqu'un qui est coutumier du fait, qui ne participe pas à nos discussions et vient exclusivement chercher des renseignements dont il n'accuse même pas réception.
Non vous n'aurez pas l'air bête. Pour ce qui me concerne, je ne suis pas gêné d'entendre dire des oss.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4105
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert » dim. 23 juin 2013, 22:27

Islwyn a écrit :
André (Georges, Raymond) a écrit :Je ne serais pas étonné d'apprendre qu'il s'agit de la décision d'un grammairien des dix-septième ou dix-huitième siècles et que le peuple ne faisait pas jusqu'alors de distinction.
Jacques nous éclairera, j'en suis sûr, mais quant à l'intervention d'un grammairien ou encore d'une Académie aux XVII-XVIIIèmes siècles, cela saute aux yeux.
Il me semble que c'était plutôt l'usage de la cour qui faisait la pluie et le beau temps sur ce qu'il fallait dire ou ne pas dire. L'Académie donnait son avis, quand il y avait l'unanimité parmi ses membres, mais ensuite chacun en usait plus ou moins comme il l'entendait. On trouve dans les écrits de l'époque des critiques sur untel ou tel autre qui prononce une voyelle ou une consonne un peu différemment des autres.
Mais ce qu'il faut bien noter, c'est que c'est la prononciation du peuple qui a toujours prévalu en fin de compte. À cet égard, il est intéressant de lire des témoignages de nobles revenus d'exil avec Louis XVIII, et qui ont été frappés de l'évolution du langage, dont le peuple s'était emparé entre temps.
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)

Hippocampe
Messages : 752
Inscription : dim. 17 avr. 2011, 18:15

Message par Hippocampe » dim. 23 juin 2013, 22:49

Auriez-vous des exemples de prononciations ayant changé entre 1790 et 1814 ?

Répondre