Un bref instant

Répondre
Jean-Luc

Un bref instant

Message par Jean-Luc » sam. 20 avr. 2019, 13:52

Tout le monde sait déjà qu'on fait l'enchaînement obligatoirement avec le "f" dans la phrase : Neuf oranges et avec le "v" dans la phrase : Neuf heures. Mais dans l'expression : "Un bref instant", je suis toujours les conseils (deux possibilités) de mon grand ami Pierre Léon.

N.B :
Par rapport à "neuf oranges" les deux possibilités de pronociation sont, "neuForanges" ou bien, neuF petit espace oranges. Dans "neuf heures", il y a une seule possibilité, la voilà neuVheures
Dernière modification par Jean-Luc le sam. 20 avr. 2019, 14:40, modifié 1 fois.

André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Re: Un bref instant

Message par André (G., R.) » sam. 20 avr. 2019, 14:40

Si l'on utilise l'alphabet phonétique international, on peut écrire que le f de neuf, prononcé [f] la plupart du temps, devient [v] dans « neuf heures ». Pour « un bref instant », il me semble m'en tenir à la version sourde du f, mais je n'exclus pas d'avoir entendu [v]. À vrai dire, j'évite généralement cela, un instant étant toujours bref !

Jean-Luc

Re: Un bref instant

Message par Jean-Luc » sam. 20 avr. 2019, 14:48

André (G., R.) a écrit :
sam. 20 avr. 2019, 14:40
Si l'on utilise l'alphabet phonétique international, on peut écrire que le f de neuf, prononcé [f] la plupart du temps, devient [v] dans « neuf heures ». Pour « un bref instant », il me semble m'en tenir à la version sourde du f, mais je n'exclus pas d'avoir entendu [v]. À vrai dire, j'évite généralement cela, un instant étant toujours bref !
André, si vous optez par l'utilisation du "f", alors vous devez laisser un tout petit espace entre le "f" de bref et le mot instant, pas d'enchaînement avec le "f", mais si vous désirez d'effectuer l'enchaînement qui convient, vous devez passer obligatoirement pour l'option : "Un breVinstant". Il n'y a pas d'autre issue dans ce cas que nous étudions.

Ceci dit, le cas de "neuf oranges" est un cas différent à "un bref instant", et celui-ci différent à "neuf heures". On a trois cas particuliers !!!

André à écrit :
À vrai dire, j'évite généralement cela, un instant étant toujours bref !

-Si vous dites : Un instant bref, cette phrase est assez critiquable, mais il n'en va pas de même pour "un bref instant" que l'on utilise pour remarquer la très courte durée de cet instant concret !!


NON tous les instants ont la même durée :ange:
Lisez-moi attentivement :
Un long instant (phrase correcte), mais un instant long (phrase à proscrire). Pigez-vous ?
Dernière modification par Jean-Luc le sam. 20 avr. 2019, 21:04, modifié 1 fois.

André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Re: Un bref instant

Message par André (G., R.) » sam. 20 avr. 2019, 18:04

Jean-Luc a écrit :
sam. 20 avr. 2019, 14:48
André, si vous optez par l'utilisation du "f", alors vous devez laisser un tout petit espace entre le "f" de bref et le mot instant, pas d'enchaînement avec le "f", mais si vous désirez d'effectuer l'enchaînement qui convient, vous devez passer obligatoirement pour l'option : "Un breVinstant". Il n'y a pas d'autre issue dans ce cas que nous étudions.
Il me semble en effet que, dans la langue quotidienne, on entend plus souvent [œ̃bʁɛvɛ̃stɑ̃] que [œ̃bʁɛfɛ̃stɑ̃]. Mais votre affirmation péremptoire (« passer obligatoirement ») ne correspond pas à la réalité : les francophones sont aussi capables de produire oralement [œ̃bʁɛfɛ̃stɑ̃] que [ʒɛfɛ̃] (j'ai faim) : la séquence [ɛfɛ̃] (êfin), que j'utiliserais pour l'enregistrement de « un bref instant », ne me gêne pas !
Jean-Luc a écrit :
sam. 20 avr. 2019, 14:48
-Si vous dites : Un instant bref, cette phrase est assez critiquable, mais il n'en va pas de même pour "un bref instant" que l'on utilise pour remarquer la très courte durée de cet instant concret !!
Vous affirmez en quelque sorte qu'un « instant bref » serait moins concret qu'un « bref instant » ! Cela me dépasse !
Jean-Luc a écrit :
sam. 20 avr. 2019, 14:48
Pas tous les instants ont la même durée :
Voilà que vous vous mettez à renoncer à « ne », une pratique que vous avez pourtant dénoncée avec virulence !
On dit plutôt : Tous les instants n'ont pas la même durée.
Jean-Luc a écrit :
sam. 20 avr. 2019, 14:48
Lisez-moi attentivement :
:lol: On n'est jamais assez attentif ! :lol:
Jean-Luc a écrit :
sam. 20 avr. 2019, 14:48
Un long instant (phrase correcte), mais un instant long (phrase à proscrire).
L'instant n'est certes pas une valeur mathématique. Toutefois, qu'on parle d'un long instant ou d'un instant long, on donne, me semble-t-il, dans l'oxymore.
Jean-Luc a écrit :
sam. 20 avr. 2019, 14:48
Pigez-vous ?
:lol: Je ne risque pas de « piger » ! J'évite autant « un long instant » qu'« un instant long » !

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7928
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: Un bref instant

Message par Claude » sam. 20 avr. 2019, 18:30

Jean-Luc, un long instant, non, mais un long moment, oui !
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Jean-Luc

Re: Un bref instant

Message par Jean-Luc » sam. 20 avr. 2019, 19:45

Claude a écrit :
sam. 20 avr. 2019, 18:30
Jean-Luc, un long instant, non, mais un long moment, oui !
RDV SUR LE CNRTL :
L'instant présent a le même sens que le moment présent. Donc, instant=moment.


Plus encore :
En physique classique, un instant est un moment infinitésimal. Dans la conception subjective de l'instant, celui-ci est un moment très bref ; par exagération, un temps relativement court, quelle que soit sa durée absolue. L'instant est parfois assimilé au présent.

UN INSTANT :
Pour des durées inférieures à la seconde, on utilise les sous-multiples de la seconde :
- la milliseconde, de symbole ms en minuscules (= 10-3 s)
- la microseconde, de symbole µs en minuscules (= 10-6 s)
- la nanoseconde, de symbole ns en minuscules (= 10-9 s)
- la picoseconde, de symbole ps en minuscules (= 10-12 s)
- la femtoseconde, de symbole fs en minuscules (= 10-15 s)
On peut dire sans aucun doute que la milliseconde, de symbole ms en minuscules (= 10-3 s) est UN LONG INSTANT par rapport à la femtoseconde, de symbole fs en minuscules (= 10-15 s)

***André et Claude croyez-vous que je dis des bêtises ?
Dommage de ne pas reconnaître que vous avez complètement TORT !!!

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7928
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: Un bref instant

Message par Claude » dim. 21 avr. 2019, 8:53

Veuillez m'excuser mais je reste dans le langage courant et non dans les milliardièmes de seconde.
Le TLFi marque une nuance :
- moment : petit espace de temps ;
- instant : (très) petit espace de temps.
On dira « un grand moment de solitude » et non « un grand instant de solitude.
Mais on dit aussi bien « un moment s'il vous plaît » que « un instant s'il vous plaît ».
À voir d'autres exemples que je n'ai pas à l'esprit où l'on privilégiera l'un plutôt que l'autre quel que soit l'espace de temps.

C'était ma réflexion dominicale :wink:
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Re: Un bref instant

Message par André (G., R.) » dim. 21 avr. 2019, 9:21

Jean-Luc a écrit :
sam. 20 avr. 2019, 19:45
Donc, instant = moment.
Non.
Une personne soucieuse de sa langue n'emploie pas indifféremment l'un ou l'autre. Voici par exemple la distinction que faisait Littré :
MOMENT, INSTANT. Étymologiquement, l'instant est ce qui se tient sur nous, un point présent et très court dans la durée. Moment signifie mouvement ; appliqué au temps, c'est la durée d'un petit mouvement. Dans l'usage, moment est plus indéterminé ; il comporte un intervalle plus long ou moins précisément limité que l'instant.
À vrai dire, les personnes soucieuses de leur langue ne sont pas les seules à faire la distinction, très présente aussi dans le langage populaire, qui a souvent recours, par exemple, à « Oh, j’en ai pour un moment ! » pour indiquer qu’on ne va pas consacrer… qu’un instant à une activité !

Jean-Luc

Re: Un bref instant

Message par Jean-Luc » dim. 21 avr. 2019, 11:51

Les noms français instant et moment,
une hypothèse originale
Pierre Cadiot, René-Joseph Lavie1
Pour citer cet article :
Cadiot, P. & Lavie, R.-J. (2014) "Les noms français 'instant' et 'moment', une hypothèse originale",
Cuadernos de Filología Francesa 24, Cáceres, Universidad de Extremadura.
Cet article, comme le numéro 24 des Cuadernos, est un hommage à Maurice Toussaint.
Résumé
Les noms français instant et moment sont substituables hormis sensu dans certaines
constructions, dans d'autres ils sont substituables mais avec un changement de sens, ailleurs
enfin l'un convient et l'autre est exclu.
En première approche instant est souvent présenté comme ponctuel et moment comme duratif.
Ceci rend bien compte de certains contrastes ou blocages sans toutefois expliquer *trois
instants importants / trois moments importants ou espoir de tous les instants / *espoir de tous
les moments, par exemple.
Avec des données de corpus et sur un échantillon de plus de vingt constructions ou contextes,
on obtient de meilleurs résultats en reconnaissant une notion d'individuation et en caractérisant
ces deux mots par leur relation à l'origine temporel.
N. B.
Vous cherchez comme d'habitude, des petites histoires.
Je ne sais pas si j'ai bien fait de partager mes sources.
L'INSTANT PRÉSENT = LE MOMENT PRÉSENT Voilà un cas rare où instant = moment.
Ne te sépare jamais, même pour un seul instant/moment de moi.

oliglesias
Messages : 244
Inscription : jeu. 27 oct. 2011, 17:45

Re: Un bref instant

Message par oliglesias » lun. 22 avr. 2019, 21:21

Merci d'avoir partagé cet article. On voit bien que les choses ne sont pas toujours aussi évidentes qu'elles n'y paraissent. C'est assez amusant d'avoir dévié ainsi du sujet d'origine pour en arriver à ces considérations bien plus complexes.

André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Re: Un bref instant

Message par André (G., R.) » mer. 24 avr. 2019, 20:47

Jean-Luc a écrit :
dim. 21 avr. 2019, 11:51
Les noms français instant et moment,
une hypothèse originale
Pierre Cadiot, René-Joseph Lavie1
Pour citer cet article :
Cadiot, P. & Lavie, R.-J. (2014) "Les noms français 'instant' et 'moment', une hypothèse originale",
Cuadernos de Filología Francesa 24, Cáceres, Universidad de Extremadura.
Cet article, comme le numéro 24 des Cuadernos, est un hommage à Maurice Toussaint.
Résumé
Les noms français instant et moment sont substituables hormis sensu dans certaines
constructions, dans d'autres ils sont substituables mais avec un changement de sens, ailleurs
enfin l'un convient et l'autre est exclu.
En première approche instant est souvent présenté comme ponctuel et moment comme duratif.
Ceci rend bien compte de certains contrastes ou blocages sans toutefois expliquer *trois
instants importants / trois moments importants ou espoir de tous les instants / *espoir de tous
les moments, par exemple.
Avec des données de corpus et sur un échantillon de plus de vingt constructions ou contextes,
on obtient de meilleurs résultats en reconnaissant une notion d'individuation et en caractérisant
ces deux mots par leur relation à l'origine temporel.
N. B.
Vous cherchez comme d'habitude, des petites histoires.
Je ne sais pas si j'ai bien fait de partager mes sources.
L'INSTANT PRÉSENT = LE MOMENT PRÉSENT Voilà un cas rare où instant = moment.
Ne te sépare jamais, même pour un seul instant/moment de moi.
Le rouge m'est dû.
oliglesias a écrit :
lun. 22 avr. 2019, 21:21
Merci d'avoir partagé cet article. On voit bien que les choses ne sont pas toujours aussi évidentes qu'elles n'y paraissent. C'est assez amusant d'avoir dévié ainsi du sujet d'origine pour en arriver à ces considérations bien plus complexes.
Vous m'étonnez, oliglesias. Ce qu'écrit Jean-Luc me dépasse en tout cas sur plusieurs points, ignorant que je suis de ce que sont des noms « substituables hormis sensu » et une « relation à l'origine temporel », le reste de la phrase concernée par cette dernière citation n'étant pas clair non plus à mon esprit.
Avez-vous différencié facilement dans le texte proposé par Jean-Luc ce qu'il cite et ce qu'il produit en propre ? Je n'y suis parvenu qu'avec peine.

Il ne me paraît pas incongru de voir dans « l'instant présent » et « le moment présent » des groupes nominaux (à peu près) synonymes. Cependant, je considère que c'est davantage l'adjectif que le nom qui leur confère cette caractéristique.

Jean-Luc, je m'en voudrais de ne pas vous signaler que les lecteurs de FNBL, à mon avis, ne vous comprennent pas toujours.

oliglesias
Messages : 244
Inscription : jeu. 27 oct. 2011, 17:45

Re: Un bref instant

Message par oliglesias » mer. 24 avr. 2019, 22:14

André, j'ai lu l'article qu'a cité Jean-Luc (très mal, je vous l'accorde, il n'a fait qu'un copier-coller du résumé sans identifier clairement ce qui était de lui et ce qui était le corps du texte du résumé). C'est en cela que je le remercie car je n'avais pas connaissance de cet article (étant donné que ce n'est absolument pas mon domaine de travail).

Je ne sais pas, d'ailleurs, comment les coquilles que vous signalez ont pu s'introduire dans son texte.
Il fallait lire "salvo sensu" (locution latine) qui voudrait dire si j'ai bien compris le sens de la phrase : "lorsqu'ils maintiennent leur sens intact" ou un truc du genre... mais même comme cela, ce n'est pas très clair. En regardant sur internet, on remarque que cette locution est plus utilisée en anglais d'ailleurs.
Plus loin, c'est "l'origo temporel" qu'il faut lire.

Si c'est difficilement compréhensible, pour le coup, c'est plutôt dû à la terminologie employée par les auteurs de l'article que du fait de Jean-Luc (dans ce cas précis, dans bien d'autres, je suis d'accord avec vous, on a du mal à comprendre tous ses propos). L'article, lui, me semble un peu plus clair car développé et illustré de plusieurs exemples. Et même si sa lecture n'est pas toujours aisée, il en ressort quelque chose qui peut être discuté mais qui montre bien que la distinction entre "instant" et "moment" n'est pas TOUJOURS si claire que cela.

Répondre