Effectuer ses débuts

Répondre
Didier Pautard
Messages : 32
Inscription : lun. 13 avr. 2020, 11:38

Effectuer ses débuts

Message par Didier Pautard » jeu. 03 sept. 2020, 19:51

Bonjour,
Je rencontre fréquemment l'expression « effectuer ses débuts » (dans un sport). L'Académie indique que l'on doit employer le mot effectuer pour des opérations présentant une certaine complexité :
http://www.academie-francaise.fr/dire-n ... Rechercher
Ne faudrait-il pas écrire plutôt « faire ses débuts » ?

Leclerc92
Messages : 2454
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: Effectuer ses débuts

Message par Leclerc92 » jeu. 03 sept. 2020, 20:04

Je suis a priori de l'avis de l'Académie et je pensais que cette innovation était due aux journalistes sportifs qui ne craignent pas de déformer les expressions usuelles. Mais en fait "effectuer ses débuts" s'employait déjà au XIXe siècle dans le domaine du théâtre.
https://www.google.com/search?q=%22effe ... 15&dpr=0.9
Il n'empêche ; faire ses débuts me suffit.

Avatar de l’utilisateur
Bernard_M
Messages : 947
Inscription : sam. 07 févr. 2009, 10:24
Contact :

Re: Effectuer ses débuts

Message par Bernard_M » ven. 04 sept. 2020, 6:19

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ou de l'art de rendre complexe complexifier toute chose :
Effectuer ou faire ces débuts n'est-ce pas tout simplement débuter ? ;)

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 8090
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Re: Effectuer ses débuts

Message par Perkele » ven. 04 sept. 2020, 9:49

Je suis de l'avis de Bernard.

À savoir que le verbe "débuter" est intransitif ; on dira "Ma carrière a débuté en..." ou "j'ai débuté en... mais pas "J'ai débuté ma carrière en..." "

Pour le reste, le verbe "effectuer" n'est pas un synonyme de faire, mais plutôt de "réaliser", "concrétiser" ; pourrait-on dire "j'ai concrétisé mes débuts" ?

J'ai l'impression que l'emploi erroné d'"effectuer" s'est répandu à cause d'une mauvaise compréhension du conseil d'éviter l'emploi trop fréquent du verbe "faire". Ce conseil ne voulait pas dire d'utiliser un verbe "plus chic" à la place de faire, mais d'utiliser le verbe d'action correspondant au fait qu'on voulait relater. Par exemple dire "je noue mes lacets" au lieu de "je fais mes lacets" ; "j'envoie une lettre" au lieu de "j'effectue l'envoi d'une lettre" et ainsi de suite : "Je fais l'inventaire" au lieu de "j'inventorie".

Donc, "Le patineur Machin a débuté aux championnats Bidule en..."
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Leclerc92
Messages : 2454
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: Effectuer ses débuts

Message par Leclerc92 » ven. 04 sept. 2020, 10:43

Bernard_M a écrit :
ven. 04 sept. 2020, 6:19
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ou de l'art de rendre complexe complexifier toute chose :
Effectuer ou faire ces débuts n'est-ce pas tout simplement débuter ? ;)
Bernard, vous avez raison, mais je ne suis pas d'avis qu'il faille renoncer à "faire ses débuts", qui est une locution dûment attestée et reconnue.
Académie :
☆2. Spécialt. Souvent au pluriel. Action de débuter ; première étape d'une carrière, surtout en parlant d'un artiste. De bons, de mauvais débuts. Ses débuts au théâtre sont des plus prometteurs. Un début dans la vie. Il n'en est pas à son début. • Expr. Faire ses débuts dans les lettres, dans la politique, dans les affaires, etc. Cette actrice fit ses débuts en tenant le rôle d'Agnès dans « L'École des femmes ». Par anal. Faire ses débuts dans le monde, faire ses premiers pas dans la vie mondaine, aller à son premier bal.
TLFi :
♦ P. méton.
Le(s) début(s) d'une personne. ,,Cet acteur a terminé ses débuts. Ses débuts ont duré trois semaines. Cet avocat n'a pas réalisé les espérances que son début avait fait concevoir`` (Ac.). Faire ses débuts dans le monde. Je me souviens d'avoir fait, vers cinq ou six ans, mes débuts d'observateur du genre humain (Mauriac, Journal 2,1937, p. 190):
4. ... Maxime de Trailles, dont les débuts dans sa carrière de vices et de débauche annonçaient ce qu'il fut, un de ces garnements politiques nécessaires à tout bon gouvernement, ... Balzac, César Birotteau,1837, p. 84.
Quand bien même l'expression serait, dans beaucoup de cas, parfaitement synonyme de "débuter", il n'y a pas de mal à varier les expressions. Au contraire d'un langage purement scientifique où chaque mot ne doit correspondre qu'à une notion et inversement, une langue vivante peut avoir plusieurs mots pour la même notion ; c'est ce qui fait la richesse de la langue.

Didier Pautard
Messages : 32
Inscription : lun. 13 avr. 2020, 11:38

Re: Effectuer ses débuts

Message par Didier Pautard » ven. 04 sept. 2020, 11:59

Je suis de l'avis de Leclerc92. Il faut diversifier les usages.
Je rencontre aussi « effectuer un voyage ». Là je suis moins d'accord avec l'Académie, surtout lorsque le voyage est long et aventureux. « effectuer » me paraît correct dans ce cas.

jarnicoton
Messages : 718
Inscription : mar. 11 sept. 2012, 9:16

Re: Effectuer ses débuts

Message par jarnicoton » ven. 04 sept. 2020, 12:36

"effectuer" est à éviter lorsqu'on peut employer "faire", pour la même raison qui fait que l'attractivité est à éviter quand l'attrait fait l'affaire. Sauf raison précise, telle que la recherche de l'effet comique, choisir les mots simples.

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 8090
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Re: Effectuer ses débuts

Message par Perkele » ven. 04 sept. 2020, 12:45

Je ne crois pas qu'"effectuer un voyage" corresponde à la définition de l'Académie.
EFFECTUER, v. tr.
XVe siècle. Emprunté du latin médiéval effectuare, dérivé du latin classique effectus (voir Effet).
☆1. Class. Mettre à effet, à exécution. Il a effectué ses promesses, ses menaces.
☆2. Exécuter, réaliser, accomplir une opération qui peut présenter certaines difficultés. Effectuer une enquête. Effectuer un paiement. Effectuer une manœuvre. Effectuer une opération mathématique. Pron. Être accompli, exécuté, réalisé. La rentrée scolaire s'est effectuée sans incident. • Souvent employé abusivement comme synonyme de Faire. Il est inélégant de dire que l'on effectue un voyage, un séjour, des progrès, etc.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
Stéphane
Messages : 50
Inscription : ven. 03 juil. 2020, 9:58
Localisation : Sphère des fixes

Re: Effectuer ses débuts

Message par Stéphane » ven. 04 sept. 2020, 14:55

J'entends les réserves de l'Académie mais je trouve la justification peu claire. On peut effectuer des tâches simples, comme l'opération mathématique 1+1 = 2. Quant aux voyages, ils peuvent présenter des difficultés ! Tous les séjours ne sont pas de tout repos, loin s'en faut ! De même, les progrès peuvent être arrachés de haute lutte. Je ne comprends pas d'où les sages de la Coupole tirent le sème de difficulté à accomplir l'action. Il n'a pas de fondement étymologique. Je suppose qu'ils se fondent sur l'usage, mais c'est un peu léger de mon point de vue.

En fait, ce n'est pas l'essentiel si on lit attentivement la définition : l'action « peut présenter des difficultés » mais n'en présente pas nécessairement.
Il faut surtout retenir le début de cette définition à mon avis : exécuter, accomplir.

Effectuer vient du latin efficio, lui même composé du préfixe latin « ex » et du verbe « facere » (faire). Il n'est pas si éloigné de « faire », c'est même son proche cousin... L'épithète « efficace » dérive de la même famille. En ce sens, « effectuer » suppose un faire qui, d'une certaine manière, s'extériorise, avec une nuance d'achèvement, d'accomplissement. On trouve chez Cicéron : munus efficere (accomplir une tâche) et chez César itinerem efficere (effectuer un parcours). « Effectuer un voyage » me paraît donc tout à fait recevable, quoi qu'en dise l'Académie. Dès lors qu'il y a un effet (effectus), qu'il soit matériel ou immatériel, on peut effectuer.

Concernant les progrès et les débuts, on pourrait certes hésiter, car y a-t-il vraiment un accomplissement digne de ce nom ? Tout dépend si l'on voit le verre à moitié plein (ce qui a été accompli) ou le verre à moitié vide (ce qu'il reste à accomplir).

Tout est question de point de vue !
Dernière modification par Stéphane le ven. 04 sept. 2020, 15:52, modifié 2 fois.

Didier Pautard
Messages : 32
Inscription : lun. 13 avr. 2020, 11:38

Re: Effectuer ses débuts

Message par Didier Pautard » ven. 04 sept. 2020, 15:05

Je trouve encore « effectue sa première apparition » ou « effectue son retour » qui sonnent bizarrement à mes oreilles.
Je trouve même « effectue un match » !

Avatar de l’utilisateur
Stéphane
Messages : 50
Inscription : ven. 03 juil. 2020, 9:58
Localisation : Sphère des fixes

Re: Effectuer ses débuts

Message par Stéphane » ven. 04 sept. 2020, 15:12

Didier Pautard a écrit :
ven. 04 sept. 2020, 15:05
Je trouve encore « effectue sa première apparition » ou « effectue son retour » qui sonnent bizarrement à mes oreilles.
Cela ne me gène pas le moins du monde. Mais la récurrence du verbe peut conduire à des répétitions peu élégantes.
Didier Pautard a écrit :
ven. 04 sept. 2020, 15:05
Je trouve même « effectue un match » !
En effet, on dira plus joliment « disputer un match », une compétition ou un tournoi.

Leclerc92
Messages : 2454
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: Effectuer ses débuts

Message par Leclerc92 » ven. 04 sept. 2020, 15:26

Dans le premier dictionnaire de l'Académie où les rubriques étaient regroupées par étymologie, la définition de "effectuer" se trouvait jointe au long article "faire" !
La définition d'origine était :
Effectuer. v. a. Mettre en effet, en execution. Il a effectué ses promesses. ce n’est pas tout que de promettre, il faut effectuer.
Elle n'a pas trop varié jusqu'à la huitième :
■ Mettre à effet, à exécution. Il a effectué ses promesses. Effectuer un paiement. L’armée a effectué le passage du Rhin. Cette manœuvre ne tardera pas à s’effectuer.
Ce n'est que dans l'édition en cours que l'Académie a noté que l'usage avait considérablement changé :
1. Class. Mettre à effet, à exécution. Il a effectué ses promesses, ses menaces.
2. Exécuter, réaliser, accomplir une opération qui peut présenter certaines difficultés. Effectuer une enquête. Effectuer un paiement. Effectuer une manœuvre. Effectuer une opération mathématique. Pron. Être accompli, exécuté, réalisé. La rentrée scolaire s’est effectuée sans incident.
Remarque
Souvent employé abusivement comme synonyme de Faire. Il est inélégant de dire que l’on effectue un voyage, un séjour, des progrès, etc.
Autrement dit, au sens classique s'est ajouté un sens moderne voisin de "exécuter". C'est aussi ce que note Hanse :
C'est proprement « rendre effectif, faire passer dans la réalité », mais le sens courant est devenu « accomplir, exécuter » : on effectue une démarche, une opération.
SI le sens est voisin d'exécuter, et comme je ne dirais pas exécuter un voyage, je m'abstiens aussi d'effectuer un voyage, mais j'avoue que la justification est un peu légère.
Stéphane a écrit :Tous les séjours ne sont pas de tout repos, loin s'en faut !
Stéphane, vous allez causer des palpitations dangereuses aux Académiciens qui nous lisent !
http://www.academie-francaise.fr/loin-sen-faut

Avatar de l’utilisateur
Stéphane
Messages : 50
Inscription : ven. 03 juil. 2020, 9:58
Localisation : Sphère des fixes

Re: Effectuer ses débuts

Message par Stéphane » ven. 04 sept. 2020, 15:36

Merci pour la correction ! Je ne suis pas sans reproche. Tant s’en faut, ou loin de là...

Didier Pautard
Messages : 32
Inscription : lun. 13 avr. 2020, 11:38

Re: Effectuer ses débuts

Message par Didier Pautard » ven. 04 sept. 2020, 16:45

On n'exécute pas sa première apparition, et on n'exécute pas son retour.
On ne réalise pas sa première apparition, et on ne réalise pas son retour.
Il me semble que « faire » est préférable à « effectuer » dans ces deux cas.

Répondre