« Suite à » dans le Wiktionnaire

Répondre
Pautard
Messages : 142
Inscription : dim. 25 sept. 2011, 18:37
Localisation : Saint-Maur-des-Fossés (France)

« Suite à » dans le Wiktionnaire

Message par Pautard » lun. 28 oct. 2013, 12:28

Ce sujet a déjà été abordé en mars 2013, mais il est verrouillé. J'ouvre donc un autre sujet.
À la suite d'une discussion avec un autre wikipédien, je me suis aperçu que la tournure « suite à » figurait dans le Wiktionnaire dans le sens de « à la suite de », sans référence sérieuse :
http://fr.wiktionary.org/wiki/suite_%C3%A0

J'ai donc ajouté un avertissement mentionnant que la tournure est critiquée par l'Académie française, l'OQLF, la mission linguistique francophone, et le dictionnaire Bordas des Pièges et difficultés de la langue française. Qu'en pensez-vous ?

Le Wiktionnaire est très lu, je pense particulièrement par les jeunes. Il est donc très important de surveiller ce qui s'y passe. Je vous encourage vivement à le faire, et à le documenter, références à l'appui.
La véritable école du commandement est la culture générale (Charles de Gaulle).

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 8017
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » lun. 28 oct. 2013, 13:16

Excellente idée. Merci de nous en faire part.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques » lun. 28 oct. 2013, 13:56

Notre professeur de correspondance commerciale, en 1951, nous disait que c'était du jargon commercial, bâclé et peu soigné, et elle nous défendait de l'utiliser.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

Pautard
Messages : 142
Inscription : dim. 25 sept. 2011, 18:37
Localisation : Saint-Maur-des-Fossés (France)

Suite à : équivalents - Dimension du problème

Message par Pautard » sam. 08 nov. 2014, 22:32

Voir ci-dessous.
Dernière modification par Pautard le sam. 08 nov. 2014, 22:37, modifié 2 fois.
La véritable école du commandement est la culture générale (Charles de Gaulle).

Pautard
Messages : 142
Inscription : dim. 25 sept. 2011, 18:37
Localisation : Saint-Maur-des-Fossés (France)

Suite à : équivalents - Dimension du problème

Message par Pautard » sam. 08 nov. 2014, 22:33

Je reviens sur ce sujet pour signaler que la situation concernant la locution « suite à » est préoccupante :
« Suite à » apparaît 52 millions de fois par une recherche Google (disons au moins une fois sur deux dans le sens de « à la suite de », en faisant un rapide sondage) ;
« A la suite de » apparaît 50,6 millions de fois toujours par une recherche Google, soit un peu moins que « à la suite de ».

En approfondissant la question, je me rends compte que « suite à » commence à phagocyter plusieurs locutions bien ancrées. J'ai recensé dans la page de mon site internet consacrée à l'usage de la langue française les locutions suivantes (j'exclus ce qui a trait à la correspondance administrative) :
« à la suite de », « après » (après un long..., après de nombreux...) ;
« à cause de », « pour cause de », « en raison de », « par suite de », « du fait de » : lorsqu'il y a explicitement une relation de cause à effet avec un résultat négatif ou neutre ;
« grâce à » : en cas de relation de cause à effet avec un résultat bénéfique (grâce aux conseils...) ;
« faute de » : en cas de manque (d'argent, de place...) ;
« compte tenu de » : compte tenu de la situation difficile... ;
« pour » : condamné pour meurtre ; perdre un procès pour avoir utilisé de façon abusive (au lieu de suite à une utilisation abusive)...
« dû à », « consécutif à », « causé par », « occasionné par » (dommages occasionnés par un orage) : après un substantif ;
« conformément à » : conformément à la volonté, au souhait, au vœu, aux exigences, aux recommandations... ;
« au vu de » : au vu du manque d'entretien...

Voulant bien faire, je fais des séries de correction dans l'encyclopédie en ligne que vous connaissez. Je vois par exemple des absurdités du type :
« suite à la situation politique tendue entre les deux pays », que l'on peut exprimer plus simplement par « à cause des tensions politiques entre les deux pays ».

Un certain nombre de contributeurs me remercient pour mes modifications. Malheureusement, un administrateur, toujours le même, importuné par ces modifications qui apparaissent dans sa liste de suivi (je ne sais pas exactement comment il travaille) les critique systématiquement en parlant de lourdeurs, de risques de changement de sens (effectivement « suite à », en raison de son flou, ne sous-entend pas explicitement une relation de cause à effet, mais c'est patent dans un certain nombre de cas), et va même jusqu'à en révoquer un certain nombre.

Si « suite à » continue de phagocyter d'autres locutions (de la même manière que d'autres termes incorrects), on peut légitimement s'inquiéter pour la diversité lexicale et la précision sémantique de la langue française.

Que faire ?
La véritable école du commandement est la culture générale (Charles de Gaulle).

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques » sam. 08 nov. 2014, 23:05

Que faire ? Que voulez-vous que nous fassions ? Un simple citoyen comme vous ou moi a-t-il un pouvoir quelconque face à un tel fléau ? Vous parlez de millions d'utilisations, et vous constatez que ce barbarisme éclipse une quantité impressionnante d'expressions, les « phagocyte » comme vous le dites, terme ô combien approprié : il les efface, les supprime du langage pour prendre leur place. Ce n'est d'ailleurs pas le seul phénomène de ce genre ; le lexique se rétrécit par l'utilisation d'un nombre restreint de formules passe-partout ; j'ai déjà plusieurs fois cité problème qui se substitue à une multitude de mots propres à décrire d'innombrables situations. Nous avons également site, qui fait une avancée foudroyante dans tous les domaines, pour usurper la place de toutes sortes de noms de lieux.
La paresse, la nécessité de produire le maximum en un temps aussi court que possible, le manque de considération pour la langue mènent à ces à-peu-près qui se construisent avec un vocabulaire « en kit » offrant un fonds de mots et expressions à tout faire.
Aucun personnage si puissant fût-il, aucune organisation, aucune association, aucun organisme n'a le pouvoir de ramener l'ordre dans cette triste pagaille.
Il faudrait des initiatives avec de gros moyens pour essayer de guider les mentalités vers une autre vision des choses. Il y a un gros travail de masse à accomplir à tous les échelons de la formation individuelle et collective.
Dernière modification par Jacques le dim. 09 nov. 2014, 7:47, modifié 4 fois.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4071
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert » dim. 09 nov. 2014, 7:05

Malheureusement, c'est le monde de l'audiovisuel, c'est à dire les journalistes et les publicitaires, qui fait la pluie et le beau temps en matière de langue, par la fascination qu'il exerce sur les foules, et par l'omniprésence dans notre quotidien. La nécessité de faire vite, l'absence de formation sérieuse au français, font que les acteurs de l'audiovisuel se contentent d'à-peu-près linguistiques et ont recours à des formules toutes faites vite emportées dans le flot des informations mais qui laissent leurs déchets dans l'usage collectif.
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)

Pautard
Messages : 142
Inscription : dim. 25 sept. 2011, 18:37
Localisation : Saint-Maur-des-Fossés (France)

Message par Pautard » dim. 09 nov. 2014, 15:18

L'usage de « suite à » me paraît grave en ce qu'il brouille l'expression de la relation de cause à effet. Quand on emploie « à la suite de », on met l'accent sur la succession temporelle sans trop s'avancer sur les causes d'un événement, tandis que dans les locutions « à cause de », « en raison de », « en conséquence de », « grâce à »,... le locuteur souhaite expliquer quelle est la cause d'un événement ou d'une situation. Pourrait-on par exemple se satisfaire d'une phrase telle que : « La Révolution française s'est produite suite à la crise financière de 1788 » ? Chacun sait que les causes de la Révolution française sont structurelles, et qu'il faut les chercher dans la société d'ordre de l'Ancien Régime (donc remonter au IXe siècle). Avec le flou de la locution « suite à », on n'encourage pas le lecteur à rechercher les véritables causes d'un événement. On pourrait en dire autant avec l'expression « en termes de » pour l'expression d'un contexte, qui tend à phagocyter, selon mes études, une bonne quinzaine d'autres expressions.

Il y a peut-être moyen de se coordonner avec des associations telles que la Mission linguistique francophone, qui a consacré un article à cette locution en juillet 2013 : http://missionlinguistiquefrancophone.b ... ieuse.html
Pourquoi ne pas se coordonner aussi avec des associations de professeurs de français ?

De mon côté, je peux intervenir dans le forum de Wikipédia, pour interpeller d'autres contributeurs et susciter un consensus dans l'encyclopédie.
La véritable école du commandement est la culture générale (Charles de Gaulle).

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques » dim. 09 nov. 2014, 16:10

Voilà d'excellents initiatives, de très bonnes idées, mais qui voulez-vous coordonner avec des associations ou des groupes, le forum ?
Un forum est une simple adresse virtuelle où se connectent des personnes qui souhaitent en rencontrer d’autres, pour discuter autour d’un sujet d’intérêt qu’elles ont en commun. Il n’y a pas de comité directeur, de bureaux, de personnel, de matériel, d’archives, de documentation. À cette adresse il n’y a personne, c’est une entité purement abstraite.
Ce n’est pas une personne morale ; il n’a pas d’existence matérielle ni juridique, ne peut pas jouer le rôle d’une association ni participer à des actions quelles qu’elles soient.
Je ne veux surtout pas être désagréable avec vous, mais vous faites suite à la longue liste que j'ai évoquée ailleurs des gens qui veulent nous impliquer dans des démarches, des contributions, des actions concrètes. Il y a quelques jours quelqu'un, qui a créé un site remarquable sur la botanique et la zoologie, s'est inscrit parce qu'il voulait nous embaucher pour l'aider à trouver des rédacteurs et des traducteurs bénévoles. Ainsi depuis la création de notre petit cercle de passionnés, nous sommes sollicités pour des quantités de travaux de toutes sortes. Ce n'est pas notre rôle ni la vocation des gens qui fréquentent ce lieu virtuel pour y partager leur passion, et seule une personne morale déclarée, enregistrée, ayant des statuts et une existence officielle peut agir dans un domaine quel qu'il soit.
Ne prenez pas cela spécialement pour vous, j'en ai affronté tant et tant de ces demandes qui se situent hors de nos objectifs que depuis longtemps la coupe déborde. Nous n'avons pas vocation d'entrer dans une activité quelle qu'elle soit, FNBL est un lieu fictif de discussion, il ne peut être rien d'autre.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

Pautard
Messages : 142
Inscription : dim. 25 sept. 2011, 18:37
Localisation : Saint-Maur-des-Fossés (France)

Message par Pautard » dim. 07 déc. 2014, 14:37

Je suis intervenu dans le forum de Wikipédia, et j'ai réussi à obtenir un consensus sur le fait que cette locution est du mauvais français et doit être évitée. Je peux donc maintenant faire des corrections librement dans l'encyclopédie. C'est toujours cela.
La véritable école du commandement est la culture générale (Charles de Gaulle).

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques » dim. 07 déc. 2014, 15:56

Bravo pour votre persévérance, votre ténacité à vouloir faire triompher le bon droit et le bon usage. Vous pouvez à juste titre être très fier de vous. Merci de cette contribution.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

Pautard
Messages : 142
Inscription : dim. 25 sept. 2011, 18:37
Localisation : Saint-Maur-des-Fossés (France)

Message par Pautard » dim. 07 déc. 2014, 18:36

Oui, il faut vraiment de la persévérance. J'ai déjà réussi à supprimer « au final » ainsi qu'assez largement « en charge de » (qui a tendance à se substituer à « chargé de ») et « au plan » (qui a tendance à se substituer à « sur le plan »). Il faudra maintenant que j'intervienne aussi dans l'atelier du français de Wikipédia.

J'ai vu sur la Toile un professeur de français qui considère que « suite à » est correct et le laisse passer dans les copies qu'il corrige. Où allons-nous ?
La véritable école du commandement est la culture générale (Charles de Gaulle).

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques » dim. 07 déc. 2014, 21:42

Pautard a écrit : J'ai vu sur la Toile un professeur de français qui considère que « suite à » est correct et le laisse passer dans les copies qu'il corrige. Où allons-nous ?
Ce professeur est un incompétent. Qu'enseigne-t-il à ses élèves ? La faute a pourtant été largement dénoncée.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Klausinski
Messages : 1293
Inscription : mar. 12 déc. 2006, 23:54
Localisation : Aude

Message par Klausinski » mar. 09 déc. 2014, 15:53

Belle réussite, Pautard ! Wikipédia étant devenu la principale référence encyclopédique de... pour ainsi dire tout le monde, c'est une excellente chose qu'il y ait des gens comme vous, avec votre détermination et votre savoir, pour veiller à ce que les articles soient écrits en bon français.
« J’écris autrement que je ne parle, je parle autrement que je ne pense, je pense autrement que je ne devrais penser, et ainsi jusqu’au plus profond de l’obscurité. »
(Kafka, cité par Mauriac)

Roméo31
Messages : 11
Inscription : jeu. 20 nov. 2014, 3:14

Message par Roméo31 » mer. 10 déc. 2014, 19:58

Plusieurs ouvrages traitant de la rédaction administrative proscrivent "suite à", comme appartenant au langage commercial.

Et en tant qu'enseignant de cette matière, je fais de même.

Bonne soirée!

Répondre