La magie de l'hiver opère

Informations générales sur l’usage et le but de ce forum
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7699
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: La magie de l'hiver opère

Message par Claude » ven. 27 déc. 2019, 18:37

André (G., R.) a écrit :
mer. 25 déc. 2019, 11:08
[...] Il me semble qu'il faut lire « attendit » à la huitième strophe et « seras » à la dixième. [...]
Les rares textes que j'ai consultés allant au-delà de la sixième strophe reproduisent les mêmes fautes ; je suppose qu'il y a eu du copier/coller.
J'ai cherché une version plus ancienne ICI mais pas de chance, les textes sont différents.
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Leclerc92
Messages : 2317
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: La magie de l'hiver opère

Message par Leclerc92 » ven. 27 déc. 2019, 19:08

Dans cette version de 1738, les paragraphes fautifs ne le sont pas !
Image
Image
En revanche, pour la deuxième strophe, qui dans la version d'André dit
Dont il sortait un bouton merveilli.
qui est nécessairement fautif, puisqu'on attend une rime en "et",
votre version dit :
Dont il sortait ung bouton vermeillet
et la mienne
Dont il sortoit un bouton merveillet.
Il me semble que votre version est meilleure sur ce point.

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7699
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: La magie de l'hiver opère

Message par Claude » ven. 27 déc. 2019, 20:02

Les deux fautes relevées sont donc bien réelles.
Ceux qui ont écrit ou retranscrit merveilli ne sont pas observateurs ; on voit bien que les rimes de chaque strophe sont toutes en i - i - è.
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Re: La magie de l'hiver opère

Message par André (G., R.) » sam. 28 déc. 2019, 11:05

Claude a écrit :
ven. 27 déc. 2019, 18:37
Les rares textes que j'ai consultés allant au-delà de la sixième strophe reproduisent les mêmes fautes ; je suppose qu'il y a eu du copier/coller.
J'ai cherché une version plus ancienne ICI mais pas de chance, les textes sont différents.
Le vieux français m'intéresse... quand il reste à ma portée ! Je viens de comparer les deux versions, qui ne sont pas si différentes l'une de l'autre dans leur structure. Elles comportent toutes deux douze couplets et en ont onze en commun. Le huitième1 du texte le plus récent ne figure pas dans l'ancien et l'onzième2 de ce dernier est absent de l'autre.

Dans la version la plus récente, on trouve :

• « D'un oiselet après le chant ouïs » (couplet 4), « couché au lit » (5), « L'étoile y vis, qui la nuit éclaircit » (6), « d'où elle avait sorti » (6), « Qui les paroles lentement entendit » (9), « Puis les musa dans un petit livret » (9),

éléments qui correspondent, pour l'autre, à :

• « Après le chant d'un bel ange ouy », « couché au luy », « L'estoile vingt qui le jour esclaircyt », « dont elle estoit party », « Paroles dist lesquelles pas n'ouy », « Il le mussa dedans un drapelet ».

• « Bel ange » aurait sans doute dû devenir « angelet » et non « oiselet ».
• Je n'ai trouvé nulle part trace de « luy » comme ancêtre de « lit » et, si « luy » avait eu ce sens, sa cohabitation avec « lict » (onzième couplet) serait curieuse. « Luy » est d'habitude l'ancienne forme du pronom « lui ». Mais là ?
• Je ne vois pas la raison pour laquelle « L'estoile vingt » (L'étoile vint) devient « L'étoile y vis » (J'y vis l'étoile) ?
• La version la plus récente n'est pas toute récente ! « D'où elle avait sorti » ne gênait peut-être personne mais deviendrait aujourd'hui « D'où elle était sortie ». La subordonnée plus ancienne qui lui correspond, « dont elle estoit party » comporte le participe « party » dont j'ignore si l'absence du e final était la norme.
• « Paroles dist lesquelles pas n'ouy » signifie, je crois, « Il dit des paroles que je n'entendis pas » : le rapport avec « Qui les paroles lentement entendit » m'échappe.
• Dans la version récente, muser (perdre son temps) et musser (cacher) ont manifestement été confondus. Et que dire du « drapelet » transformé en « petit livret » ?!

Quelques autres particularités du texte que j'ai fourni m'ont paru plus acceptables. C'est cette version « modernisée » que vous chantiez, je suppose, Claude ?

__________________________________________________________________________________________________
1 Quarante jours la nourrice attendrit, / Entre les bras de Siméon le mit, / Deux tourterelles dedans un panneret.
2 Et l'autre jour je songeais en mon lict / Que je voyais un enfant si petit / Qui s'appeloit Jésus de Nazareth.

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7699
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: La magie de l'hiver opère

Message par Claude » sam. 28 déc. 2019, 11:41

André (G., R.) a écrit :
sam. 28 déc. 2019, 11:05
[...] C'est cette version « modernisée » que vous chantiez, je suppose, Claude ?
Je n'en ai plus du tout le souvenir.
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Répondre