bottomé

Avatar de l’utilisateur
Madame de Sévigné
Messages : 687
Inscription : ven. 09 oct. 2009, 22:50
Localisation : Nantes

bottomé

Message par Madame de Sévigné » ven. 04 mars 2011, 19:15

bottomé

Avez-vous déjà rencontré ce mot ?

Moi oui, je l'ai vu écrit hier.
Alors, où placer cette question, dans néologismes, vocabulaire, jeux, devinettes, indignations ???
Dites-moi ce que cela évoque pour vous et je vous donnerai des indices, puis l'interprétation personnelle que je vous soumets.

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 8043
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » ven. 04 mars 2011, 19:43

Faire tomber sur le "bottom" autrement dit sur le fondement ?
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques » ven. 04 mars 2011, 19:50

Je pensais bêtement à un nom de médicament. Nous ne savons pas s'il s'agit d'un anglicisme.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Madame de Sévigné
Messages : 687
Inscription : ven. 09 oct. 2009, 22:50
Localisation : Nantes

Message par Madame de Sévigné » ven. 04 mars 2011, 20:54

Merci Perkele, je crois que vous avez pensé comme moi.

"Bottom" est pour moi un mot anglais qui veut dire derrière, postérieur, fondement.
Alors, pourquoi l'utiliser sur l'emballage de biscuits aux chocolat ?

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 8043
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » ven. 04 mars 2011, 21:18

Je l'ai vu employé dans des catalogues de produits professionnels à la rubrique "services généraux. Il désignait la forme de la base d'un sac en papier. Des espèces de soufflets lui permettant de tenir debout ouvert.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques » ven. 04 mars 2011, 21:49

On trouve ceci sur Internet ; ce peut être une piste :
Sacs papier compostables pour déchets verts - Fond bottomé pour un maintien debout du sac. Bottomé se référerait à un renforcement pour maintenir une rigidité. Cela correspond à ce que rapporte Perkele.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Madame de Sévigné
Messages : 687
Inscription : ven. 09 oct. 2009, 22:50
Localisation : Nantes

Message par Madame de Sévigné » ven. 04 mars 2011, 21:51

Une boite de biscuits comprenant quatre coupelles de spécialités au chocolat, le tout fort appétissant.
Les deux premières décrites dans une langue qui ne m'a pas choquée.
La troisième : "Crusty chocolat lait."
Dommage, nous avons croquant, craquant, croustillant. Et nous parlons en général de chocolat au lait.

La quatrième me laisse perplexe, car c'est là que j'ai découvert bottomé !

Avatar de l’utilisateur
Manni-Gédéon
Messages : 1217
Inscription : lun. 12 avr. 2010, 14:35
Localisation : Genève (CH)

Message par Manni-Gédéon » ven. 04 mars 2011, 21:58

Jacques a écrit :On trouve ceci sur Internet ; ce peut être une piste :
Sacs papier compostables pour déchets verts - Fond bottomé pour un maintien debout du sac. Bottomé se référerait à un renforcement pour maintenir une rigidité. Cela correspond à ce que rapporte Perkele.
Ne pourrait-t-il pas être simplement renforcé ?
C'est d'autant plus ridicule qu'en anglais, on ne dit pas bottomed.

Avatar de l’utilisateur
Manni-Gédéon
Messages : 1217
Inscription : lun. 12 avr. 2010, 14:35
Localisation : Genève (CH)

Message par Manni-Gédéon » ven. 04 mars 2011, 22:03

Dans l'exemple que vient de donner Madame de Sévigné, je dois avouer que je ne comprends pas le terme bottomé.
Je suis hérissée de points d'interrogation.

Avatar de l’utilisateur
abgech
Messages : 363
Inscription : lun. 02 oct. 2006, 17:43
Localisation : Genève, Suisse

Message par abgech » sam. 05 mars 2011, 7:19

manni-gedeon a écrit :...C'est d'autant plus ridicule qu'en anglais, on ne dit pas bottomed.
Je n'ai pas le sentiment que le ridicule tue les cuistres !

Dans le genre, en France, certains, si ce n'est tous, magasins de bricolage ou de meubles ne vendent pas des garde-robes, mais des "dressing". Parmi mes velléités, il y a celle d'envoyer à ces magasins une lettre leur demandant s'il commencent à se spécialiser dans les accessoires pour sado-masochistes.

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 8043
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » sam. 05 mars 2011, 7:26

Madame de Sévigné a écrit :Une boite de biscuits comprenant quatre coupelles de spécialités au chocolat, le tout fort appétissant.
Les deux premières décrites dans une langue qui ne m'a pas choquée.
La troisième : "Crusty chocolat lait."
Dommage, nous avons croquant, craquant, croustillant. Et nous parlons en général de chocolat au lait.

La quatrième me laisse perplexe, car c'est là que j'ai découvert bottomé !
Et quel goût avaient ces friandises ?
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 8043
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » sam. 05 mars 2011, 7:39

Les réponses de Google à la requête sont assez éclectiques. On y parles de madeleines bottomées, de limonade bottomée, de tatouage bottomé (discret si j'ai bien compris)... Je vois aussi que dans les jeux on se fait bottomer par les méchants... Il me semble que les adresses sont canadiennes? Serait-ce du québécois ?
Dernière modification par Perkele le sam. 05 mars 2011, 7:40, modifié 1 fois.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques » sam. 05 mars 2011, 7:40

Madame de Sévigné a écrit :Une boite de biscuits comprenant quatre coupelles de spécialités au chocolat, le tout fort appétissant.
Les deux premières décrites dans une langue qui ne m'a pas choquée.
La troisième : "Crusty chocolat lait."
Dommage, nous avons croquant, craquant, croustillant. Et nous parlons en général de chocolat au lait.

La quatrième me laisse perplexe, car c'est là que j'ai découvert bottomé !

C'est la pratique à la mode : on supprime les petits mots, surtout les prépositions. Cette manie très agaçante est extrêmement répandue (emballage carton, séance photos, test ADN, coffret bois...) ; voyez dans le bout de texte que je rapporte : sacs papier.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4083
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert » sam. 05 mars 2011, 9:47

manni-gedeon a écrit :Je suis hérissée de points d'interrogation.
Vous avez les cheveux bouclés ?

Avatar de l’utilisateur
Madame de Sévigné
Messages : 687
Inscription : ven. 09 oct. 2009, 22:50
Localisation : Nantes

Message par Madame de Sévigné » sam. 05 mars 2011, 9:55

Bonjour à tous et merci pour vos efforts qui se dirigent vers la solution.
La quatrième spécialité au chocolat (et non pas spécialité chocolat) s'intitule (j'ai envie de dire s'intitulte !) :

Florentin bottomé chocolat lait.


J'en conclus, ce que j'avais pressenti dès le début. Il s'agit de florentins, donc le bottomé est inutile, mais dans un but commercial, il faut donner des noms ronflants aux grands classiques.
Le florentin est un mélange de fruits secs et oléagineux sur une couche, une tablette, une plaquette, un fond, une base, un socle de chocolat, rigide, bien entendu. On a donc l'idée de fond et renforcé qu'on peut parfaitement exprimer dans notre langue, mais c'est superflu de le préciser, puisque dans le mot "florentin", tout est dit. Admettons qu'on fasse la différence entres les florentins au chocolat noir, et les florentins au chocolat au lait, voire au chocolat blanc, qui n'est pas du chocolat, mais cela est un autre débat.

Pour en revenir à la question de Perkele, quel goût avaient ces friandises ? je ne peux que vous donner l'avis de mes collègues qui se sont jetées dessus et ont émis des apprécitions très élogieuses, n'ayant cure du "bottomé"!.
J'ai stoîquement boudé le produit, fermement décidée à ne pas en dire du bien !
Je suis sûre que mes florentins sont meilleurs !

Je rajoute un détail dans la série : "On nous prend pour des imbéciles". Nous sommes fortement incités à acheter des friandises, d'aucuns diront poisons, mais il ne faut pas les consommer entre les repas. J'en conclus que lesdits florentins doivent être consommés en entrée, ou en plat de résistance, ou en guise de fromage, et pourquoi pas, en dessert !!!
Je savais bien que ce sujet avait sa place dans la rubrique Indignations.

Et pour finir, un petit clin d'œil pour Jacques. Je connais un restaurant qui s"appelle l'Auberge gourmande. J'imagine que ladite auberge a un gros appétit.

Répondre