bottomé

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » sam. 05 mars 2011, 10:00

Merci pour le clin d'œil. J'ai déjà vu utiliser cet adjectif pour des lieux ou des choses, par exemple : dessert gourmand. D'un point de vue syntaxique, on se demande si c'est recevable, s'il s'agit d'une figure de rhétorique ou de charabia publicitaire.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4058
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert » sam. 05 mars 2011, 10:02

Madame de Sévigné a écrit :Florentin bottomé chocolat lait.
Moi y en a aimer florentins, ça être bon manger.

Avatar de l’utilisateur
Madame de Sévigné
Messages : 687
Inscription : ven. 09 oct. 2009, 22:50
Localisation : Nantes

Message par Madame de Sévigné » sam. 05 mars 2011, 10:09

Jacques-André-Albert a écrit :
Madame de Sévigné a écrit :Florentin bottomé chocolat lait.
Moi y en a aimer florentins, ça être bon manger.
Florentins maison ou rien !!! :D :D :D

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4058
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert » sam. 05 mars 2011, 10:16

Jacques-André-Albert a écrit :
Madame de Sévigné a écrit :Florentin bottomé chocolat lait.
Moi y en a aimer florentins, ça être bon manger.
J'aurais dû supprimer « Madame de Sévigné a écrit » pour mieux faire comprendre que je me moquais de la formule qui identifiait ces biscuits, et qui me faisait penser au langage qu'on appelait « petit nègre » à l' époque tant décriée des colonies.

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7946
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » sam. 05 mars 2011, 10:28

Oui, mais alors, "bottomé" dans tout ça ?

C'est la couche de chocolat, comme pour les madeleines que je cite plus haut ?
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
Madame de Sévigné
Messages : 687
Inscription : ven. 09 oct. 2009, 22:50
Localisation : Nantes

Message par Madame de Sévigné » sam. 05 mars 2011, 13:02

Jacques-André-Albert a écrit :J'aurais dû supprimer « Madame de Sévigné a écrit » pour mieux faire comprendre que je me moquais de la formule qui identifiait ces biscuits, et qui me faisait penser au langage qu'on appelait « petit nègre » à l' époque tant décriée des colonies.
C'est bien comme ça que je l'ai compris, cher JAA, mais au point où nous en sommes, partons dans tous les sens...
Oui, chère Perkele, je crois qu'il s'agit de madeleines recouvertes de chocolat.
En fait, couche de chocolat est excellent pour virer "bottomé".

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7946
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » sam. 05 mars 2011, 13:27

En cuisine nous avons "foncer" pour tapisser le fond d'un moule. Ne pourrait-on dire des madeleines foncées au chocolat ?
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
JR
Messages : 1301
Inscription : mer. 29 nov. 2006, 16:35
Localisation : Sénart (décédé le 15 mai 2013)
Contact :

Message par JR » sam. 05 mars 2011, 15:40

Madame de Sévigné a écrit : Je suis sûre que mes florentins sont meilleurs !
Cherchez vous des volontaires pour les tests ? :roll:
L’ignorance est mère de tous les maux.
François Rabelais

Avatar de l’utilisateur
Madame de Sévigné
Messages : 687
Inscription : ven. 09 oct. 2009, 22:50
Localisation : Nantes

Message par Madame de Sévigné » sam. 05 mars 2011, 15:45

JR a écrit :
Madame de Sévigné a écrit : Je suis sûre que mes florentins sont meilleurs !
Cherchez vous des volontaires pour les tests ? :roll:
Chiche !!! :idea:

Avatar de l’utilisateur
Klausinski
Messages : 1293
Inscription : mar. 12 déc. 2006, 23:54
Localisation : Aude

Message par Klausinski » sam. 05 mars 2011, 16:17

Madame de Sévigné a écrit :
JR a écrit :
Madame de Sévigné a écrit : Je suis sûre que mes florentins sont meilleurs !
Cherchez vous des volontaires pour les tests ? :roll:
Chiche !!! :idea:
Vous nous tentez.
« J’écris autrement que je ne parle, je parle autrement que je ne pense, je pense autrement que je ne devrais penser, et ainsi jusqu’au plus profond de l’obscurité. »
(Kafka, cité par Mauriac)

Avatar de l’utilisateur
Bernard_M
Messages : 922
Inscription : sam. 07 févr. 2009, 10:24
Contact :

Message par Bernard_M » sam. 05 mars 2011, 16:18

Perkele a écrit :En cuisine nous avons "foncer" pour tapisser le fond d'un moule. Ne pourrait-on dire des madeleines foncées au chocolat ?
Certes, mais en cuisine, nous fonçons avec une abaisse. Si, si ! Je suis sérieux ! Voyez ici.
Le terme ne me paraît donc pas être le terme exact. Mais pour rester dans l'esprit de cette préparation, je pense que nous pourrions opter pour chablonner, car on chablonne avec une couche de chocolat (cf le lien précédent).
Les madeleines seraient dès lors des madeleine chablonnées.
De cette façon, je resterais Français. À lire leurs recettes, les Anglais ont même adopté le terme madeleine et ils parlent de chocolate-covered Madeleines et non de bottomed madeleine. Par quel snobisme faut-il encore que certains aillent inventer un terme comme venu de chez nos voisins, alors qu'ils pourraient fort bien en trouver un dans notre propre vocabulaire, fût-ce un terme technique !

L'avis d'un maître queux serait le bienvenu.

Avatar de l’utilisateur
Klausinski
Messages : 1293
Inscription : mar. 12 déc. 2006, 23:54
Localisation : Aude

Message par Klausinski » sam. 05 mars 2011, 16:39

Jacques a écrit :J'ai déjà vu utiliser cet adjectif pour des lieux ou des choses, par exemple : dessert gourmand. D'un point de vue syntaxique, on se demande si c'est recevable, s'il s'agit d'une figure de rhétorique ou de charabia publicitaire.
La figure de rhétorique existe. Il s’agit d’une hypallage. Cela consiste à déplacer syntaxiquement un qualificatif qui devrait sémantiquement porter sur une autre entité, qu’elle soit explicite ou non. L’exemple le plus fameux est la traduction littérale d’un passage de l’Énéide : Ibant obscuri solo sub nocte, « Ils allaient obscurs dans la nuit solitaire ».
« J’écris autrement que je ne parle, je parle autrement que je ne pense, je pense autrement que je ne devrais penser, et ainsi jusqu’au plus profond de l’obscurité. »
(Kafka, cité par Mauriac)

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7946
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » sam. 05 mars 2011, 16:44

Je lis, hélas, qu'on ne chablonne que les gâteaux au chocolat... :(
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7946
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » sam. 05 mars 2011, 16:47

Klausinski a écrit :
Jacques a écrit :J'ai déjà vu utiliser cet adjectif pour des lieux ou des choses, par exemple : dessert gourmand. D'un point de vue syntaxique, on se demande si c'est recevable, s'il s'agit d'une figure de rhétorique ou de charabia publicitaire.
La figure de rhétorique existe. Il s’agit d’une hypallage. Cela consiste à déplacer syntaxiquement un qualificatif qui devrait sémantiquement porter sur une autre entité, qu’elle soit explicite ou non. L’exemple le plus fameux est la traduction littérale d’un passage de l’Énéide : Ibant obscuri solo sub nocte, « Ils allaient obscurs dans la nuit solitaire ».
Mais, ne nous sommes-nous pas interrogés récemment sur le ver d'une chanson de Jean Ferrat :
"Les vieux ça n'était pas original
Quand ils s'essuyaient machinal
D'un revers de manche les lèvres" :?:
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
Klausinski
Messages : 1293
Inscription : mar. 12 déc. 2006, 23:54
Localisation : Aude

Message par Klausinski » sam. 05 mars 2011, 17:00

Perkele a écrit :Mais, ne nous sommes-nous pas interrogés récemment sur le vers d'une chanson de Jean Ferrat :
"Les vieux ça n'était pas original
Quand ils s'essuyaient machinal
D'un revers de manche les lèvres" :?:
L’hypallage voudrait que machinal s’accorde avec « ils ». Ce machinal résiste donc encore à nos analyses. Nous étions nous, à la fin, entendu sur un terme pour désigner cette figure, je ne m’en souviens plus ? On peut également dire, peut-être plus justement, que l’adjectif a ici une valeur adverbiale.
« J’écris autrement que je ne parle, je parle autrement que je ne pense, je pense autrement que je ne devrais penser, et ainsi jusqu’au plus profond de l’obscurité. »
(Kafka, cité par Mauriac)

Répondre