Les conseillers en communication

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » ven. 07 nov. 2014, 10:01

Je trinque à l'avance avec vous.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4058
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert » ven. 07 nov. 2014, 10:11

Moi aussi, étant en outre (si je puis dire) proche de la source et à même de m'approvisionner chez les meilleurs producteurs. :D
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » ven. 07 nov. 2014, 10:38

Jacques-André-Albert a écrit :Moi aussi, étant en outre (si je puis dire) proche de la source et à même de m'approvisionner chez les meilleurs producteurs. :D
Vous dites cela pour exciter chez d'autres l'envie et la jalousie.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » dim. 24 sept. 2017, 8:59

Shadock90 a écrit :
Jacques-André-Albert a écrit :Mais, et j'insiste, la propagation de l'anglais se fait grâce à l'intoxication d'une partie de l'intelligentsia : responsables politiques, médias, conseillers en communication ; beaucoup de semblables à Pécresse et malheureusement peu d'émules de Toubon.
À tel point que le phénomène a même suscité une distinction : l'académie de la carpette anglaise . On y apprenait entre autres qu'une des récipiendaires avait vu son patronyme anglicisé : Christine the Guard (mais cette anecdote n'apparaît plus sur l'article).
Dans le même ordre d'idées que « Christine the Guard », « Hot milk » ne mérite-t-il pas aussi d'être distingué par cette académie ?

Cholet file à l'anglaise
Connaissez-vous cette bonne ville de Hotmilk, ses mouchoirs, son dynamisme économique, son club de basket ? Un petit effort. Hot Milk, Chaud lait. Cholet. Vous y êtes. En 2009, une association faisant la promotion de la danse hip hop avait eu, la première, l'idée de maquiller le nom de la ville, à l'américaine. Un festival de courts-métrages perpétue cette « tradition » : le Hotmilk Film Makers, dont la 5e édition se joue ce week-end à Cholet. Un vernis anglais pour assumer une ambition internationale ? Tout faux. « Hotmilk Film Makers a été créé afin de promouvoir le cinéma choletais sur son propre territoire », rappellent les organisateurs, sur Internet. [...]


C'est ce que je lis dans mon journal d'aujourd'hui.
Promouvoir en anglais le patrimoine français pour le public international, à condition que la même promotion soit rédigée d'abord en français, peut se comprendre dans certaines circonstances ; mais là, vous le constatez, les organisateurs revendiquent leurs seuls soucis régionaux. L'anglomanie et ses sottises sont sans limite.

Bien entendu, je me permets parfois en privé cette sorte de calembours inter-linguistiques, surtout franco-allemands ! Bien que « Jawohl*, y a plus que wohl, y a cambriolage » soit archi-é c u l é, il arrive encore, par exemple, que mes proches m'entendent le leur dire !

* Oui, bien, certainement, parfaitement, c'est vrai

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7946
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » dim. 24 sept. 2017, 9:57

Je pense tout à coup que mon fils et son meilleur ami de collège avaient prévu d'émigrer en Amérique où ils s'appelleraient respectivement Fred Cowboy et Al Ofwall.

:D
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » dim. 24 sept. 2017, 10:08

Frédéric VACHER et Alexandre DEMUR passeraient-ils si mal à New York ? :lol:

Ah ! quand on a 14 ans...

André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » dim. 24 sept. 2017, 11:52

Sur une autre page de mon journal, un autre article, plus long, en rapport avec celui dont j'ai cité un passage tout à l'heure, a pour titre Everest green au Hotmilk avant sa diffusion télé et porte le sous-titre Le festival dédié aux courts et très courts métrages, fait la part belle aux talents Choletais. Parmi eux, Yoann Luis, producteur. Il présente le documentaire engagé Everest Green.
Des sommets sont forcément atteints, puisqu'il est question de l'Everest !
1 - Everest green est le titre d'un film produit par un Choletais. mais que veut-il dire ?
2 - Il faut apparemment voir « au festival Hotmilk Film Makers » dans « au Hotmilk ».
3 - Passons sur « diffusion télé » !
4 - Pourquoi une virgule entre « courts métrages » et « fait » ?
5 - L'adjectif « choletais » ne devrait pas comporter de majuscule.
6 - Pourquoi « Everest Green » après « Everest green » ?
Bon, c'est aujourd'hui dimanche... et des remplaçants fréquentent les rédactions le samedi.

Avatar de l’utilisateur
Manni-Gédéon
Messages : 1217
Inscription : lun. 12 avr. 2010, 14:35
Localisation : Genève (CH)

Message par Manni-Gédéon » dim. 24 sept. 2017, 23:52

Effectivement, ça fait beaucoup de fautes et d'incohérences pour un passage aussi court.
L'erreur ne devient pas vérité parce qu'elle se propage et se multiplie ; la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit.
Gandhi, La Jeune Inde

Répondre