faire, faire, faire !

jarnicoton
Messages : 691
Inscription : mar. 11 sept. 2012, 9:16

faire, faire, faire !

Message par jarnicoton » dim. 20 juil. 2014, 17:53

Après faire sens, faire débat, je relève dans un discours politique faire France: les populations d'origines diverses du pays doivent ensemble faire France.
Il ne semble pas exister de limite à l'inventivité des discoureurs !

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » dim. 20 juil. 2014, 18:10

Cet emploi dévoyé est un de ceux qui m'agacent le plus.
Les « discoureurs » dont vous parlez semblent vouloir sans cesse reculer les limites de la bêtise.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

Pautard
Messages : 142
Inscription : dim. 25 sept. 2011, 18:37
Localisation : Saint-Maur-des-Fossés (France)

Message par Pautard » sam. 21 mars 2015, 19:07

J'ai aussi relevé dans l'encyclopédie Médiakiki « faire problème ». Pourquoi ne pas dire tout simplement « poser problème » ? J'ai corrigé ces fautes.

De même, pour « faire débat », je pense que l'on pourrait dire « être sujet à débat », ou bien « faire l'objet de débat ».
La véritable école du commandement est la culture générale (Charles de Gaulle).

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7706
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » sam. 21 mars 2015, 19:56

L'Académie, dans sa 9e édition, a écrit :Faire entre encore en composition avec divers substantifs, précédés ou non de l'article, pour former de nombreuses locutions auxquelles ces termes donnent leur sens. Faire don, faire abandon de. Faire provision de. Faire collection de. Faire l'économie de. Faire usage de. Faire fonction, faire office de. Faire choix de. Faire part de. Faire mention, faire état de. Faire acte de. Faire montre, faire étalage de. Faire abstraction de. Faire fi de. Faire mystère de. Faire mérite de. Faire grief de. Faire défense de. Faire litière de. Faire preuve de. Faire l'objet de, etc.
On peut se demander où se trouve la limite à ne pas dépasser. :?:
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4058
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert » dim. 22 mars 2015, 7:17

La différence entre les associations rappelées par l'Académie et les néologismes faire sens et faire débat réside dans l'absence de complément pour ces derniers.
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7706
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » dim. 22 mars 2015, 7:31

Bon sang mais c'est bien sûr ! :oops:
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Avatar de l’utilisateur
Ernest de la Coquecigrue
Messages : 135
Inscription : mer. 30 oct. 2013, 11:57

Message par Ernest de la Coquecigrue » dim. 22 mars 2015, 10:33

M. Vannier, qui travaille au Service du Dictionnaire de l'Académie (et qui a déjà été cité plusieurs fois sur ce forum), avait répondu à une question posée par un de mes amis il y a quelques années. Je vous reproduis sa réponse :
  • On évitera poser problème qui est le croisement de l'expression figée faire problème que l'on rencontre déjà chez Sainte-Beuve et de poser un problème.

    Ces structures verbe + nom sont des structures figées qui datent de l'ancien français car, à cette époque l'emploi de l'article n'était pas obligatoire : de là avoir peur, chercher querelle, faire front, avoir maille à partir, trouver chaussure à son pied, etc.
En somme, les expressions héritées de l'ancien français sont correctes, mais il n'est pas permis d'en créer de nouvelles. Ainsi, on dit toujours tenir tête ou avoir honte, mais on ne pourrait pas inventer perdre tête ou avoir fierté. ;)
Dernière modification par Ernest de la Coquecigrue le dim. 22 mars 2015, 14:56, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
abgech
Messages : 352
Inscription : lun. 02 oct. 2006, 17:43
Localisation : Genève, Suisse

Message par abgech » dim. 22 mars 2015, 14:43

Ernest, merci de vos renseignements.

En revanche, ce qui me parait totalement condamnable, c'est de fabriquer un nom commun en unissant, par un trait d'union, un verbe et un adverbe, tel l'abominable "vivre-ensemble".

Avatar de l’utilisateur
Bernard_M
Messages : 922
Inscription : sam. 07 févr. 2009, 10:24
Contact :

Message par Bernard_M » dim. 22 mars 2015, 17:00

abgech a écrit :[...]ce qui me parait totalement condamnable, c'est de fabriquer un nom commun en unissant, par un trait d'union, un verbe et un adverbe, tel l'abominable "vivre-ensemble".
Vous n'allez vous faire des amis ni chez les gagne-petit, pas plus que chez les dissipateurs et autres mange-tout, ni même parmi les risque-tout... ;)

André79
Messages : 470
Inscription : mar. 31 juil. 2007, 23:04
Localisation : Poitou

Message par André79 » dim. 22 mars 2015, 18:09

Pour autant petite exception (Enfin voyez-y davantage une boutade ) :


Ne dit-on pas : "Tu m'as mis la honte" ?

André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » lun. 23 mars 2015, 9:22

André79 a écrit :Pour autant petite exception (Enfin voyez-y davantage une boutade ) :


Ne dit-on pas : "Tu m'as mis la honte" ?
Cette expression est employée par une partie assez bien reconnue de la population. Signifie-t-elle autre chose que « Tu m'as fait honte »? Je me demande également si les jeunes Belges et les jeunes Suisses francophones l'utilisent.

Avatar de l’utilisateur
Manni-Gédéon
Messages : 1217
Inscription : lun. 12 avr. 2010, 14:35
Localisation : Genève (CH)

Message par Manni-Gédéon » lun. 24 août 2015, 3:45

En Suisse, on entend aussi cette expression, dans plusieurs variantes :
Tu m'as mis la honte, tu m'as fichu la honte et même tu m'as foutu la honte. (Désolée pour la vulgarité).
L'erreur ne devient pas vérité parce qu'elle se propage et se multiplie ; la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit.
Gandhi, La Jeune Inde

André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » lun. 24 août 2015, 8:27

Merci. À vrai dire une réponse négative m'eût étonné !

André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » mar. 08 déc. 2015, 11:29

Bernard_M a écrit :
abgech a écrit :[...]ce qui me parait totalement condamnable, c'est de fabriquer un nom commun en unissant, par un trait d'union, un verbe et un adverbe, tel l'abominable "vivre-ensemble".
Vous n'allez vous faire des amis ni chez les gagne-petit, pas plus que chez les dissipateurs et autres mange-tout, ni même parmi les risque-tout... ;)
Dans « gagne-petit », « mange-tout » et « risque-tout » le verbe est conjugué, tandis qu'il est à l'infinitif dans « le vivre-ensemble ». L'infinitif substantivé (le manger, le rire, le savoir...) n'est pas rare en français, mais je ne connais pas d'autre exemple de son association avec un adverbe.
Je reviens sur ce fil parce qu'il me semble constater un succès croissant de ce néologisme. Et je me pose la question de savoir ce que l'on disait avant sa création.

Leclerc92
Messages : 2328
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Message par Leclerc92 » mar. 08 déc. 2015, 12:06

Le bien-être !

Répondre