French-ement non !

Répondre
André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

French-ement non !

Message par André (G., R.) » dim. 03 déc. 2017, 11:18

On en est malheureusement . Je n'ai pas réussi à trouver d'explication pour le composant Fab de French Fab. À l'aide !

Avatar de l’utilisateur
Islwyn
Messages : 1492
Inscription : sam. 16 févr. 2013, 12:09
Localisation : Royaume-Uni (décédé le 9 mars 2018)

Message par Islwyn » dim. 03 déc. 2017, 11:51

Pour votre gouverne, fab est la forme tronquée de fabulous = fabuleux, sensationnel. L'abréviation en anglais semble dater des années soixante, l'époque des Beatles, dont le sobriquet était the Fab Four. Depuis lors, fab est utilisé par (presque) tout le monde dans des circonstances variées pour qualifier tout ce qui soulève notre admiration même passagère*. À la rigueur, French Fab peut donc indiquer tout ce que la France produit de sensationnel.
*Il tend à être remplacé de nos jours par awesome, de même sens.
Quantum mutatus ab illo

Leclerc92
Messages : 2328
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Message par Leclerc92 » dim. 03 déc. 2017, 12:48

Une série humoristique britannique assez populaire en France s'intitule Absolutely Fabulous et est généralement désignée, entre initiés, par Ab Fab.
Cela dit, pour ma part, il me semble que dans French Fab, qui prend comme l'article l'indique la suite de French Touch et French Tech, Fab se réfère aussi à "fabrication", puisqu'il s'agit de valoriser l’industrie française.

Avatar de l’utilisateur
Islwyn
Messages : 1492
Inscription : sam. 16 févr. 2013, 12:09
Localisation : Royaume-Uni (décédé le 9 mars 2018)

Message par Islwyn » dim. 03 déc. 2017, 12:59

J'ai oublié de dire que fab en anglais n'est jamais substantif. Quant à Ab Fab, la série reste fab !
Quantum mutatus ab illo

André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » lun. 04 déc. 2017, 13:54

Merci à vous deux. Si je vous ai bien compris, on a donc affaire, comme trop souvent, à une tournure qui méprise à la fois le français (beaucoup) et l'anglais (un peu). Que c'est triste.

Leclerc92
Messages : 2328
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Message par Leclerc92 » lun. 04 déc. 2017, 15:40

Il faut cependant remarquer qu'il s'agit là non pas de mots du langage ordinaire mais de noms de sociétés ou de marques déposées, et que, de même que nous ne faisons pas grief à quelqu'un de porter un nom italien, germanique ou arabe, nous sommes bien obligés de tolérer ces noms propres déposés, même s'ils sont souvent influencés par l'anglais. Au XIXe siècle, ils étaient influencés par le grec mais n'étaient finalement pas beaucoup plus beaux, du moins pour certains d'entre eux. Ce n'est pas seulement le prestige commercial supposé de l'anglais qui est responsable de cette tendance, c'est aussi une conséquence de la loi qui interdit aux marques d'être purement descriptives en français : les déposants s'en sortent généralement en glissant de l'anglais dans le nom déposé, faute de savoir le grec.
Je trouve plus dangereux l'abus de noms communs étrangers, comme dans cette publicité que je relève dans l'hebdomadaire gratuit du métro parisien :
Tea time du Clos Belle Juliette,
Bar, snacking chic.

Presque pas un seul mot français d'origine, en dehors du nom du commerce (j'admets bien sûr que deux d'entre eux sont déjà bien intégrés dans notre langue !).

Avatar de l’utilisateur
angeloï
Messages : 455
Inscription : jeu. 19 juil. 2007, 8:35

Message par angeloï » dim. 24 déc. 2017, 9:07

En Chine, où je passe la plus grande partie de l'année, certains produits et magasins portent encore des noms français. Il n'y a pas si longtemps, il y avait encore près de chez moi un restaurant qui portait le nom de "C'est la Vie" (qui est une expression apparemment courante en anglais). Et ce n'était nullement un restaurant de cuisine occidentale... Il existe à Pékin une chaîne de magasins de thé qui s'appelle "Empereur" et une marque de vêtements relativement réputée "Septwolves". Certains produits d'origine chinoise, principalement fabriqués à Hong Kong ou Macao, portent des inscriptions bilingues en anglais et en français. Le français apparaît aussi sur les produits importés du Canada.

Le français a donc gardé un certain prestige dans les pays asiatiques, mais dans les universités chinoises, le français est déjà distancé par l'espagnol et l'allemand, et talonné par le brésilien. Les gens pensent évidemment à l'utile avant tout, qui est lié à la prospérité économique. Quant à l'anglais, il est devenu la seconde langue non officielle du pays. en chinois, le terme de "langue étrangère" est un synonyme de l'anglais. Les autres langues s'appellent "petites langues".
Dernière modification par angeloï le dim. 24 déc. 2017, 9:21, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7706
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » dim. 24 déc. 2017, 9:20

Eh oui ! La raison dépasse la passion.
Connaissez-vous le chinois ou utilisez-vous l'anglais quand vous êtes là-bas ?
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Avatar de l’utilisateur
angeloï
Messages : 455
Inscription : jeu. 19 juil. 2007, 8:35

Message par angeloï » dim. 24 déc. 2017, 9:29

Claude a écrit :Eh oui ! La raison dépasse la passion.
Connaissez-vous le chinois ou utilisez-vous l'anglais quand vous êtes là-bas ?
J'utilise le chinois dans la vie courante, et le français dans le travail puisque je suis correcteur de traductions en français et traducteur chinois-français. La traduction chinois-français est particulièrement difficile, les deux langues n'ayant pas grand-chose en commun.

Avec mes collègues étrangers (espagnols, allemands et britanniques), je parle anglais. Presque tous ont des notions de français (leur âge moyen est de 40 ans), mais sont incapables de le parler couramment. Un collègue allemand sexagénaire s'efforce de me parler en français chaque fois que je discute avec lui, ce dont je lui sais moult gré, même si cela m'oblige à beaucoup de patience. Les plus jeunes ne l'ont, hélas, jamais étudié. J'ai même un autre collègue allemand, lui aussi sexagénaire et à l'origine professeur de philosophie en ex-RDA, qui ne connaît pas le plus traître mot de notre langue. Le plus révoltant pour moi est d'entendre mes collègues espagnols parler l'anglais avec ma collègue francophone. Il est désolant que les pays de culture latine n'aient pas choisi le français pour se comprendre entre eux.

Avatar de l’utilisateur
abgech
Messages : 352
Inscription : lun. 02 oct. 2006, 17:43
Localisation : Genève, Suisse

Message par abgech » dim. 24 déc. 2017, 11:26

angeloï a écrit :En Chine, où je passe la plus grande partie de l'année, certains produits et magasins portent encore des noms français. Il n'y a pas si longtemps, il y avait encore près de chez moi un restaurant qui portait le nom de "C'est la Vie"
...
Votre anecdote m'en rappelle une autre.

À la retraite, je passe. quelques mois par année, dans le pays de mon épouse, le Vietnam.

C'est un pays dans lequel il fait chaud et qui ne manque pas de diverses marques de bouteilles d'eau (toujours de l'eau plate, l'eau gazéifiée est totalement inconnue). L'eau "La Vie" est l'une des marques les plus connues.
Il y a quelques années, en me promenant dans les rues de Hanoï, je vois une devanture proposant de magnifiques cercueils*. Encadrant les cercueils, un empilage de cartons de bouteilles d'eau "La Vie". Évidemment, je n'avais pas mon appareil photo.

Le Vietnam fait partie de l'organisation internationale de la francophonie.
Mais, objectivement, je me demande pourquoi. Parce que la langue française y a pratiquement disparu.
Il y a encore quelques personnes de ma génération (75 ans) qui parlent extrêmement bien un français un peu suranné, qui sont capables de réciter de longs poèmes de Hugo ou Lamartine (les Vietnamiens sont d'incorrigibles romantiques).
Mais les jeunes générations, en général, n'apprennent plus le français, au profit de langues "utiles" : anglais, japonais, coréen, chinois.
Les quelques jeunes qui apprennent le français le font par pur intérêt pour la langue, ce qui les rends d'autant plus sympathiques.

Mon épouse a suivi, au Vietnam, l'école française des années 1940-50. elle y a acquis une excellente connaissance de l'orthographe. À un point tel que, pour les textes importants (par exemple, lorsque j'enseignais, mes cours), je lui demande de bien vouloir relire et corriger mes écrits.
Comme quoi, l'enseignement traditionnel du français, dictée et analyse grammaticale entre autres, ne manquait pas de vertu.


* Tout comme en Chine, je crois, les Vietnamiens âgés aiment à penser qu'ils auront un beau cercueil et, souvent, l’achètent eux-mêmes.

Avatar de l’utilisateur
angeloï
Messages : 455
Inscription : jeu. 19 juil. 2007, 8:35

Message par angeloï » lun. 25 déc. 2017, 9:04

abgech a écrit :
angeloï a écrit :En Chine, où je passe la plus grande partie de l'année, certains produits et magasins portent encore des noms français. Il n'y a pas si longtemps, il y avait encore près de chez moi un restaurant qui portait le nom de "C'est la Vie"
...
Votre anecdote m'en rappelle une autre.

À la retraite, je passe. quelques mois par année, dans le pays de mon épouse, le Vietnam.

C'est un pays dans lequel il fait chaud et qui ne manque pas de diverses marques de bouteilles d'eau (toujours de l'eau plate, l'eau gazéifiée est totalement inconnue). L'eau "La Vie" est l'une des marques les plus connues.
Il y a quelques années, en me promenant dans les rues de Hanoï, je vois une devanture proposant de magnifiques cercueils*. Encadrant les cercueils, un empilage de cartons de bouteilles d'eau "La Vie". Évidemment, je n'avais pas mon appareil photo.

Le Vietnam fait partie de l'organisation internationale de la francophonie.
Mais, objectivement, je me demande pourquoi. Parce que la langue française y a pratiquement disparu.
Il y a encore quelques personnes de ma génération (75 ans) qui parlent extrêmement bien un français un peu suranné, qui sont capables de réciter de longs poèmes de Hugo ou Lamartine (les Vietnamiens sont d'incorrigibles romantiques).
Mais les jeunes générations, en général, n'apprennent plus le français, au profit de langues "utiles" : anglais, japonais, coréen, chinois.
Les quelques jeunes qui apprennent le français le font par pur intérêt pour la langue, ce qui les rends d'autant plus sympathiques.

Mon épouse a suivi, au Vietnam, l'école française des années 1940-50. elle y a acquis une excellente connaissance de l'orthographe. À un point tel que, pour les textes importants (par exemple, lorsque j'enseignais, mes cours), je lui demande de bien vouloir relire et corriger mes écrits.
Comme quoi, l'enseignement traditionnel du français, dictée et analyse grammaticale entre autres, ne manquait pas de vertu.


* Tout comme en Chine, je crois, les Vietnamiens âgés aiment à penser qu'ils auront un beau cercueil et, souvent, l’achètent eux-mêmes.
En Chine, il existe deux marques d'eau minérale qui portent des noms français : Cestbon et l'Origin (sic).

Répondre