Etymologies

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7426
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » ven. 29 sept. 2017, 13:39

Yeva Agetuya a écrit :[...] Je découvre des "Seinomarins" à Rouen. "Subséquanes" aurait été plus joli.
Pourquoi « Subséquanes », sachant que la Séquanie est de mon côté géographique ? :lol:
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4000
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert » ven. 29 sept. 2017, 20:19

Non, c'est séquano-marin qu'il faudrait dire.
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)

André (G., R.)
Messages : 7228
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » ven. 29 sept. 2017, 20:45

... que j'avais proposé ce matin ! Sans trait d'union.

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4000
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert » ven. 29 sept. 2017, 21:27

Leclerc92 a écrit :Ce suffixe a généralement évolué en suffixe -ac dans la moitié sud de la France, et en -y dans la moitié nord notamment autour de Paris (Massy, Roissy, Antony, Clichy, Ivry, Évry, Orly). La variante régionale -eu ne me paraît donc pas si étonnante que ça.
Ce suffixe a généralement évolué en suffixe -ac dans la moitié sud de la France, et en -y dans la moitié nord notamment autour de Paris (Massy, Roissy, Antony, Clichy, Ivry, Évry, Orly). La variante régionale -eu ne me paraît donc pas si étonnante que ça.[/quote]
Pas si simple : le sud-est de la Bretagne a maintenu la finale en -ac, de Sulniac à Massérac au nord, à La Baule-Escoublac au sud.
une variante -é de -y existe dans l'ouest (Île-et-Vilaine, Mayenne, Sarthe) le Poitou hésite entre -é, -y et -ay. On ne retrouve les -ac que dans le sud de la Saintonge et dans l'Angoumois. Le Nord a -ai et -ies.
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4000
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert » ven. 29 sept. 2017, 21:29

Yeva Agetuya a écrit :
André (G., R.) a écrit :* Mon département, la Loire-Atlantique, n'a pas de gentilé. Je pensais, à tort apparemment, qu'il en existait un pour l'Ain.
Pour l'Ain, il a été proposé "Premiers". :)

Pour la Loire-Altantique, je suggère "Subligériens".

Je découvre des "Seinomarins" à Rouen. "Subséquanes" aurait été plus joli.
Pourquoi ce préfixe « sub » qui a le sens de sous en latin ?
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)

Avatar de l’utilisateur
Yeva Agetuya
Messages : 1057
Inscription : lun. 22 juin 2015, 1:43

Message par Yeva Agetuya » sam. 30 sept. 2017, 9:44

Parce que les noms originels de ces départements étaient "Seine inférieure" et "Loire inférieure."

Nous avions aussi une "Charente inférieure", des "Basses-Pyrénées", et des "Basses-Alpes".

Curieusement, nous avons encore un "Bas-Rhin".

André (G., R.)
Messages : 7228
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » sam. 30 sept. 2017, 11:08

Yeva Agetuya a écrit :Curieusement, nous avons encore un "Bas-Rhin".
Ce n'est peut-être pas si curieux qu'il y paraît. Je m'en souviens encore : au moment où les départements concernés étaient rebaptisés, parce que leurs habitants ou leurs représentants trouvaient dévalorisants « bas » et « inférieur », les Alsaciens jugèrent ridicules ces complexes... d'infériorité – c'était et c'est toujours aussi mon avis – et annoncèrent souhaiter conserver les noms de leurs deux départements, l'un ne se concevant guère sans l'autre.

Avatar de l’utilisateur
Yeva Agetuya
Messages : 1057
Inscription : lun. 22 juin 2015, 1:43

Re: Etymologies

Message par Yeva Agetuya » dim. 29 déc. 2019, 19:41

TUTU 1881 « petite jupe pour danseuse de ballet » (Nuitter, bibliothécaire de l'Opéra ds Larchey, Dict. hist. arg., 2eSuppl., 1883, p. XVI). Altér. enf. de cucu « petit cul », redoublement de cul.

https://www.cnrtl.fr/etymologie/tutu

Je trouve ceci étrange. J'ai toujours entendu dire que "tutu" venait de "tulle", variété de tissu.

Leclerc92
Messages : 2084
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: Etymologies

Message par Leclerc92 » dim. 29 déc. 2019, 20:21

En fait, il faut savoir que "tutu" désignait d'abord le caleçon spécial de la danseuse, avant de désigner le petit jupon de mousseline et de tarlatane. Voici par exemple un texte de 1870 :
Image
https://books.google.fr/books?id=O-r9wV ... &q&f=false
et un autre de 1879 :
Image
https://books.google.fr/books?id=RfxJAQ ... &q&f=false
L'étymologie s'explique peut-être mieux de la sorte.

André (G., R.)
Messages : 7228
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Re: Etymologies

Message par André (G., R.) » lun. 30 déc. 2019, 8:13

Yeva Agetuya a écrit :
dim. 29 déc. 2019, 19:41
TUTU 1881 « petite jupe pour danseuse de ballet » (Nuitter, bibliothécaire de l'Opéra ds Larchey, Dict. hist. arg., 2eSuppl., 1883, p. XVI). Altér. enf. de cucu « petit cul », redoublement de cul.

https://www.cnrtl.fr/etymologie/tutu

Je trouve ceci étrange. J'ai toujours entendu dire que "tutu" venait de "tulle", variété de tissu.
D'après le Robert DHLF, non. C'est l'altération enfantine (v. 1860) de cucu, lui-même redoublement enfantin de c u l.
• Le mot, désignation enfantine et familière des fesses [...] s'est spécialisé comme nom d'un caleçon collant de danseuse (1881) puis d'une jupe de gaze courte et évasée de danseuse, devenant un terme technique et usuel et perdant toute valeur évocatrice et familière.

J'apprends que les mailles du tulle sont rondes ou polygonales, ce qui n'est pas le cas de celles de la gaze.
Yeva Agetuya a écrit :
dim. 29 déc. 2019, 19:41
PS : Votre censure est une mauvaise trouvaille : $$$ $$$ $$$
J'ai l'impression que la question du langage ordurier se pose moins maintenant que dans les premiers temps du forum. Mais on n'est jamais à l'abri de dérives ! Toutefois, vous le voyez ci-dessus dans ma citation, il suffit de séparer les lettres constitutives du mot concerné !

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7426
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: Etymologies

Message par Claude » lun. 30 déc. 2019, 18:04

André (G., R.) a écrit :
lun. 30 déc. 2019, 8:13
[...]
J'ai l'impression que la question du langage ordurier se pose moins maintenant que dans les premiers temps du forum. Mais on n'est jamais à l'abri de dérives ! Toutefois, vous le voyez ci-dessus dans ma citation, il suffit de séparer les lettres constitutives du mot concerné !
À titre d'essai j'ai supprimé la censure pour ce mot, singulier et pluriel. Il n'est d'ailleurs pas ordurier de parler d'un cul de bouteille ou de basse fosse.
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

André (G., R.)
Messages : 7228
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Re: Etymologies

Message par André (G., R.) » mar. 31 déc. 2019, 9:13

Merci. Et votre cul de basse-fosse, si je puis dire, est une découverte pour moi !
Le mot dont nous parlons fait l'objet d'un assez long article dans le Grand Robert, qui cite de nombreuses tournures où il apparaît et rappelle que... « tournure » vaut parfois à peu près « faux cul », lui-même facilement abrégé en « cul » à l'époque où l'accessoire avait cours ! Et le dictionnaire de citer un certain Henri ESTIENNE (homonyme plus récent du vieil imprimeur) : « Quand elles veulent sortir dehors, elles disent : Apportez-moi mon cul. Et quelquefois on crie : On ne trouve point le cul de madame, le cul de madame est perdu... Il y a de ces culs (qu'aucunes plus honnêtes appellent hausse-culs) qui sont fort précieux... »

TOURNURE. n. f. [...] Rembourrage porté autrefois, sous la robe, au bas du dos. V. Cul (supra cit. 11 : faux cul). Mettre une tournure.
« ... la nature l'avait douée d'un contrepoids naturel qui rendait inutile la mensongère précaution d'une tournure. Chez elle tout était bien vrai. » BALZ. Vieille fille, Œuvr., t. IV, p. 255.


Citations délicieuses ! Mais rendant compte, heureusement, d'une période révolue !

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7426
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: Etymologies

Message par Claude » mar. 31 déc. 2019, 9:37

En vous lisant je m'aperçois que j'ai commis une faute : basse fosse au lieu de basse-fosse.
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Leclerc92
Messages : 2084
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: Etymologies

Message par Leclerc92 » mar. 31 déc. 2019, 9:46

André (G., R.) a écrit :
mar. 31 déc. 2019, 9:13
un certain Henri ESTIENNE (homonyme plus récent du vieil imprimeur)
Cet "homonyme" fut aussi imprimeur. C'est le grand Henri Estienne (ou Henri II Estienne), petit-fils de Henri Estienne l'Ancien et nettement plus connu que son grand-père, grâce aux nombreux livres qu'il a écrits. Belle famille que la famille Estienne.

Les citations se trouve dans ses "Deux dialogues du nouveau français italianisé et autrement déguisé entre les courtisans de ce temps" (1579) qu'on peut lire ici. Le passage concernant les tournures (aussi décrites comme saburres, embourreures et bourlets) commence au bas de la page 269 (306 du lien). C'est très amusant.

André (G., R.)
Messages : 7228
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Re: Etymologies

Message par André (G., R.) » mar. 31 déc. 2019, 10:01

Claude a écrit :
mar. 31 déc. 2019, 9:37
En vous lisant je m'aperçois que j'ai commis une faute : basse fosse au lieu de basse-fosse.
Inutile de vous dire que j'étais moi-même totalement ignorant de ce trait d'union il y a une heure !

Répondre