La syntaxe des questions indirectes

Répondre
Leclerc92
Messages : 3906
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

La syntaxe des questions indirectes

Message par Leclerc92 »

la grue a arraché des câbles, il faut donc tout vérifier. Nous ne savons pas quand est-ce que le Très Grand Portique sera à nouveau opérationnel".
Les journalistes se compliquent parfois la vie. Au lieu du lourdingue
Nous ne savons pas quand est-ce que le Très Grand Portique sera à nouveau opérationnel.
Il serait plus simple et plus correct d'écrire :
Nous ne savons pas quand est-ce que le Très Grand Portique sera à nouveau opérationnel.

Comme l'écrit le Robert :
Le tour est-ce que est très familier dans les interrogations indirectes. Il est préférable de l'éviter :
*Je me demande qui est-ce qui l'a prévenu. → Je me demande qui l'a prévenu.
*Il aimerait savoir qu'est-ce que tu veux. → Il aimerait savoir ce que tu veux.
https://dictionnaire.lerobert.com/guide ... -indirecte
Avatar de l’utilisateur
JLuc
Messages : 129
Inscription : mar. 14 mars 2023, 20:13
Localisation : Tout droit dans le virage à gauche

Re: La syntaxe des questions indirectes

Message par JLuc »

On nous apprend clairement qu'en Anglais, les questions se forment ainsi : auxiliaire + sujet + verbe, pas question d'en déroger.
Un "Will you come with me?" devrait se traduire par "Viens-tu avec moi?", alors qu'on entend "Tu viens avec moi? ». Avec un petit "Est-ce que..." devant, ne serait-ce pas mieux.
La plupart du temps, les journalistes font des phrases affirmatives pour poser une question en utilisant en plus, une forme fermée.
"Vous avez-des projets pour l'année à venir?" demandent-ils?
"Quels sont vos projets pour l'année à venir ?" est, me semble-t-il, plus correct.

Je ne suis pas certain d'appliquer tout ça.
“Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m’enrichis.”
Antoine de Saint-Exupéry
Leclerc92
Messages : 3906
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: La syntaxe des questions indirectes

Message par Leclerc92 »

Oui, en français, les questions directes peuvent se poser de plusieurs manières, mais une tendance actuelle assez forte, à l'oral, est de ne plus faire d'inversion et de s'aider juste de l'intonation, comme vous l'avez remarqué. À l'écrit, on essaie généralement de respecter les formes plus traditionnelles.

Je ne me prononce pas pour l'anglais !
Répondre