"Cadeau de Eric" ou bien "cadeau à Eric&quo

Répondre
Invité

"Cadeau de Eric" ou bien "cadeau à Eric&quo

Message par Invité »

Bonjour,

Quelle est la tournure la plus juste quand on attribue quelque chose à quelqu'un : utiliser de ou bien à ?

le mari de Isabelle ou bien le mari à Isabelle ?

le stylo de Damien ou bien le stylo à Damien ?

Cordialement,
Damien
Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4210
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert »

Bonjour,

il ne s'agit pas de justesse, mais de niveau de langue : le mari d'Isabelle et le stylo de Damien sont les formes correctes, les autres sont populaires.
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

La préposition de marque la provenance ou l'appartenance : la maison de mes parents, le chien de ma tante, la robe de ma cousine. La préposition à marque la destination : je parle à mon voisin, je donne un livre à Christiane.
Donc : le mari d'Isabelle, le stylo de Damien.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Avatar de l’utilisateur
Diomède
Messages : 88
Inscription : ven. 13 oct. 2006, 18:06
Localisation : Château-Gontier (53)

Message par Diomède »

Dans les langues à déclinaison, le latin par exemple, il y a deux moyens d'exprimer l'appartenance : le génitif, et, dans certains cas, un datif que l'on appelle datif d'attribution, normalement avec le verbe être. En français, les formes correspondantes sont, en gros, le complément du nom pour le gérondif (le stylo de Damien), et le complément d'objet indirect pour le datif. Celui-ci peut toujours signifier l'appartenance, avec le verbe être par exemple (ou tout autre verbe qui exprime l'appartenance) : "Ce stylo est à Damien", "ce stylo appartient à Damien", qui équivaut à "C'est le stylo de Damien". Or par une dégénerescence de la langue, on trouve parfois des datifs d'attribution sans verbe être : "le stylo à Damien" (de même en latin tardif, le datif d'attribution se trouve souvent sans verbe être, et a tendance à remplacer le génitif). C'est une forme qui jadis était plus ou moins tolérée (elle est fréquente au XVIIIème siècle), mais qui est de nos jours reconnue comme fautive, bien qu'elle soit encore utilisée, le plus souvent dans le cadre d'un parler familier. Il est donc très vivement recommandé de ne pas utiliser "à" dans les cas que vous citez, à moins de le faire avec un verbe.
Qu'il est sombre, le rire amer des grandes eaux !
Leconte de Lisle
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Cet archaïsme marquant l'appartenance avec la préposition à se rencontrait encore au début du XXe siècle, disons dans le premier quart. On en retrouve trace dans les formules le chienchien à sa mémère, une bête à bon Dieu, un fils à papa, et dans la chanson La casquette au père Bugeaud, par exemple. Aujourd'hui l'archaïsme est considéré comme populaire et fautif.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 8435
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude »

La bande à Bonnot et celle à Baader. :wink:
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

OUI.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 8615
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele »

Et la bande Velpeau...


:oops: :arrow:
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
Répondre