Si vous n'arrivez pas à vous authentifier au forum, veuillez cliquer sur le lien « Supprimer les cookies » en bas de la page. Si cela ne fonctionne toujours pas, supprimez les cookies de votre navigateur.

Suite à

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Suite à

Message par Jacques » ven. 29 mars 2013, 8:37

Tout le monde s'accorde à reconnaître que cette formule est condamnable et condamnée. Elle fut courante à une époque dans la correspondance commerciale et administrative. En 1951 mon prof de correspondance nous l'interdisait : c'est du mauvais français et du style désinvolte, cavalier. Certains recommandent de lui préférer en réponse à et d'autres ajoutent comme suite à.
Je n'arrive pas à me faire entendre sur la différence à établir entre les deux, toujours selon mon prof. J'avais signalé mon opinion sur un site de langue française. On m'avait promis d'en tenir compte, mais je vois, après au moins six mois, que ce n'est pas fait. Voici mon avis, inspiré par le professeur :
– on utilise en réponse à lorsqu'on donne une explication, une information pour répondre à une question posée : « En réponse à votre lettre du... nous vous précisons que l'article a été retiré de la vente à cause d'un vice de conception. »
Comme suite à s'emploie lorsqu'on a fait quelque chose, effectué une action à la suite d'une réclamation, d'une sollicitation, etc. : « Comme suite à votre lettre du... nous avons fait le nécessaire pour procéder à l'échange de l'article non conforme. »
C'est logique, non ?
En réponse s'inspire du verbe répondre, et comme suite à de l'expression donner une suite.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
valiente
Messages : 396
Inscription : dim. 09 déc. 2007, 21:13

Message par valiente » ven. 29 mars 2013, 15:43

Je trouve vos explications claires, et je les comprends.

Après lecture de votre message, je me suis interrogé sur la tournure "pour faire suite à". Le Littré et le dictionnaire de l'Académie indiquent que "faire suite" est un terme de chasse. Je suppose par conséquent que cette expression "faire suite" est à éviter dans tout autre contexte, même si elle est indiquée dans le Tlfi.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » ven. 29 mars 2013, 16:14

Oui si c'est un terme de chasse, il vaut mieux l'éviter. Je ne l'ai jamais utilisé en correspondance commerciale ou assimilée.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
shokin
Messages : 438
Inscription : jeu. 03 janv. 2013, 18:06
Localisation : Suisse
Contact :

Message par shokin » dim. 31 mars 2013, 0:41

On peut aussi utiliser Pour donner suite à ...

Il arrive aussi que l'expression suite à soit utilisée simplement comme synonyme de après. J'utilise plutôt à la suite de.
Nous sommes libres. Wir sind frei. We are free. Somos libres. Siamo liberi.

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Modératrice
Messages : 7521
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » dim. 31 mars 2013, 10:04

Je crois qu'une suite est une piste en termes de chasse à courre, mais je ne suis pas persuadée que "faire suite" soit une expression spécifique.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
shokin
Messages : 438
Inscription : jeu. 03 janv. 2013, 18:06
Localisation : Suisse
Contact :

Message par shokin » dim. 31 mars 2013, 15:29

Si on cherche les différentes significations de suite, on peut en trouver d'autres :

- une suite au poker,
- une suite arithmétique ou une suite géométrique en mathématique,
- une suite du prince,
- avoir de la suite dans les idées,
- etc.
Dernière modification par shokin le lun. 01 avr. 2013, 2:10, modifié 1 fois.
Nous sommes libres. Wir sind frei. We are free. Somos libres. Siamo liberi.

Hippocampe
Messages : 752
Inscription : dim. 17 avr. 2011, 18:15

Message par Hippocampe » lun. 01 avr. 2013, 1:12

Bonsoir,

Dans le métro (je suis lutécien) les jours de malchance, on entend
"Suite à un colis suspect à la station de ..., le trafic de la ligne ... est interrompu jusqu'à ...".
(La dernière fois, la semaine dernière, nous n'avons même pas eu de formule de politesse.)
Ce "suite à un colis" me paraît suspect grammaticalement, ai-je raison?

H

PS: Ou "suite à un passager sur la voie". Curieusement, le métro s'arrête alors qu'il pourrait se lancer à la suite du passager.

Avatar de l’utilisateur
Anne
Messages : 714
Inscription : ven. 23 janv. 2009, 13:41
Localisation : France

Message par Anne » lun. 01 avr. 2013, 3:10

Vous avez raison, oui. C'est du petit nègre. Empruntant moi aussi souvent le métro parisien, je m'étais déjà fait cette réflexion.
Outre l'emploi, maintes fois critiqué ici, de la tournure suite à, celle-ci me semble devoir être suivie d'un évènement qui s'inscrit dans le temps : à la suite (ou en conséquence) de la découverte d'un colis suspect / de l'intrusion d'un passager sur la voie.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » lun. 01 avr. 2013, 7:36

Je m'associe pleinement à la réponse d'Anne. Suite à est une négligence, une désinvolture, si en outre on le fait suivre d'un nom on y ajoute un barbarisme.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Marc81
Messages : 204
Inscription : lun. 06 févr. 2012, 8:03

Re: Suite à

Message par Marc81 » mer. 19 juin 2013, 9:53

Jacques a écrit :En réponse s'inspire du verbe répondre, et comme suite à de l'expression donner une suite.
La position de l'Académie semble différente : "Dans la correspondance, on dira plutôt comme suite à ou pour faire suite à lorsqu’on se réfère à une lettre qu’on a écrite soi-même antérieurement ; on emploiera en réponse à dans les autres cas."
D'où : Pour faire suite (ou comme suite) à mon courrier du...
mais En réponse à votre lettre du...
Mon site Parler français sur les difficultés de la langue française

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » mer. 19 juin 2013, 10:05

L'Académie n'est pas spécialiste de correspondance commerciale. Sans me poser en spécialiste, je bénéficie, après avoir reçu une formation au cours de mes études, de quelques dizaines d'années d'expérience.
On peut envisager d'écrire comme suite à ou pour faire suite à notre lettre du... en se référant à ce qu'on avait précédemment écrit. Mais ce que je veux dire c'est qu'on ne doit pas écrire comme suite à votre lettre, nous vous informons que mais en réponse à votre lettre si on se contente de donner une information qui avait été sollicitée. En revanche, on écrira bien comme suite à votre réclamation, nous avons procédé à l'échange de l'article endommagé parce que cet échange est la suite donnée à la réclamation.
Quant à l'expression pour faire suite à mon courrier, si elle émane de l'Académie je m'inquiète, car elle comporte une impropriété, si ce n'est un barbarisme : le courrier c'est l'ensemble des lettres et paquets qu'on a envoyés ou reçus. Il faut donc écrire comme suite à ma lettre du... à moins, bien sûr, que l'on ait envoyé un homme à cheval (un courrier) pour porter la missive.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

orpheu48
Messages : 1
Inscription : dim. 19 mai 2013, 22:32

Message par orpheu48 » ven. 28 juin 2013, 19:12

La précision donnée par Jacques est très claire.
On répond à une lettre, on donne suite à une réclamation.

Quant à remplacer "Comme suite à" par "suite à", je ne considère pas cela comme du petit-nègre, mais comme une ellipse, ici de "comme", qui donne un résultat peu élégant, administrativement jargonnant, mais pas plus 'mauvais français' que "A droite !" pour dire "Tourne à droite !" .

N'étant cependant pas expert, je me contente de qualifier le procédé d' ellipse, et le résultat de plus ou moins heureux, ou plus ou moins élégant.

Salut bien,
Orph.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » ven. 28 juin 2013, 19:41

C'est peut-être en effet une ellispse, mais condamnée comme fautive et fortement déconseillée même dans le langage commercial. Quant au style administratif, l'administration a son propre jargon, pour ne pas dire charabia, et qui n'est pas à recommander.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Hippocampe
Messages : 752
Inscription : dim. 17 avr. 2011, 18:15

Message par Hippocampe » ven. 28 juin 2013, 20:52

Je diverge un peu.

Dans certains textes, un peu anciens peut-être (courant XXème siècle), je lis parfois "savoir" à la place de "à savoir". C'est bon ? Fautif ? Négligé ?
...

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » ven. 28 juin 2013, 21:50

C'est équivalent. Je cite Littré :
C'est à savoir, ou à savoir, et, plus ordinairement, savoir, locutions qui servent à spécifier ce dont il s'agit. Son revenu a plusieurs sources, à savoir sa place, le produit de sa terre, etc. L'armée était composée de quinze mille hommes, savoir : dix mille hommes de pied et cinq mille chevaux. Nous n'en trouverons [des corps] que deux.... qui puissent être comptés parmi les principales parties [du monde], c'est à savoir le soleil et les étoiles, DESC.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Verrouillé