Stable et en hausse ? Jeune et vieux ?

Pour les sujets qui ne concernent pas les autres catégories, ou en impliquent plus d’une
Répondre
André (G., R.)
Messages : 7228
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Stable et en hausse ? Jeune et vieux ?

Message par André (G., R.) » ven. 27 oct. 2017, 8:42

Dans mon journal, sous le titre 499 sans-abri morts dans la rue en 2016 :
Depuis 2012, le nombre de personnes sans domicile fixe mortes dans la rue est en hausse, avec une stabilisation autour de 500 décès par an depuis 2014, selon le rapport du collectif Les morts de la rue, publié hier.
Que tant de gens meurent dans la rue à notre époque est bien triste, voire scandaleux, mais cela ne devrait pas empêcher un professionnel de l'information de réfléchir. D'ailleurs il persiste et signe dans la suite de son article : Ce sont majoritairement des hommes, jeunes, qui meurent après une longue vie de galère... (mots mis en gras par moi).

Leclerc92
Messages : 2084
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Message par Leclerc92 » ven. 27 oct. 2017, 10:51

Je ne suis pas sûr d'avoir bien vu la faute reprochée dans les premières phrases, quoique le titre soit ambigu en raison même de l'ambiguïté permanente adjectif/participe passé de "mort".
Le rapprochement dans la dernière phrase est cocasse, ou le serait si le sujet n'était pas si triste effectivement. Et même jeunes encore, ces sans-abri ont mené une vie de galère qui a pu leur paraître bien longue.

André (G., R.)
Messages : 7228
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » ven. 27 oct. 2017, 13:09

Il me semble qu'une évocation, celle d'une stabilisation du nombre de décès de personnes sans domicile fixe « depuis 2014 », contredit celle d'une hausse de ce nombre « depuis 2012 ».

Leclerc92
Messages : 2084
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Message par Leclerc92 » ven. 27 oct. 2017, 13:47

Pour ma part, j'avais bien compris qu'il y avait eu une hausse à partir de 2012 puis une stabilisation à partir de 2014, stabilisation sur un chiffre qui est naturellement en hausse par rapport à celui de 2012. La formule est peut-être un peu elliptique mais ne m'avait pas choqué. Elle est tirée du rapport lui-même :
Le nombre de signalements augmente depuis 2012 et se stabilise depuis 2014
qu'on aurait pu mieux dire :
Le nombre de signalements augmente entre 2012 et 2014 et se stabilise depuis.
http://mortsdelarue.org/IMG/pdf/Rapport ... WEB2-2.pdf

André (G., R.)
Messages : 7228
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » sam. 28 oct. 2017, 0:27

Il en faut donc beaucoup plus pour nous choquer !
Mais vous m'étonnez si vous ne voyez pas la contradiction. Il suffit, j'en suis persuadé, de lire attentivement la seule première partie de la phrase pour constater l'anomalie : « Depuis 2012, le nombre de personnes sans domicile fixe mortes dans la rue est en hausse » signifie que la hausse est encore d'actualité, maintenant, en 2017, du fait du temps présent du verbe et de « depuis ». Or cela est clairement contredit par « avec une stabilisation autour de 500 décès par an depuis 2014 ». Même contradiction dans « Le nombre de signalements augmente depuis 2012 et se stabilise depuis 2014 ».
Deux périodes bien distinctes, l'une plus ancienne que l'autre, sont considérées, rien n'interdit le seul présent historique pour leur description, mais, afin de lever toute ambiguïté, je préfère un temps passé pour la plus ancienne. Je dirais donc, si j'essayais de respecter l'original, quelque chose comme : De 2012 à 2014, le nombre de personnes sans domicile fixe mortes dans la rue était en hausse, on observe depuis une stabilisation autour de 500 décès par an.

André (G., R.)
Messages : 7228
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » sam. 28 oct. 2017, 10:18

Leclerc92 a écrit : l'ambiguïté permanente adjectif/participe passé de "mort".
Je ne puis vous suivre non plus sur ce point : « mortes » étant complété par « dans la rue », il a plus de chances d'être participe qu'adjectif. D'ailleurs, dès qu'on cherche à expliquer ou préciser, vous vient à l'esprit « qui sont mortes dans la rue ».
Or ce passé composé me semble moins bien convenir qu'un présent (historique) ou un imparfait : il s'agit de décrire une « action », celle de mourir, et non un état, on parle de personnes qui meurent (qui mouraient dans ces années-là). Le présent de l'indicatif, ou l'imparfait, si on les remplace par une forme non conjuguée, devraient donc plutôt appeler un participe présent : De 2012 à 2014, le nombre de personnes sans domicile fixe mourant dans la rue était (est) en hausse, on observe depuis une stabilisation autour de 500 décès par an.

Leclerc92
Messages : 2084
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Message par Leclerc92 » sam. 28 oct. 2017, 11:25

André (G., R.) a écrit :Mais vous m'étonnez si vous ne voyez pas la contradiction.
Ne vous méprenez pas. Elle ne m'avait pas frappé à première vue (je rétablis spontanément le sens sans tenir compte de la forme), mais quand vous avez attiré mon attention, je n'ai eu aucune difficulté à la voir.***
Du reste, ne vous ai-je pas proposé d'écrire "Le nombre de signalements augmente entre 2012 et 2014 et se stabilise depuis" ce qui n'est pas très différent de votre propre proposition : De 2012 à 2014, le nombre de personnes sans domicile fixe mortes dans la rue était en hausse, on observe depuis une stabilisation autour de 500 décès par an.

*** Je ne tenais pas spécialement à souligner mon propos mais j’étais curieux de tester le nouvel outil que je découvre sur notre barre d’outils.

André (G., R.)
Messages : 7228
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » sam. 28 oct. 2017, 13:46

J'avais bien vu moi-même votre proposition « Le nombre de signalements augmente entre 2012 et 2014 et se stabilise depuis ». Mais précédée de « La formule est peut-être un peu elliptique mais ne m'avait pas choqué. Elle est tirée du rapport lui-même », elle m'avait laissé l'impression d'un grand scepticisme quant à la contradiction que je signalais. J'avais probablement tort. Excusez-moi. Et nous sommes d'accord !

Répondre