La barre haute

Répondre
Leclerc92
Messages : 2045
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

La barre haute

Message par Leclerc92 » sam. 02 déc. 2017, 14:14

Klausinski a écrit : Une autre fois, j’ai entendu Jean d’Ormesson dire que telle personne avait placé « la barre très haute ».
viewtopic.php?p=52048#p52048

La réclame que je reçois par courriel de Monoprix n'arrangera pas les choses, même si elle a l'excuse d'un jeu de mot (médiocre, à mon avis) : Noël met la barre hotte.
https://passages.klepierre.fr/Catalogue ... arre-Hotte

Dans la même réclame reçue, je lis en bas :
Click&collect Express
Commandez et le tour est jouet.
Le rédacteur était visiblement inspiré !

André (G., R.)
Messages : 7125
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » sam. 02 déc. 2017, 18:50

Comme je me sens dans une position bizarre à vous lire !
Pendant des dizaines d'années, l'idée que « hotte » et « haute » pussent être intervertis pour un calembour m'était totalement étrangère, tant était grande pour moi la différence de prononciation entre ces mots.
Quant à « le tour est jouet », il me place dans la situation inverse : je n'ai peut-être pris pleinement conscience de la prononciation correcte de « jouet » ([ʒwɛ]) qu'à une quarantaine d'années, je disais auparavant, et dis souvent encore aujourd'hui [ʒwe], à l'égal de « jouer ». Je préfère donc ce second jeu de mots, pour la raison que je viens de dire, mais aussi parce qu'il ne modifie pas la longueur de la voyelle, à la différence du premier.

Une personne soucieuse de sa langue ne dira, me semble-t-il, que « placer la barre haut » : même les tout meilleurs écrivains peuvent être pris en défaut, je suis toutefois à peu près persuadé que Jean D'ORMESSON n'aurait pas écrit ce qu'il a dit un jour.

Leclerc92
Messages : 2045
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Message par Leclerc92 » dim. 03 déc. 2017, 15:43

Votre situation illustre bien les différences de prononciation régionales, au point qu'il me semble difficile de parler comme vous le faites de prononciation correcte de "jouet" (même si, en tant que Parisien, je parle avec cette prononciation réputée correcte parce qu'elle fut celle des principaux lexicographes qui ont érigé en norme la prononciation de la bourgeoisie de la Capitale.)
Peut-être vous reconnaîtriez-vous dans les cartes de prononciation qu'on trouve dans divers ouvrages, et notamment dans l'Atlas du français des régions, par Mathieu Avanzi, tout récemment paru chez Armand Colin. Mais ces cartes présentent naturellement beaucoup d'imperfections et ne peuvent tenir compte de toutes les situations.
Dernière modification par Leclerc92 le mar. 05 déc. 2017, 11:08, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Astragal
Messages : 480
Inscription : dim. 03 avr. 2016, 0:55
Localisation : Près d’un champ de Marguerite

Message par Astragal » dim. 03 déc. 2017, 16:12

Si le vert représente la prononciation recommandée, il me semble que les couleurs devraient être inversées dans la troisième carte.
C’est très bien. J’aurai tout manqué, même ma mort. (Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac)

André (G., R.)
Messages : 7125
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » dim. 03 déc. 2017, 18:18

C'est vrai, Astragal.

La « prononciation correcte » correspond pour moi à ce que d'autres, comme sur la première carte, appellent « norme du français standard ». Je lis par exemple dans le Robert en six volumes : POULET (-).

Leclerc92
Messages : 2045
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Message par Leclerc92 » dim. 03 déc. 2017, 18:47

Astragal a écrit :Si le vert représente la prononciation recommandée, il me semble que les couleurs devraient être inversées dans la troisième carte.
Non, le vert n'a pas de signification particulière. Il est juste en opposition avec le violet.
La norme du français standard est indiquée dans le texte et correspond effectivement sur ces trois cartes au violet.

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7706
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » lun. 04 déc. 2017, 7:07

Astragal a écrit :Si le vert représente la prononciation recommandée, il me semble que les couleurs devraient être inversées dans la troisième carte.
Le violet c'est quand ça ne rime pas.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

André (G., R.)
Messages : 7125
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » lun. 04 déc. 2017, 10:50

À voir l'utilisation de la couleur verte sur les deux premières cartes, pour la mise en valeur de ce que leur auteur appelle la « norme du français standard », on ne peut que chercher la raison du changement de code, que je crois erroné, pour la troisième.

Cette norme n'a pas gommé toutes les différences régionales de prononciation et je m'en réjouis. Mais je voudrais insister aussi sur son importance. Donneur de voix pour les Bibliothèques Sonores, j'ai à faire en sorte que mes enregistrements soient, de ce point de vue, aussi « neutres » que possible : faire parler des Alsaciens avec l'« accent de Marseille » leur ferait perdre beaucoup de crédibilité ! Et inversement ! Mais surtout, pour revenir à « le tour est jouet », je dois mentionner un livre, Les cent plus beaux poèmes de la langue française, de Jean ORIZET, que j'ai enregistré l'an dernier et où je ne me souviens avoir vu de mots en -et en fin de vers que rimant avec d'autres terminés par le son [ɛ] (celui de « paix »). Un exemple parmi une multitude d'autres, Dessein de quitter une dame qui ne le contentait que de promesse*, de MALHERBE (troisième strophe) :

Beauté, mon beau souci, de qui l'âme incertaine
A, comme l'océan, son flux et son reflux,
Pensez de vous résoudre à soulager ma peine,
Ou je me vais résoudre à ne la souffrir plus.

Vos yeux ont des appas que j'aime et que je prise.
Et qui peuvent beaucoup dessus ma liberté :
Mais pour me retenir, s'ils font cas de ma prise,
Il leur faut de l'amour autant que de beauté.

Quand je pense être au point que cela s'accomplisse
Quelque excuse toujours en empêche l'effet;
C'est la toile sans fin de la femme d'Ulysse,
Dont l'ouvrage du soir au matin se défait.

Madame, avisez-y, vous perdez votre gloire
De me l'avoir promis et vous rire de moi.
S'il ne vous en souvient, vous manquez de mémoire
Et s'il vous en souvient, vous n'avez point de foi.

J'avais toujours fait compte, aimant chose si haute,
De ne m'en séparer qu'avecque le trépas
S'il arrive autrement ce sera votre faute,
De faire des serments et ne les tenir pas.


* Ce nom est bien au singulier.

André (G., R.)
Messages : 7125
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » mar. 05 déc. 2017, 8:44

Sur la troisième carte, le Finistère (pointe de la Bretagne) est légèrement teinté de vert. Cela ne correspond pas exactement à mon expérience. C'est le département de ma belle-famille, je n'y ai presque jamais entendu, dans la bouche des indigènes, que [sɔt] pour « saute », confondu oralement, donc, avec « sotte ».

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 3990
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert » mar. 05 déc. 2017, 9:04

Ces cartes sont dichotomiques et ne représentent pas les nuances de prononciation et d'usage. Dans le nord de la France, le O de jaune n'est pas vraiment fermé, comme d'autres voyelles finales (faites prononcer heureuse à une personne du Nord et vous le constaterez). En ce qui concerne la finale -et, dans mon département d'adoption, les Deux-Sèvres, ici entièrement violet, j'entends aussi bien poulè [pulɛ] que poulé [pule].
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)

Leclerc92
Messages : 2045
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Message par Leclerc92 » mar. 05 déc. 2017, 11:05

Ces cartes montraient une tendance générale, il y a bien entendu des exceptions. Elles me semblaient plus parlantes que de longues explications, mais on trouvera naturellement de nombreux contre-exemples, plus fréquents aujourd'hui qu'hier en raison des déplacements de population, de l'influence des médias nationaux, des professeurs qui viennent d'autres régions, etc.

André (G., R.)
Messages : 7125
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » mar. 05 déc. 2017, 12:07

Leclerc92 a écrit : professeurs qui viennent d'autres régions
Lorsque je suis arrivé en région nantaise en provenance de la Sarthe, j'ai découvert la petite ville de Vallet, pour laquelle j'ai d'abord dit [vale], ce qui m'a valu, bien entendu, immédiatement des rectifications par mes collègues locaux : non seulement on utilise ici [ɛ] pour produire ce mot oralement, mais aussi [t] : [valɛt]. Toutefois, pour le village proche nommé Le Pallet, lieu de naissance présumé d'ABÉLARD, on ne prononce pas le t.

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 3990
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert » mar. 05 déc. 2017, 21:54

Un autre Vallet existe, c'est un hameau de cinq ou six maison situé à Faye d'Anjou, et dont le nom se prononce aussi Vallette.
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)

Répondre