Je ne sache pas.

Répondre
Romane

Je ne sache pas.

Message par Romane »

Bonjour à tous,

Aujourd'hui, en discutant avec un monsieur, je l'ai entendu dire par au moins trois fois "Je ne sache pas".
Je suis étonnée de cet emploi du subjonctif, et comme ce monsieur avait un niveau de langue plutôt soutenu, je présage que cet emploi est correct.
L'est-il ? Si oui, mais pourquoi ? :shock:
Et puis aussi, s'il l'est, est-ce qu'il ne l'est que dans la négation ?
Avatar de l’utilisateur
Marco
Messages : 1036
Inscription : jeu. 09 juin 2005, 23:36

Message par Marco »

Bonjour, Romane.

Oui, cette tournure est bien correcte. Je fais comme Gide, je cite Grevisse (14ème édition, § 895 d) :

Le verbe savoir au subjonctif présent et avec la négation, surtout à la première personne du singulier, exprime, dans la langue soignée, une constatation prudente, mais souvent par litote (§ 458, c). H1 […]

H1 La construction que nous avons ici doit être sortie de la relative que je sache. […]
Romane

Message par Romane »

D'accord, merci Marco.

J'ai tellement été surprise de ce subjonctif que j'avoue ne pas avoir fait attention à la construction de la phrase entière. Mais j'imagine que puisqu'il s'agit "d'une constatation prudente", on ne peut pas dire, par exemple, "Je ne sache pas s'il est venu". Ca n'aurait pas de sens, je crois, si ?
Avatar de l’utilisateur
Marco
Messages : 1036
Inscription : jeu. 09 juin 2005, 23:36

Message par Marco »

Je vous en prie ! :)

Je ne sache pas est suivi de ‘que’, normalement (je ne sais pas s’il peut être suivi de ‘si’, mais je ne l’ai jamais entendu ni lu) : vous pouvez voir aussi le TLFi :

Je ne sache pas que + subj. ou inf. Je suis certain que. Voyez-vous, me dit mon guide, cette crevasse perpendiculaire, pleine par intervalle de terre éboulée ? Hé bien ! c’est par-là qu’il faut monter (...). Non, je ne sache pas avoir, dans le reste des Pyrénées, franchi de pas plus difficile (DUSAULX, Voy. Barège, t. 1, 1796, p. 322). Je ne sache pas que jusqu’à présent, on eût jamais vu en France, sous la monarchie légitime, des chambres, des ministres responsables, un budget (CHATEAUBR., Corresp., t. 2, 1818, p. 36).

Le TLFi dit aussi que ce tour est vieilli et littéraire. :)
Romane

Message par Romane »

D'accord. Il me paraîtrait contradictoire de l'employer suivi du "si" mais puisque l'on dispose déjà de l'infinitif et du subjonctif, ça laisse déjà quelques possibilités.

Quand le TFLi dit que c'est vieilli, est-ce à dire que ça tend à disparaître ou bien qu'il n'est pas approprié du l'utiliser de nos jours ?
Avatar de l’utilisateur
Marco
Messages : 1036
Inscription : jeu. 09 juin 2005, 23:36

Message par Marco »

Vieilli est un indicateur stylistique « signifiant qu’un mot, une locution ne s’emploie plus guère dans la langue usuelle » (TLFi). Donc cela signifie que l’on peut encore l’employer aujourd’hui, mais qu’il a une « couleur », si vous voulez, un peu ancienne et que certains locuteurs pourraient ne pas comprendre cette expression.
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Cette formulation a priori insolite me tracasse depuis des lustres. La question soulevée ici m'a incité à chercher une explication. Une fois encore c'est mon Bordas qui en dit le plus :
« Que je sache – Ne s'emploie guère qu'à la première personne du singulier. L'emploi aux autres personnes est critiqué et doit être évité. Cette locution figée appartient à la langue écrite un peu recherchée. C'est une affirmation atténuée indiquant que l'on n'est pas sûr de ce qu'on avance. »
Je la rapproche personnellement de autant que je [le] sache, ce qui pour moi la rend plus claire.
« Je ne sache (pas) – Comme le précédent, ne s'emploie guère qu'à la première personne, dans le même registre et avec la même valeur. »
C'est donc, en quelque sorte, une ruse de style pour modérer une affirmation qui semblerait trop catégorique, alors qu'on n'a pas de certitude absolue.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Romane

Message par Romane »

"Que je sache" est vraiment plus courant, je l'entends régulièrement à l'oral et il ne m'avait jamais interpelée.


A propos de "vieilli", ça incite donc à éviter un mot de peur de ne pas être compris. Evidemment, plus personne ne le comprendra si plus personne ne l'utilise. Les dictionnaires devraient plutôt noter " A sauver de l'oubli de toute urgence". " Vieilli", ça a une connotation péjorative et ça tombe un peu comme une sentence.
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Romane a écrit : " Vieilli", ça a une connotation péjorative et ça tombe un peu comme une sentence.
Je ne crois pas. Vieilli est à prendre au sens littéral : qui est sorti de l'usage courant, et ne se dit plus guère. Mais ce n'est pas péjoratif. Ce n'est pas la même chose que désuet ou suranné.
Quant à savoir si vous devez l'employer ou non dans la langue orale, c'est à vous de juger, en fonction de vos interlocuteurs et de leur niveau de culture. Si vous avez affaire à des personnes instruites utilisant un langage un peu recherché, n'hésitez pas à y recourir, vous montrerez ainsi que vous connaissez les subtilités de la langue. Il faut savoir, sans esprit de caste, sans pédanterie ni mépris, adapter son langage aux personnes à qui l'on parle.
Pensez à des grands savants comme Hubert Reeves, André Brahic, Noël Coppens, qui planent dans les hautes sphères du savoir et de l'intelligence, et voyez comme ils peuvent, sans condescendance, se mettre à la portée des béotiens que nous sommes en employant une langue claire et facilement compréhensible.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Romane

Message par Romane »

Vous avez raison, il faut savoir s'adapter. Pour le moment, mais j'espère que ça changera, c'est plutôt mes interlocuteurs qui s'adaptent à moi, parce que je ne maîtrise pas encore assez les subtilités de la langue pour avoir à m'adapter. Et là, pouvoir converser avec des gens instruits est une aubaine pour moi.
D'ailleurs, il m'a été fait la remarque que je mélangeais trop les différents niveaux de langue lorsque je parle. Et je ne sais malheureusement pas comment m'y prendre pour corriger ce défaut. C'est que des expressions comme "Je ne sache" me plaisent beaucoup car justement, elles accrochent l'oreille et permettent de donner des couleurs aux phrases, et du coup, j'en abuse facilement.
J'avoue être un peu découragée, j'ai l'impression d'avoir mal appris le français depuis le début.
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Romane a écrit : J'avoue être un peu découragée, j'ai l'impression d'avoir mal appris le français depuis le début.
Permettez-moi de dire, sans aucune flatterie (en termes plus soignés on dirait flagornerie), que vous n'avez pas à vous sentir découragée ; vous n'avez rien appris mal ; vous maniez si bien notre langue que vous pourriez passer facilement pour francophone de naissance. Les différents niveaux se définissent à peu près ainsi, du plus bas jusqu'au plus élevé : vulgaire, populaire, familier, courant, surveillé, très surveillé, littéraire, très littéraire. Bien sûr il y a des nuances comme trivial, argotique, relâché, soigné, recherché... On définit un peu ces niveaux par intuition ou appréciation subjective, et la personnalité du locuteur ainsi que ses manières le situent également sur une échelle sociale qui contribue à la définition.
Ne vous affolez pas, ne vous préoccupez pas de toutes ces gradations. On vous dit que vous mélangez les niveaux de langue ? Je trouve que cette remarque n'est pas très charitable, parce qu'elle manque de diplomatie, et vous décourage (la preuve, vous le dites vous-même). Je pense que l'on devrait d'abord vous féliciter de votre pratique du français, qui est remarquable (et je ne le dis pas pour vous faire plaisir). Vous parlez plusieurs langues, ceux qui vous critiquent en sont-ils capables ?
Regardez la pensée du duc de Lévis que j'utilise en guise de signature, et adoptez-la comme philosophie.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Romane

Message par Romane »

Merci Jacques, vous me rassurez et réconfortez. Croyez bien que je ne suis pas particulièrement susceptible, que d'ordinaire j'utilise les critiques pour progresser,et enfin que je n'ai jamais eu la prétention d'en avoir fini avec l'apprentissage du français, mais là, tout de même, ça remet un peu tout en question. Je prends en note les différents niveaux de langage que vous énumérez et je vais essayer, à l'avenir, de m'appuyer dessus pour réorganiser mon vocabulaire. Vaste programme, mais après tout, vous avez raison, je ferais mieux d'être plus pugnace plutôt que de me laisser atteindre par des remarques venant de personnes qui ne voient pas le chemin déjà parcouru.

Je ne sache pas qu'ils aient conscience de n'être que des béotiens ! ( Et toc !)
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Vous apprenez facilement, et vous avez le sens de l'humour. Accrochez-vous, vous êtes sur la bonne voie et vous avez déjà parcouru un grand chemin. Moi non plus je n'ai pas fini d'apprendre le français, et pourtant j'ai commencé en... 1938 où j'ai formé mes premières phrases.
Vous n'êtes pas susceptible, mais il s'agit d'autre chose : les remarques qui vous sont faites sont injustes et blessantes, puisque le français n'est pas votre langue d'origine. Il faut ignorer ces réflexions qui dénotent un manque de savoir-vivre. Elles n'ont aucune valeur.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Invité

Message par Invité »

:) Pour Romane, avec mes félicitations ...

"Que je sache" est employé par Georges Brassens (qui m'est une référence pour l'utilisation de notre belle langue) et qui écrit dans sa chanson "Trompettes de la Renommée" :

" Mais je ne sache pas qu'ça profite à ces drôles
De jouer le jeu d' l'amour en inversant les rôles"

Merci Georges
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Il me semble que la formule « que je sache » est d'un usage assez courant, même chez des gens qui n'ont pas forcément une grande culture langagière. En revanche, je ne sache pas est d'un emploi beaucoup plus rare, et appartient à un registre très soutenu.
Brassens avait une belle tournure de langue, ce qui n'est pas le cas de la majorité des « chanteurs » actuels.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Répondre