Ce fut la faute à ...

Répondre
Invité

Ce fut la faute à ...

Message par Invité »

Dans un remarquable ouvrage sur la période de l'occupation, j'ai trouvé l'expression en rubrique qui m'a beaucoup choqué !
Ai-je raison ?
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 8436
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude »

À Voltaire ou à Rousseau ? :lol:
Rien de me choque dans cette expression ; mais peut-être que... :?:
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Jadis l'appartenance, au sens très large du terme, se marquait par la préposition à ; aujourd'hui elle se marque par la préposition de.
Remarquez que cette pratique demeure dans des expression figées, fils à papa, bête à bon Dieu... et on la trouvait dans les enseignes des anciens bars ou bals populaires : le bal à Jo, le bal à Jean, etc. ainsi que dans la chanson La casquette au père Bugeaud, et cette autre chanson enfantine : Il pleut il mouille, c'est la fête à la grenouille. Il existe à Paris un quartier appelé La Butte aux cailles, en réalité une altération du nom de la famille Caille, qui était propriétaire jadis de cette petite colline (originellement la butte aux Caille).
De nos jours si vous employez à pour de c'est un popularisme et on le considère comme une faute, alors que ce n'est en fait qu'un archaïsme.
La formule c'est la faute à procède de la même règle grammaticale désormais désuète. Ne soyez pas choqué !
Dernière modification par Jacques le lun. 24 août 2009, 19:38, modifié 3 fois.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4210
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert »

Jacques a écrit :Remarquez que cette pratique demeure dans des expression figées, fils à papa, bête à bon Dieu... et on la trouvait dans les enseignes des anciens bars ou bals populaires : le bal à Jo, le bal à Jean, etc. ainsi que dans la chanson La casquette au père Bugeaud, et cette autre chanson enfantine : Il pleut il mouille, c'est la fête à la grenouille. Il existe à Paris un quartier appelé La Butte aux cailles, en réalité une altération du nom de la famille Caille, qui était propriétaire jadis de cette petite colline (originellement la butte aux Caille).
On peut sans doute ajouter la boîte aux lettres.
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Peut-être, en effet. Mais il me semble que dans boîte aux lettres, aux marque une destination et non une appartenance : la boîte pour les lettres, cependant je ne suis sûr de rien. L'affaire peut se discuter (j'ai failli écrire se négocier, voyez comme le métier ressort parfois).
Si vous pouvez conforter votre argument en démolissant le mien, n'hésitez pas, je suis preneur pour l'amour de l'art.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4210
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert »

Vous avez raison, il ne peut s'agir d'une appartenance, en ce qui concerne les lettres.
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Jacques-André-Albert a écrit :Vous avez raison, il ne peut s'agir d'une appartenance, en ce qui concerne les lettres.
Alors vous déclarez forfait ? Dommage. Vous connaissez la tirade du comte dans Le Cid :
À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
embatérienne

Re: Ce fut la faute à ...

Message par embatérienne »

Anonymous a écrit :Dans un remarquable ouvrage sur la période de l'occupation, j'ai trouvé l'expression en rubrique qui m'a beaucoup choqué !
Ai-je raison ?
Claude a écrit :À Voltaire ou à Rousseau ?
Rien de me choque dans cette expression ; mais peut-être que...
Jacques a écrit :De nos jours si vous employez à pour de c'est un popularisme et on le considère comme une faute, alors que ce n'est en fait qu'un archaïsme.
La formule c'est la faute à procède de la même règle grammaticale désormais désuète. Ne soyez pas choqué !
Néanmoins il faut reconnaître qu'il ne serait pas très bien vu aujourd'hui d'écrire ou de dire : c'est la faute à mon frère. On préférera (s'il y a vraiment lieu d'accuser !) : c'est la faute de mon frère, c'est de la faute de mon frère, c'est arrivé par la faute de mon frère.
Mais, bizarrerie de notre langue, il est parfaitement légitime de demander : "À qui la faute ?"
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Non seulement ce ne serait pas bien vu, mais ce serait considéré comme une faute et sanctionné par un retrait de points dans un examen.
Mais à quoi tient donc le bon usage ? Il y a là un certain arbitraire.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
embatérienne

Message par embatérienne »

Jacques a écrit :Mais à quoi tient donc le bon usage ? Il y a là un certain arbitraire.
Hélas oui, l'usage n'est pas bon parce qu'il serait intrinsèquement bon, mais parce qu'il est réputé bon, à une époque donnée et dans un lieu donné. C'est donc avant tout une convention, comme celle qui fait que nous nous saluons en nous serrant la main plutôt qu'en nous frottant le nez. La logique y a rarement sa place, mais l'arbitraire, oui. Néanmoins, il appartient aux écrivains et aux grammairiens, et aussi dans une modeste mesure aux amateurs éclairés que nous nous efforçons d'être, d'encourager par l'exemple et par la discussion le respect des usages qui nous paraissent les plus sains ou les plus largement reconnus.
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Vous réveillez un vague souvenir à propos de cette coutume de se serrer la main. Il me semble que ce fut à l'origine la manifestation de dispositions pacifiques : quand deux personnes se donnaient ainsi la poignée de mains, elle ne pouvaient pas dégainer l'épée. J'aimerais avoir confirmation, mais où diable aller puiser le renseignement ? Je crois qu'il y aurait une idée de même inspiration dans le fait de circuler à droite sur les routes : deux cavaliers qui se croisaient pouvaient difficilement se battre, l'épée étant portée au côté gauche et dégainée de la main droite, chacun des deux l'aurait tenue ainsi du côté opposé à l'adversaire. Reste la question des gauchers, évidemment...
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Avatar de l’utilisateur
TSOS
Messages : 519
Inscription : ven. 04 févr. 2011, 13:22
Localisation : Duché de Bretagne / Nordrhein Westfalen /S'la,sk

Message par TSOS »

...et la question des Anglais aussi, alors... plus vindicatifs que les autres car roulant/chevauchant à gauche?
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

TSOS a écrit :...et la question des Anglais aussi, alors... plus vindicatifs que les autres car roulant/chevauchant à gauche?
Vous savez bien que c'est par esprit de contradiction : les Anglais font tout à l'envers des autres. Je pars du principe que vous vous êtes frotté à leur langue. Là où nous disons tu me manques, ils formulent l'idée dans l'autre sens : I miss you. Une autre preuve, nous donnons à nos voies des noms de victoires : Eylau, Friedland, Wagram... et eux leur donnent des noms de défaites : Trafalgar, Waterloo...
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Avatar de l’utilisateur
TSOS
Messages : 519
Inscription : ven. 04 févr. 2011, 13:22
Localisation : Duché de Bretagne / Nordrhein Westfalen /S'la,sk

Message par TSOS »

Oui, mais à ce compte là, les Allemands aussi font tout à l'envers.
Là où l'on dit en France tu me manques, Un citoyen fédéral formulera l'idée dans l'autre sens : Ich vermisse dich. Une autre preuve, on donne ici aux voies des noms de victoires : Austerlitz, Iena... et l'Allemand leur donne des noms de défaites : Sedan, Leipzig...
...et pourtant nous roulons et chevauchons à droite aussi ;)


(Concernant ce type d'humour, on pourra se délecter de l'œuvre de Ionesco: La Leçon.)
Avatar de l’utilisateur
Manni-Gédéon
Messages : 1217
Inscription : lun. 12 avr. 2010, 14:35
Localisation : Genève (CH)

Message par Manni-Gédéon »

TSOS a écrit :Oui, mais à ce compte là, les Allemands aussi font tout à l'envers.
Le dans le bus oublié parapluie ? :wink:
Répondre