Le futur dans le passé

André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) »

Comme devoir à l’imparfait, suivi d’un infinitif, dont j’ai parlé, et aller, également à l’imparfait et amenant pareillement un infinitif, le conditionnel présent peut, me semble-t-il, être utilisé aussi pour exprimer des considérations d’avenir faites ou rétroactivement imaginées dans le passé :

De 1970 à 1980, X se rendit fréquemment en Afrique. Ces voyages constitueraient la source d’inspiration de plusieurs de ses livres. (ou : Ces voyages allaient constituer la source d’inspiration de plusieurs de ses livres, ou : Ces voyages devaient constituer la source d’inspiration de plusieurs de ses livres). Sans pouvoir l'expliquer, je ressens toutefois un léger malaise à lire ou utiliser un tel conditionnel, que je crois grammaticalement irréprochable.

Ce matin, dans mon journal, à propos de la mort d’un homme politique, je lis le passage suivant :
De ses premiers pas en politique… au Conseil constitutionnel, dont il était toujours membre, J. B. aura tout connu : le Conseil général de Haute-Loire (il le présidera de 1976 à 2004)…
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 9173
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude »

André (G., R.) a écrit :[...] De 1970 à 1980, X se rendit fréquemment en Afrique. Ces voyages constitueraient la source d’inspiration de plusieurs de ses livres.[...]
Ce passé simple me dérange ; voici comment j'écrirais cette phrase (ce n'est pas une chacalerie :wink: ) : De 1970 à 1980, X s'était rendu fréquemment en Afrique. Ces voyages allaient constituer la source d'inspiration de plusieurs de ses livres.
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)
André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) »

Ne m'en veuillez pas de ne pas vous suivre sur cette voie : en principe, le plus-que-parfait convient pour rendre compte d'un fait plus ancien qu'un autre rapporté lui-même à un temps passé. Dans la phrase Mon père ne mangeait jamais de pâtisseries : son apprentissage l'en avait dégoûté, le plus-que-parfait trouve sa justification dans l'imparfait qui le précède.

Vous proposez « allaient constituer » au lieu de « constitueraient » : éprouvez-vous comme moi un sentiment un peu bizarre à l'égard de ce conditionnel-là ?
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 9173
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude »

André (G., R.) a écrit :[...] Vous proposez « allaient constituer » au lieu de « constitueraient » : éprouvez-vous comme moi un sentiment un peu bizarre à l'égard de ce conditionnel-là ?
Oui ! J'ai oublié de vous le signaler.
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)
Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4471
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert »

Ce conditionnel ne paraît bizarre que si on le détache du contexte ; on perçoit alors l'affirmation comme hypothétique. Mais si on le replace dans le passé exprimé par la proposition précédente, il prend alors toute sa valeur de futur par rapport à l'époque de référence.
J'éprouvais le même genre de gêne, étant jeune, en lisant Tintin, où Hergé utilisait fréquemment le futur antérieur pour exprimer une hypothèse. Exemple (de mon invention) : Mon Dieu, il s'est évanoui ! Il aura respiré ces gaz...
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)
Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4471
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert »

André (G., R.) a écrit :Vous proposez « allaient constituer » au lieu de « constitueraient » : éprouvez-vous comme moi un sentiment un peu bizarre à l'égard de ce conditionnel-là ?
C'est l'application on ne peut plus régulière de la concordance des temps.
Il se rend en Afrique. Ces voyages vont constituer ou constitueront...
Il se rendit en Afrique. Ces voyages allaient constituer ou constitueraient...
Wikipedia nous précise : « Cette valeur du conditionnel est essentielle, car c'est certainement la plus fréquente dans les textes écrits, qu'on utilise le discours indirect ou le discours indirect libre. Le conditionnel y joue le rôle de futur par rapport au passé, tout à fait conforme à sa morphologie. »
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)
André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) »

Merci. Wikipedia (ce n'est pas toujours le cas) me semble dire là l'essentiel sur le sujet, et clairement.
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

André (G., R.) a écrit :Merci. Wikipedia (ce n'est pas toujours le cas) me semble dire là l'essentiel sur le sujet, et clairement.
Tout n'est pas mauvais dans Wikipedia. IL faut savoir faire preuve de bon sens pour trier le vrai du faux.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) »

Dans mon journal, à propos du footballeur Dimitri PAYET en 2007 : Incontestablement, il avait bien analysé ce que sera sa carrière.
Le futur dans le passé s'exprime au style indirect à l'aide du conditionnel présent (il avait bien analysé ce que serait sa carrière).
Mais on est proche aussi, me semble-t-il, d'une faute que je regrettais ci-dessus (le 3 décembre 2014), l'emploi erroné du futur dans des phrases au passé comme « Ce sportif, qui fut chétif pendant toute son enfance, battra le record de France en 2003 » au lieu de « Ce sportif, qui fut chétif pendant toute son enfance, devait battre le record de France en 2003 ».
Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4471
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert »

André (G., R.) a écrit : l'emploi erroné du futur dans des phrases au passé comme « Ce sportif, qui fut chétif pendant toute son enfance, battra le record de France en 2003 » au lieu de « Ce sportif, qui fut chétif pendant toute son enfance, devait battre le record de France en 2003 ».
... ou allait battre...
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)
Avatar de l’utilisateur
Astragal
Messages : 482
Inscription : dim. 03 avr. 2016, 0:55
Localisation : Près d’un champ de Marguerite

Message par Astragal »

« Ce sportif, qui fut chétif pendant toute son enfance... »
Je ne comprends pas pourquoi le passé simple est utilisé. Le passé simple ne doit-il pas être utilisé pour une action courte dans le passé ? Or, dans ce cas, l'action (ou plutôt l'état) a duré pendant toute son enfance.
C’est très bien. J’aurai tout manqué, même ma mort. (Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac)
André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) »

Astragal a écrit :« Ce sportif, qui fut chétif pendant toute son enfance... »
. Le passé simple ne doit-il pas être utilisé pour une action courte dans le passé ? Or, dans ce cas, l'action (ou plutôt l'état) a duré pendant toute son enfance.
Le passé simple ne rend pas forcément compte d'une « action » ponctuelle, il est employé pour décrire une « action » passée et terminée : il s'agit là de son premier critère d'utilisation, qui l'emporte sur celui de la brièveté.
André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) »

Dans mon journal :
Il y a vingt ans, le 6 février 1998, le préfet de Corse, Claude Erignac, était assassiné à Ajaccio par des militants indépendantistes. La cavale d'Yvan Colonna, aujourd'hui condamné à perpétuité, ne prendra fin que des années plus tard.
Mot mis en gras par moi.
On dirait que le journaliste souhaite nous montrer le ridicule du futur qu'il emploie ! Il le fait précéder de « aujourd'hui condamné à perpétuité », qui rend compte d'un fait postérieur à la fin de la cavale, dont on peut dire qu'elle allait prendre fin des années plus tard (des années après l'assassinat, mais évidemment avant la condamnation et bien avant « aujourd'hui », 6 février 2018).
André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) »

On lit dans un journal, à, propos de la Grande Mosquée de Bruxelles, dont la Belgique vient de reprendre le contrôle, qu'elle était gérée par la Ligue mondiale musulmane (MWL), une société missionnaire basée à La Mecque et principalement financée sur des fonds saoudiens, qui dément toute connivence avec la violence. Le ministre de la Justice, Koen Geens, a indiqué que le bâtiment abriterait les bureaux de l'Exécutif des musulmans de Belgique, une instance officielle qui représente les communautés musulmanes du pays (mot mis en gras par moi).

Le conditionnel présent peut être ambigu : on se demande parfois s'il a sa valeur première d'hypothétique ou s'il exprime le futur dans le passé. Je crois qu'il faut comprendre ci-dessus :
Le ministre de la Justice, Koen Geens, a indiqué que le bâtiment allait abriter (futur dans le passé) dorénavant les bureaux de l'Exécutif des musulmans de Belgique,
et non :
Le ministre de la Justice, Koen Geens, s'est demandé si le bâtiment n'abritait pas (hypothèse) jusqu'à présent les bureaux de l'Exécutif des musulmans de Belgique.
Leclerc92
Messages : 3902
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Message par Leclerc92 »

Le contexte suffisamment clair ne m'a permis de voir que la première interprétation en lisant la phrase la première fois, mais oui, cette ambiguïté peut exister. Du reste, pour la seconde, le rédacteur aurait peut-être choisi plutôt : le bâtiment aurait abrité...
Au passage, je suis toujours un peu gêné par "prendre le contrôle", mais quel moyen d'échapper à cet anglicisme ? "Prendre la direction" ? L'Académie semble d'ailleurs avoir digéré l'élément étranger :
Prendre le contrôle de quelque chose, s'en rendre maître par la force ou par diverses manœuvres. L'armée a pris le contrôle de cette zone
http://www.cnrtl.fr/definition/academie9/Prendre
Répondre