Hésitation

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Hésitation

Message par Jacques » mer. 17 sept. 2014, 11:06

Message reçu d'une correspondante :

Faut-il dire :
"Beaucoup d'entre nous sont des immigrés"
ou
"Beaucoup d'entre nous sommes des immigrés" ?
Les avis diffèrent…


J'ai déjà donné une réponse, mais je ne suis pas certain à 100% et aimerais connaître d'autres avis.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Shadock90
Messages : 85
Inscription : jeu. 22 mai 2014, 21:01
Localisation : Territoire de Belfort

Message par Shadock90 » mer. 17 sept. 2014, 11:13

Jolie question !

En première approche, je dirais "sont" :

- Si je dis "sommes ..". : la première personne marque bien que nous sommes TOUS des immigrés

- Par opposition, une expression comme "la plupart", "certains", "nombreux" sous-tend que nous ne sommes pas tous des immigrés et dans ce cas j'emploierais la troisième personne "sont"

Mais je suis comme vous, Jacques, sans plus d'analyse c'est au feeling

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » mer. 17 sept. 2014, 11:44

Merci de votre analyse. Attendons d'autres avis. Vous allez à peu près dans ma ligne de raisonnement, mais il y a encore des possibilités.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 3940
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert » mer. 17 sept. 2014, 12:11

Le sujet me paraît être « beaucoup ». Il précise ceux d'entre nous qui sont des immigrés. Si la totalité du « nous » était constituée d'immigrés, le « nous » serait le sujet et il n'y aurait aucune difficulté pour l'accord.
Pour moi, la bonne formule est donc : « beaucoup d'entre sont des immigrés ».
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » mer. 17 sept. 2014, 12:30

C'est le raisonnement qui vient spontanément à tout le monde.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Islwyn
Messages : 1492
Inscription : sam. 16 févr. 2013, 12:09
Localisation : Royaume-Uni (décédé le 9 mars 2018)

Message par Islwyn » mer. 17 sept. 2014, 12:43

Jacques-André-Albert a écrit :Le sujet me paraît être « beaucoup ». Il précise ceux d'entre nous qui sont des immigrés. Si la totalité du « nous » était constituée d'immigrés, le « nous » serait le sujet et il n'y aurait aucune difficulté pour l'accord.
Pour moi, la bonne formule est donc : « beaucoup d'entre [nous] sont des immigrés ».
Je suis tout à fait d'accord.
Quantum mutatus ab illo

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 3940
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert » mer. 17 sept. 2014, 13:55

Merci, Islwyn, pour la correction.
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » mer. 17 sept. 2014, 14:54

J’ai répondu :
« On ne trouve rien, nulle part, pour répondre à cette question. Les spécialistes sont muets. Je pense que les deux sont recevables ; toutefois, comme vous, j'opte spontanément pour l’accord à la 3e personne. La prudence commandera de ne pas prendre de risque en préférant donc ce choix. »
Ce qui me pousse à pencher pour le double accord, c’est ce que j’ai lu un jour au sujet de des gens qui, à savoir qu’on peut dire indifféremment « Nous sommes des gens qui aiment ou qui aimons la paix. » Je n’arrive malheureusement pas à retrouver la référence.
C’est surprenant et même choquant, car comme pour le cas évoqué dans la question nous nous portons instinctivement vers l’accord à la 3e personne, représentée par des gens.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 3940
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert » mer. 17 sept. 2014, 15:25

Ce dernier cas est différent : le sujet est ici la totalité des gens considérés ; on peut tout aussi bien écrire :
- nous sommes [des gens qui aiment la paix], où la partie entre crochets est une entité attribut du sujet nous, qui aiment la paix qualifiant les gens.
- nous sommes des gens qui aimons la paix, qui équivaut à « nous sommes des gens et nous aimons la paix.

Dans le premier exemple proposé, « beaucoup d'entre nous » ne représentait qu'une partie de « nous ». On ne pouvait donc pas accorder avec ce « nous » qui n'était pas le vrai sujet. Le sujet était « beaucoup », seule partie du nous qui était des immigrés.
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » mer. 17 sept. 2014, 15:51

Jacques-André-Albert a écrit :- nous sommes des gens qui aimons la paix, qui équivaut à « nous sommes des gens et nous aimons la paix.
J'ai l'impression que dans cet exemple, si j'ai bien compris votre raisonnement, il faudrait mettre une virgule : Nous sommes des gens, qui aimons la paixqui équivaudrait quasiment à ET.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Ernest de la Coquecigrue
Messages : 135
Inscription : mer. 30 oct. 2013, 11:57

Message par Ernest de la Coquecigrue » mer. 17 sept. 2014, 16:45

Grevisse mentionne ce cas dans le Bon Usage (§ 934 – Le sujet est un syntagme complexe).
  • Lorsque le sujet est une expression de quantité comme la plupart, un grand nombre, beaucoup, plusieurs, certains, quelques-uns, combien, trop, etc., ayant pour complément l’un des pronoms nous, vous, le verbe se met ordinairement à la 3e personne du pluriel.
Par exemple : Une trentaine d’entre nous avaient formé un club. (Maurois)

Il ajoute que l'accord se fait parfois avec le complément nous, et rarement avec vous. Tout ceci va bien dans le sens des réponses qui ont été données ici.

La Banque de dépannage linguistique donne une réponse similaire : La plupart, certains d'entre nous, d'entre vous.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » mer. 17 sept. 2014, 17:25

Merci de ces précisions. L'accord, bien que rare, est quand même envisagé.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Islwyn
Messages : 1492
Inscription : sam. 16 févr. 2013, 12:09
Localisation : Royaume-Uni (décédé le 9 mars 2018)

Message par Islwyn » mer. 17 sept. 2014, 17:41

Le cas de plus d'un est intéressant, étant normalement suivi du singulier malgré la logique mathématique :
« Plus d'un se rappela des matinées pareilles » (Flaubert).
Quantum mutatus ab illo

Avatar de l’utilisateur
Ernest de la Coquecigrue
Messages : 135
Inscription : mer. 30 oct. 2013, 11:57

Message par Ernest de la Coquecigrue » mer. 17 sept. 2014, 17:48

Alors que moins de deux, lui, exige le pluriel. :D

Avatar de l’utilisateur
Islwyn
Messages : 1492
Inscription : sam. 16 févr. 2013, 12:09
Localisation : Royaume-Uni (décédé le 9 mars 2018)

Message par Islwyn » mer. 17 sept. 2014, 18:16

En effet, aussi dira-t-on « 1,9 % a voté contre la motion » mais « moins de 2 % ont voté contre la motion ». :D Plus d'un s'en étonnera...
Quantum mutatus ab illo

Répondre