TOPONYMES AU PLURIEL

Leclerc92
Messages : 1837
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Message par Leclerc92 » dim. 09 août 2015, 9:09

Je viens de penser à la commune des Ulis. Juste une petite illustration de l'usage :
https://web.archive.org/web/20180309140 ... apture.png

André (G., R.)
Messages : 6484
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » dim. 09 août 2015, 9:22

On n'en sortira pas ! À la sixième ligne de cette page, on trouve un possessif se référant à un « possesseur » singulier.
« Personne n'a jamais douté de l'homonymie d'heure et heurt » : celui qui conclut ainsi un échange qu'il a lancé, en parlant sans restriction du « paronyme heurt » d'« heure », MENT et MÉPRISE son interlocuteur.

André (G., R.)
Messages : 6484
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » dim. 09 août 2015, 9:27

Plus loin sur la même page de Wikipédia, on lit : Les Ulis est située en Île-de-France et bénéficie d’un climat océanique dégradé.
« Personne n'a jamais douté de l'homonymie d'heure et heurt » : celui qui conclut ainsi un échange qu'il a lancé, en parlant sans restriction du « paronyme heurt » d'« heure », MENT et MÉPRISE son interlocuteur.

André (G., R.)
Messages : 6484
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » dim. 09 août 2015, 14:03

Dans les premiers temps de ma présence sur FNBL, en 2013 si je me souviens bien, une demande d'avis avait été adressée à l'Académie. Un tel sujet mériterait-il une nouvelle démarche auprès d'elle ? J'ignore la façon de procéder. Et je n'exclus pas une réponse qui ne tranche pas !
« Personne n'a jamais douté de l'homonymie d'heure et heurt » : celui qui conclut ainsi un échange qu'il a lancé, en parlant sans restriction du « paronyme heurt » d'« heure », MENT et MÉPRISE son interlocuteur.

Leclerc92
Messages : 1837
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Message par Leclerc92 » dim. 09 août 2015, 16:34

Il suffit d'envoyer un courriel au Service du Dictionnaire.
http://www.academie-francaise.fr/servic ... ctionnaire
En général, on reçoit une réponse aimable mais souvent normande de monsieur Patrick Vannier qui semble s'occuper presque seul dudit service.

Avatar de l’utilisateur
Klausinski
Messages : 1293
Inscription : mar. 12 déc. 2006, 23:54
Localisation : Aude

Message par Klausinski » dim. 09 août 2015, 16:51

Patrick Vannier a eu l'amabilité de répondre à nos questions au moins trois fois.

Les plusieurs
Plus en tant que substantif
Les noms composés
« J’écris autrement que je ne parle, je parle autrement que je ne pense, je pense autrement que je ne devrais penser, et ainsi jusqu’au plus profond de l’obscurité. »
(Kafka, cité par Mauriac)

André (G., R.)
Messages : 6484
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » dim. 09 août 2015, 23:30

Klausinski a écrit :Patrick Vannier a eu l'amabilité de répondre à nos questions au moins trois fois.

Les plusieurs
Plus en tant que substantif
Les noms composés
Je viens de me permettre de poser la quatrième.
« Personne n'a jamais douté de l'homonymie d'heure et heurt » : celui qui conclut ainsi un échange qu'il a lancé, en parlant sans restriction du « paronyme heurt » d'« heure », MENT et MÉPRISE son interlocuteur.

André (G., R.)
Messages : 6484
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » lun. 10 août 2015, 8:28

... et je tente une sorte de pronostic : il me semble peu probable que le verbe au pluriel et le possessif leur soient présentés comme étant la seule forme correcte.
« Personne n'a jamais douté de l'homonymie d'heure et heurt » : celui qui conclut ainsi un échange qu'il a lancé, en parlant sans restriction du « paronyme heurt » d'« heure », MENT et MÉPRISE son interlocuteur.

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7521
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » lun. 10 août 2015, 9:08

André (G., R.) a écrit :... et je tente une sorte de pronostic : il me semble peu probable que le verbe au pluriel et le possessif leur soient présentés comme étant la seule forme correcte.
Les paris sont ouverts ! ;-)
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Leclerc92
Messages : 1837
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Message par Leclerc92 » lun. 10 août 2015, 10:05

Je crois qu'on vous proposera une chacalerie : tâcher d'éviter ces formes douteuses en utilisant "ville, commune".

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7521
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » lun. 10 août 2015, 12:46

Ou qu'on nous demandera de cesser de nous exciter sur ce genre de détail.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

André (G., R.)
Messages : 6484
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » lun. 10 août 2015, 16:13

Réaction très rapide à mon courriel !

L'essentiel de mon message consistait en deux questions complémentaires :

Quelles conséquences le pluriel comme forme unique de certains toponymes (Les Sables-d'Olonne, Les Ulis, Les Sorinières, Les Belles Ouvrières... ) a-t-il sur les verbes dont ils sont sujets et sur les déterminants possessifs des noms qui les caractérisent ? Doit-on dire et écrire « Les Ulis est située en Île-de-France et son maire est une femme » ? ou : « Les Sables-d'Olonne plaisent à tous leurs visiteurs » ?

Et voici l'essentiel de la réponse, signée S. T. :

En effet, certains noms propres de lieux sont au pluriel. L'usage veut qu'ils entraînent l'accord au pluriel.

On dira donc, de préférence, Les Sables d'Olonne plaisent, être né aux Lilas, la plage des Issambres.

Cependant, l'accord au singulier, sous-entendant "la ville", est également possible. Quant au genre, il varie aussi : ainsi, on dit Paris brûle-t-il ? à l'oral, mais, dans la langue littéraire, Paris est traversée de parfums d'ambre, et même Marseille est belle au couchant (la présence du -e muet induit alors cet accord), mais Marseille est privé d'entraîneur, s'il s'agit du club de football !

Vous constatez comme moi que deux éléments de cette réponse ne concernent ni l'accord du verbe ni le possessif qualifiant un nom lié au toponyme, mais l'article contracté d'une part, le genre d'autre part.
Quoi qu'il en soit, j'ai eu tort de trouver un peu bizarre la phrase « À l'époque, Les Sorinières possèdent une église... »
« Personne n'a jamais douté de l'homonymie d'heure et heurt » : celui qui conclut ainsi un échange qu'il a lancé, en parlant sans restriction du « paronyme heurt » d'« heure », MENT et MÉPRISE son interlocuteur.

Avatar de l’utilisateur
Klausinski
Messages : 1293
Inscription : mar. 12 déc. 2006, 23:54
Localisation : Aude

Message par Klausinski » lun. 10 août 2015, 16:48

Votre message semble avoir été lu trop rapidement. Peut-être l'habitude de recevoir certaines questions a-t-elle influé sur sa compréhension.
En tout cas, c'est bien dommage qu'il n'ait pas été répondu à la principale question que nous nous posons, celle concernant le déterminant possessif.
« J’écris autrement que je ne parle, je parle autrement que je ne pense, je pense autrement que je ne devrais penser, et ainsi jusqu’au plus profond de l’obscurité. »
(Kafka, cité par Mauriac)

André (G., R.)
Messages : 6484
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » lun. 10 août 2015, 17:07

Votre impression est la même que la mienne, que je n'ai volontairement pas fournie, afin de laisser juges ceux qui liraient cela.
Toutefois je n'imagine plus que l'on ne s'en tienne pas à la logique de l'accord au pluriel si on l'applique pour le verbe, je veux dire que « leur » me paraît obligatoire dans la phrase « Les Sables d'Olonne plaisent aux visiteurs et leur maire est sympathique. » (Je ne sais rien sur lui !) Sinon la grammaire élémentaire ne serait-elle pas bafouée dans l'hypothèse de l'utilisation de « son » ? Il reste, et mon correspondant n'en a pas exclu, pour le moins, la première partie « Les Sables-d'Olonne plaît aux visiteurs et son maire est sympathique ».
« Personne n'a jamais douté de l'homonymie d'heure et heurt » : celui qui conclut ainsi un échange qu'il a lancé, en parlant sans restriction du « paronyme heurt » d'« heure », MENT et MÉPRISE son interlocuteur.

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 6902
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » lun. 10 août 2015, 17:12

Le déterminant possessif ne suit-il pas l'accord du verbe ?
- Les Sables d'Olonne plaisent à tous leurs visiteurs
OU
- Les Sables d'Olonne plaît à tous ses visiteurs.
J'ai du mal à imaginer une forme panachée plaisent avec ses ou plaît avec leurs.
J'attends vos explications car je n'ai peut-être pas tout compris. :lol: :lol:

Je fais suite au dernier message de Klaus.
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Répondre