Démultiplier, faux ami

Répondre
Avatar de l’utilisateur
LMMRM
Messages : 101
Inscription : jeu. 30 nov. 2017, 18:24
Localisation : Paris

Démultiplier, faux ami

Message par LMMRM »

Bonjour à tous,

D'abord, veuillent bien les habitués du site pardonner mon outrecuidance, la page des faux amis étant sans activité depuis 2015, je me permets de créer un sujet pour le mot «démultiplier».
On trouve bien ici sur ce forum...
www.achyra.org/francais/viewtopic.php?p=57625#57625
... des remarques sur le mot «démultiplier», mais elles sont fugitives.

(Mon message ayant «été bloqué par le filtre anti-spam», j'ai supprimé les deux liens qu'il contenait, un au forum lui-même, un autre à l'Académie française [déclaration sur l’écriture inclusive du 26 octobre 2017].)

S'il est, selon moi, un faux ami et un mot à problème récent et récurrent, c'est bien «démultiplier».
«Démultiplier» est souvent utilisé avec le sens de «multiplier plusieurs fois ou par un chiffre plus grand» ou de «multiplier à l'excès».

Posons donc pour commencer la définition de l’Académie française:
DÉMULTIPLIER v. tr. (se conjugue comme Crier). XXe siècle. Dérivé de multiplier.
MÉCAN. Dans une transmission mécanique, obtenir une vitesse ralentie.
Un treuil démultiplie le déplacement de la charge et, de ce fait, diminue l’effort.
Mettons ensuite en regard de la définition cet extrait de la déclaration de l’Académie française sur l’écriture inclusive du 26 octobre 2017* :
Prenant acte de la diffusion d’une «écriture inclusive» qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La démultiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité.
S’agit-il vraiment dans la citation ci-dessus de démultiplication ou est-ce une simple multiplication ou, mieux, une multiplication excessive?

L'exemple aussi de la définition de l’Académie me déconcerte: «Un treuil démultiplie le déplacement de la charge et, de ce fait, diminue l’effort.»

Le treuil «démultiplie le déplacement de la charge» ou bien il démultiplie l’effort musculaire qui serait nécessaire pour déplacer une charge et amplifie les effets de cet effort sur la charge?

Merci à toute personne qui voudra bien éclairer ma lanterne.
Des connaissances en physique appliquée ou en mécanique seront peut-être les bienvenues pour percer ce mystère de la démultiplication, qui, il me faut vous le dire, m'échappe complètement et qui m'avait interpellé déjà il y a longtemps.

Cordialement.

* http://www.academie-francaise.fr/actual ... -inclusive
Avatar de l’utilisateur
LMMRM
Messages : 101
Inscription : jeu. 30 nov. 2017, 18:24
Localisation : Paris

Message par LMMRM »

Merci au modérateur qui m'a déspammé et qui a, semble-t-il, mis mes deux citations en forme.
Mes excuses pour mon premier lien, il est fautif.
Avatar de l’utilisateur
Astragal
Messages : 481
Inscription : dim. 03 avr. 2016, 0:55
Localisation : Près d’un champ de Marguerite

Message par Astragal »

Bonjour, LMMRM, je me suis effectivement permis d'éditer votre message. Vos liens n'auraient pas dû être bloqués, c'est un dysfonctionnement du « filtre anti-spam ».

La définition de démultiplier de l'Académie française me semble incomplète. En effet, ce dictionnaire ne connait pas le sens figuré de ce mot.
Dans une ancienne édition du Larousse (1970, peut-être), le sens figuré est également absent. La définition est : « Mécan. Réduire la vitesse dans la transmission d'un mouvement. » Dans ce contexte (en mécanique), démultiplier signifie « réduire », alors qu'au figuré il a un sens proche d'« augmenter ». Un Larousse récent me donne cette définition pour le sens figuré de démultiplier :
« Augmenter la puissance de quelque chose par une multiplication des moyens utilisés. »

J'en profite pour vous souhaiter la bienvenue sur ce forum.
C’est très bien. J’aurai tout manqué, même ma mort. (Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac)
Avatar de l’utilisateur
Bernard_M
Messages : 1186
Inscription : sam. 07 févr. 2009, 10:24
Contact :

Re: Démultiplier, faux ami

Message par Bernard_M »

[...]L'exemple aussi de la définition de l’Académie me déconcerte: «Un treuil démultiplie le déplacement de la charge et, de ce fait, diminue l’effort.» Selon moi cela est faux et résulte d'une approximation. Le physicien de service devait dormir lorsque les académiciens se sont penchés sur cette question...
Le treuil «démultiplie le déplacement de la charge» ou bien il démultiplie l’effort musculaire qui serait nécessaire pour déplacer une charge et amplifie les effets de cet effort sur la charge? [...] ni l'un ni l'autre
Le treuil n'est en rien un dispositif de démultiplication; il ne sert pas à modifier la force nécessaire à déplacer une charge et n'agit en rien sur la charge. C'est un dispositif simple qui ne sert qu'à enrouler ou dérouler un câble ou un filin auquel est attachée une charge, en exerçant une force sur ce câble ou sur ce filin.
Pour diminuer la force de traction nécessaire au déplacement d'une charge, il faut disposer, entre le treuil et la charge, d'un palan par agencement d'un nombre variable de poulies, en réalisant ainsi un mouflage. C'est ce dispositif de démultiplication qui a pour but est de diminuer la force.
On diminue ainsi la force et comme le travail à fournir pour déplacer une charge est le produit de la force par le déplacement, pour déplacer une charge sur une distance donnée en tirant sur le garant, si je diminue la force, il me faudra augmenter la longueur de corde enroulée par mon treuil.
En conclusion, je dirais que le mouflage et non le treuil m'a permis de démultiplier la force, mais je me garderais bien de dire qu'il m'a permis de démultiplier le déplacement; ce qui n'aurait pas de sens.
Avatar de l’utilisateur
Islwyn
Messages : 1492
Inscription : sam. 16 févr. 2013, 12:09
Localisation : Royaume-Uni (décédé le 9 mars 2018)

Message par Islwyn »

Quantum mutatus ab illo
Leclerc92
Messages : 3093
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Message par Leclerc92 »

Bienvenue LMMRM,
Sujet très intéressant que vous amenez ici, soyez en remercié.
Je trouve piquant, mais au fond bien naturel, de constater que l'Académie, dont le dictionnaire ne connaît pas encore démultiplication dans son sens moderne, utilise néanmoins le mot avec cette acception dans son avis sur l'écriture inclusive. C'est bien naturel, puisque le rédacteur du dictionnaire a, par sa vocation même d'être le greffier de l'usage, toujours un train de retard sur l'usage. Il me semble qu'il aurait pu se mettre à jour lors de la dernière révision du "d", mais ça n'a pas été fait, tant pis, ce sera maintenant dans 50 ans... ou jamais.
La question est souvent posée sur les divers forums et blogs de langue.
Voir aussi
http://correcteurs.blog.lemonde.fr/2012 ... -ce-janus/
Avatar de l’utilisateur
LMMRM
Messages : 101
Inscription : jeu. 30 nov. 2017, 18:24
Localisation : Paris

Démultiplier, faux ami

Message par LMMRM »

Bonjour à tous,

J'attendais une lettre électronique m'informant que le sujet avait reçu une réponse, car je croyais avoir coché «M'avertir lorsqu'une réponse est postée».

— Merci, Astragal, pour votre intervention et pour votre réponse.
— Merci, Bernard_M, pour votre commentaire.
— Merci à Islwyn pour le renvoi à parler-francais.eklablog.com.
— Merci, Leclerc92, pour votre sympathique commentaire et pour le lien.
(N. B. L'Académie «greffier de l'usage», certes, mais pas d'un mauvais usage, pas d'un faux sens sauf s'ils sont anciens et si bien implantés qu'on ne peut les déraciner.)

Maintenant je vais lire avec attention vos commentaires et les pages auxquelles vos liens renvoient et les méditer; ensuite «je reviendrai vers vous», comme disent nos moutonniers épistoliers modernes.
Mon médecin m'ayant interdit hier l'utilisation du clavier pour soigner ma toute récente tendinite de l'épaule (et prescrit antalgique et anti-inflammatoire), je vais m'accorder quelques jours de repos.

Cordialement.

P.-S. J'ai envoyé deux lettres électroniques sur «démultiplier» au service du dictionnaire de l'Académie, j'attends une réponse. Je vous tiendrai bien sûr au courant.
Avatar de l’utilisateur
LMMRM
Messages : 101
Inscription : jeu. 30 nov. 2017, 18:24
Localisation : Paris

Message par LMMRM »

Vite fait, quelques mots du problème, sur lequel je reviendrai peut-être avec plus de précision.
Le Dictionnaire historique de la langue française de Robert nous dit que démultiplier est «d'usage courant avec le sens figuré intensif de multiplier».
Moi je dirai usage trop courant, usage fautif et fortement déconseillé. Parce que Robert dit ce mot «d'usage courant» au sens de multiplier, parce que certains dictionnaires recensent les deux acceptions contraires, il faudrait s'incliner et accepter ce galvaudage: voilà à peu près la regrettable position de certains sites sur la langue française.
Ce serait perdre mon temps que de démontrer que cette situation où un même mot signifie une chose et son contraire est malsaine et que l'on peut (puisque le problème et son extension galopante sont récents, il est encore possible de les éradiquer, de les tuer dans l'œuf) et que l'on doit lutter contre (puisque cette acception s'étend, surtout via les bavards, négligents, ignares et moutonniers médias).
Le minimum sanitaire est d'éviter l'emploi de démultiplier au sens de multiplier, la mauvaise monnaie chassant la bonne, puis les deux mots disparaissant ou n'étant que rarement utilisés car équivoques. Gâchis.
Robert aurait pu dire au moins «usage critiqué».
Certains contronymes comme «hôte» ou «louer» sont enracinés, ils sont anciens, nous ne sommes pas responsables; pour démultiplier, phénomène contemporain, nous sommes responsables. Nous qui voulons garder à la langue sa précision, donc son efficacité, nous devons lutter contre.
André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) »

LMMRM a écrit :Certains contronymes comme «hôte» ou «louer» sont enracinés, ils sont anciens, nous ne sommes pas responsables; pour démultiplier, phénomène contemporain, nous sommes responsables. Nous qui voulons garder à la langue sa précision, donc son efficacité, nous devons lutter contre.
« Contronymes » est amusant ! Les emplois de ce mot sont-ils fréquents ?
La dérive du sens de « démultiplier » et de celui de « démultiplication » est regrettable. Je ne sais trop s'il m'est déjà arrivé d'employer fautivement ces mots, j'essaierai en tout cas d'être attentif à cela à l'avenir.
« Hôte » vient du latin classique hospes (génitif hospitis), qui avait déjà les deux acceptions. « Louer » a vu son sens évoluer au Moyen Âge, au cours duquel la langue juridique employait des expressions latines comme locare res, «offrir des biens en location». Le sens originel de locare est «placer, situer». [...]Louer, apparu au sens de «donner un salaire à (qqun), prendre à gages», est aussi employé au sens d'«obtenir l'usage de (un bien) contre paiement». L'inconvénient de cette polysémie n'a pas empêché le verbe de subsister dans ces deux emplois, ambiguïté partagée par location et locataire (entrée 2LOUER du Robert DHLF).
André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) »

LMMRM a écrit :Le Dictionnaire historique de la langue française de Robert nous dit que démultiplier est «d'usage courant avec le sens figuré intensif de multiplier».
Je l'ai dit, je ne suis pas familier du verbe démultiplier. Mais à vous relire, j'ai le vague souvenir d'avoir employé ou entendu des tournures comme « démultiplier les efforts », dans le sens « faire en sorte que les efforts soient certes plus longs, mais aussi moins intenses » : on a alors affaire à la fois à une augmentation (celle du temps) et à une diminution (celle de l'intensité). Je me fais donc un peu l'avocat du diable, en ce sens que l'augmentation du temps dont je viens de parler n'est peut-être pas étrangère au glissement vers l'acception « multiplier », qu'on ressent comme opposée à celle d'origine.
N'aggravez surtout pas votre tendinite, LMMRM : ce n'est pas particulièrement à vous que je soumets cette réflexion, mais à l'ensemble des télépapoteurs.
Avatar de l’utilisateur
LMMRM
Messages : 101
Inscription : jeu. 30 nov. 2017, 18:24
Localisation : Paris

Message par LMMRM »

Bonjour à tous.
Je succombe une fois de plus à la tentation de répondre, puis je me tais pour quelques jours.

@ André (G., R.)
Certes le contronyme «louer» n'est pas mort, mais il est malade, et il a besoin d'une béquille.
Si un inconnu me dit sans préambule: «je loue un appartement», il devra à un moment ou à un autre, et en tout cas certainement rapidement, préciser soit explicitement soit implicitement si c'est en tant que bailleur ou en tant que preneur sous peine de ne pas être compris ou d'être mal compris.

«Démultiplier» est un autre malade. Essentiellement soucieux d'efficacité, de précision, de concision efficace, je m'oppose donc (ou, modestement, je tente de m'opposer) à la création de mots malades de naissance, équivoques, contre-productifs.
En revanche, escrocs, manipulateurs, farceurs, amateurs de jeux de mots apprécieront — et l'escroc qui est en moi apprécie et s'amuse de pouvoir rouler dans la farine à l'aide de mots ou d'expressions à double sens un interlocuteur qu'il n'aime pas, mais ce n'est pas mon trait de caractère dominant.
(La dictée vocale n'a pas beaucoup progressé chez Apple, même sous son tout dernier système d'exploitation, c'est toujours un arrache-cheveux.)

Cordialement.
Avatar de l’utilisateur
LMMRM
Messages : 101
Inscription : jeu. 30 nov. 2017, 18:24
Localisation : Paris

Message par LMMRM »

Bonjour à tous,

Juste deux mots.
Si l'Académie n'a pas signalé l'acception «multiplier» du verbe «démultiplier», c'est qu'elle devait la considérer, comme je le fais moi-même, comme très fautive, fautive ou pas du tout recommandable.
Cela dit:
— pourquoi a-t-elle utilisé cette acception dans son communiqué ? par erreur ?
— quid de cet exemple bizarre et douteux ?

J'attends depuis plus de dix jours une réponse de l'Académie, que j'ai relancée une fois.

Je rappelle l'adresse de la 9e édition du dictionnaire de l'Académie:

http://atilf.atilf.fr/academie9.htm

A la prochaine.
Avatar de l’utilisateur
Astragal
Messages : 481
Inscription : dim. 03 avr. 2016, 0:55
Localisation : Près d’un champ de Marguerite

Message par Astragal »

Le communiqué a été corrigé :
La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité.
C’est très bien. J’aurai tout manqué, même ma mort. (Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac)
Avatar de l’utilisateur
LMMRM
Messages : 101
Inscription : jeu. 30 nov. 2017, 18:24
Localisation : Paris

Message par LMMRM »

@ Astragal

Bigre ! en voilà une nouvelle surprenante alors que depuis quinze jours j'attends une réponse du service du dictionnaire.
Merci, Astragal.
Je ne pensais pas que l'Académie ferait la correction tout en ignorant pendant près de deux semaines ma question — ou plutôt mes questions, car il reste le problème de l'exemple dans la définition, exemple qui, lui, n'a pas été modifié.

Cordialement.
Avatar de l’utilisateur
LMMRM
Messages : 101
Inscription : jeu. 30 nov. 2017, 18:24
Localisation : Paris

Message par LMMRM »

Bonjour à tous,

En cherchant, vainement, sur le site de l'Académie une trace de mes deux lettres sur «démultilpier» dans le courrier des lecteurs, je lis ceci dans une réponse de l'Académie (le gras est de moi):
Le terme anglais forensic vient directement du latin forensis : « de la place publique, du forum, judiciaire ». Si forum servit à forger de nombreux termes français tels fer, forêt ou forfait, ce ne fut pas le cas de forensis.
Coquille probable: fer/for.

Sources :
http://www.academie-francaise.fr/patrice-g-france
Archive : http://archive.is/bU0hq

Cordialement.
Répondre