Qui et quoi pronoms relatifs

Répondre
André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Qui et quoi pronoms relatifs

Message par André (G., R.) »

Un nom de chose ou de réalité abstraite peut, aussi bien qu'un nom d'être animé, constituer l'antécédent du pronom relatif « qui » sujet :

• Elle regarde sa ville qui se réveille.
• Elle regarde son fils qui se réveille.

Il n'en va pas de même pour le pronom relatif complément indirect :

• Elle regarde ce site, auquel elle se sent attachée.
• Elle regarde son fils, à qui elle vient d'acheter un pull.

On a là, me semble-t-il, une particularité de la langue française.

Mais, vous venez de le montrer, Yeva Agetuya, sur un autre fil avec une citation de Voltaire, à l'époque classique, le pronom relatif « qui » pouvait être amené par une préposition sans qu'il remplaçât un nom d'être animé : L'âme est une entéléchie, et une raison par QUI elle a la puissance d'être ce qu’elle est (Micromégas) (les caractères spéciaux me sont dus).

« Quoi » pronom relatif, bien que peu employé de nos jours, n'est pas totalement inusité : je n'écris guère que « C'est une chose à quoi je tiens ». On m'a même enseigné que le pronom indéfini « quelque chose » ne pouvait être repris que par « que » ou « quoi » et je me revois sur les bancs de l'école à chaque fois que j'entends une tournure comme « C'est quelque chose à laquelle (a fortiori : auquel !) je m'attendais ».

Or les dictionnaires indiquent une utilisation de « quoi » pronom relatif plus importante à l'époque classique que maintenant : cela me paraît paradoxal, puisque, à la même époque, on vient de le voir, « qui » pouvait correspondre à l'actuel « quoi » !
Leclerc92
Messages : 3814
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: Qui et quoi pronoms relatifs

Message par Leclerc92 »

André (G., R.) a écrit : sam. 22 févr. 2020, 13:45 « Quoi » pronom relatif, bien que peu employé de nos jours, n'est pas totalement inusité : je n'écris guère que « C'est une chose à quoi je tiens ». On m'a même enseigné que le pronom indéfini « quelque chose » ne pouvait être repris que par « que » ou « quoi » et je me revois sur les bancs de l'école à chaque fois que j'entends une tournure comme « C'est quelque chose à laquelle (a fortiori : auquel !) je m'attendais ».
Comme aujourd'hui "quelque chose", quand il fait bloc, est clairement neutre, et donc en fait masculin (un petit quelque chose !), la tournure « C'est quelque chose à laquelle je m'attendais » est tout à fait fautive. Mais il est discutable d'écrire : « a fortiori : auquel ! ». En fait, si l'on n'utilise pas "quoi" (qui pour moi comme pour vous est le meilleur choix), "quelque chose auquel" est théoriquement possible.
Si j'en crois le billet, toujours instructif, de Marc81 :
http://parler-francais.eklablog.com/c-e ... a117725722
l'Académie elle-même écrit « Revendiquer, demander quelque chose auquel on a ou on croit avoir droit » (à l'entrée « réclamer ») et le Larousse électronique : « Action de réclamer quelque chose auquel on estime avoir droit » (à l'entrée « réclamation »).
Il reste bien sûr possible d'utiliser "quelque chose" non pas comme un bloc tout fait mais analytiquement comme "une certaine chose", et dans ce cas, le féminin demeure de rigueur.
Répondre