ouè devenu oi

Répondre
jarnicoton
Messages : 1130
Inscription : mar. 11 sept. 2012, 9:16

ouè devenu oi

Message par jarnicoton »

Dans une revue de 1847 je trouve un rébus dont un petit bout représente vingt fouets, qui veulent dire "vingt fois".
J'aurais compris si le rébus datait du siècle précédent, mais pour 1847 je suis étonné.
Avez-vous un avis ?
Leclerc92
Messages : 3895
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: ouè devenu oi

Message par Leclerc92 »

C'était encore la prononciation en usage dans l'aristocratie au début du XIXe siècle.
Abel Boyer a écrit :Oui. La prononciation "wa" de "bois" était parisienne, voire faubourienne, avant de s'étendre à la France entière. On se rappelle l'anecdote peut-être inventée mais maintes fois rapportée avec des variantes de Louis XVIII regagnant la France et disant, avec la prononciation de la Cour d'avant la Révolution : C'est moué qui suis votre roué.
L'anecdote est racontée, sans la prononciation hélas, dès 1816, dans cette Histoire :
Puis, s'adressant aux soldats : «Vous êtes curieux de voir le Roi ? leur dit-il d'une voix forte : eh bien ! c'est moi qui suis votre Roi , ou plutôt votre père. Oui, vous êtes tous mes enfans; je ne suis venu que pour mettre un terme aux malheurs de notre commune patrie.
https://www.languefrancaise.net/forum/v ... 03#p112203
jarnicoton
Messages : 1130
Inscription : mar. 11 sept. 2012, 9:16

Re: ouè devenu oi

Message par jarnicoton »

C'est dans "l'Illustration", qui est assurément une revue "aristocratique" avec ses 75 centimes, trois ou quatre fois plus chère que les magasins à vocation populaire.
Mais c'est une revue parisienne et c'est déjà le milieu du siècle.
Ou alors le dessinateur du rébus a joué sur le souvenir récent de cette prononciation.
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 9173
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: ouè devenu oi

Message par Claude »

Il y a quelque temps, lorsque des Français ont été rapatriés, certains étaient mis en quarantaine (je ne dis pas « quatorzaine » à laquelle je ne suis pas encore habitué :) ) dans la commune de Carry-le-Rouhet. Chaque fois que je l'entendais prononcer je ne pouvais m'empêcher de penser à « Carry-le-Roi » prononcé à l'ancienne. :wink:
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)
Leclerc92
Messages : 3895
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: ouè devenu oi

Message par Leclerc92 »

Claude a écrit : sam. 21 mars 2020, 8:33 dans la commune de Carry-le-Rouhet.
Claude, y a-t-il une blague là-dessous ? :?: C'est Carry-le-Rouet, en principe.
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 9173
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: ouè devenu oi

Message par Claude »

Non, non, pas de blague à l'horizon ! C'est moi qui ai commis une faute ; j'avais cité cette commune de mémoire, sans vérifier sa bonne orthographe.
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)
Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4471
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Re: ouè devenu oi

Message par Jacques-André-Albert »

jarnicoton a écrit : ven. 20 mars 2020, 19:41 C'est dans "l'Illustration", qui est assurément une revue "aristocratique" avec ses 75 centimes, trois ou quatre fois plus chère que les magasins à vocation populaire.
Mais c'est une revue parisienne et c'est déjà le milieu du siècle.
Ou alors le dessinateur du rébus a joué sur le souvenir récent de cette prononciation.
Dans ma jeunesse, j'avais récupéré un Nouveau Testament datant de 1852, dans lequel les verbes à l'imparfait avaient leur désinence en -ois et -oit. Je sais que l'Église a toujours été conservatrice, et je ne sais pas si cette graphie n'était qu'un souvenir du siècle précédent.
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)
Leclerc92
Messages : 3895
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: ouè devenu oi

Message par Leclerc92 »

Rappelons que l'Académie n'a fait le changement oi==>ai que dans l'édition de 1835, et que la Revue des deux Mondes a conservé la graphie ancienne très longtemps.
https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9fo ... se_de_1835
Cela dit, c'est ici une question graphique sans forcément de rapport avec la prononciation dont nous parlons. En effet, Anglois se prononçait déjà comme Anglais, même sous la graphie "oi".
Le problème de prononciation est plutôt avec des mots comme "fois", "roi" ou "moi" dont la graphie n'a bien sûr pas été changée car ils ne se prononçaient pas "fè", "rè" ni "mè", mais fwa ou fwè, rwa ou rwè, mwa ou mwè.
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 9173
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: ouè devenu oi

Message par Claude »

Je vous offre un extrait de mon vieux bouquin de 1758 intitulé Principes généraux et raisonnés de la grammaire françoise :

Article portant sur les diphtongues :
L'élève : toutes les fois que deux ou trois voyelles se prononcent en une seule syllabe, doivent-elles être regardées comme voyelles composées ?
Le maître : Non : elles ne sont voyelles composées que quand elles expriment comme nous avons dit, un son simple et permanent ; mais quand elles expriment un son double ou composé, c’est-à-dire, où l’on entend le son de deux voyelles, on les appelle alors diphtongues.
L'élève : éclaircissez cette réponse par un exemple ? (le point d’interrogation est réel)
Le maître : oi est voyelle composée dans le mot j’aimois, parce qu’il n’exprime que le son simple et permanent de l’e ouvert, comme s’il y avoit j’aimès ; mais il est diphtongue dans le mot roi, parce qu’il exprime le double son de l’o et de l’e fort ouvert, comme s’il y avait roè.
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)
Leclerc92
Messages : 3895
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: ouè devenu oi

Message par Leclerc92 »

C'est un excellent bouquin de Pierre Restaut, un vrai "best-seller" avant que le mot n'existe. Le livre a été réédité de nombreuses fois. La première édition, de 1730, est disponible sur Gallica :
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k509265.image
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 9173
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: ouè devenu oi

Message par Claude »

Effectivement, ce bouquin est de Pierrre Restaut et le mien est d'époque, trouvé dans une malle se trouvant dans un grenier quelque part dans l'Ain.
C'est impressionnant de manipuler un tel livre. Il aurait besoin d'une restauration de la couverture mais après tout, peu importe, il est dans son jus et les cinq cents pages sont présentes.
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)
Leclerc92
Messages : 3895
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: ouè devenu oi

Message par Leclerc92 »

J'ai dans ma bibliothèque la onzième édition, parue en 1774, avec une belle reliure. Les papiers des livres de cette époque sont merveilleusement agréables. Du même Restaut, j'ai son autre "best-seller", le Traité de l'orthographe françoise, dans la quatrième édition, de 1752, mais c'est moins intéressant que l'autre livre ; c'est plus une sorte de dictionnaire orthographique.
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 9173
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: ouè devenu oi

Message par Claude »

Je le trouve très pédagogue ce Pierre Restaut ; à question simple de l'élève, réponse pas moins simple du maître.
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 9173
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: ouè devenu oi

Message par Claude »

Jarnicoton, je constate que dans le titre de votre sujet, oi se prononce ou-è alors que dans l'extrait que j'ai présenté il se prononce o-è :?:
Est-ce moi qui chipote ?
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)
Leclerc92
Messages : 3895
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: ouè devenu oi

Message par Leclerc92 »

Non, vous ne chipotez pas du tout, mais il est très difficile de savoir exactement quel son était noté par nos anciens grammairiens et lexicographes par "oè" : probablement, celui qu'on noterait aujourd'hui plutôt "wè", avec un "w" semi-consonne, semi-voyelle. La différence avec "ouè" et très mince.
Un article détaille assez bien l'évolution de la diphtongue "oi" :
https://www.persee.fr/doc/roma_0035-802 ... 6_381_2453
On y lit notamment ceci :
Au milieu du xviiie siècle, Dumarsais, dans son article diphtongue (1754) croit reconnaître en oi trois prononciations : « oi prononcé par oe où l'e a un son ouvert qui approche de l'a : foi, loi, froid, toict, moi, à foison, coiffe, oiseau, joie, doigt, doit, abois, toile, etc. ; oi prononcé oa : mois, pois, noix, Troie, etc. prononcez moa, poa, etc. ; oi prononcé par oua : bois (lignum) prononcez boua » (cf. Thurot, t. I, p. 360).
Mais je crois qu'il est assez isolé à faire cette subtile distinction.
Un peu plus loin :
Exemple : couette, n. f . [kwεt] « lit de plume », employé surtout comme terme technique, au sens de « pièce sur laquelle tourne le pivot d'un gond » et comme terme de marine. Issu du latin culcïta « oreiller », ancien français coûte, coite, écrit couet(t)e, notation pour l'ancienne prononciation de la diphtongue oi. Si la graphie couette l'a emporté dans la plupart des dictionnaires modernes, il y a encore nettement concurrence dans les dictionnaires de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle entre les formes couette et coit(t)e et entre la prononciation [wε] et [wa], ainsi dans Littré, Passy x 1914, Barbeau-Rodhe 2 1930. D. G. 1900 sous la vedette couette, coite, recommande la prononciation [kwat] et déclare [kwεt] vieilli. Fouché, Traité de prononciation, 1959, Petit Robert 1970, P. L. I. 1970 et le Grand Larousse 3 1972 recommandent [kwεt].
Répondre