Verbe+nom : masculin ?

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Bernard_M
Messages : 1282
Inscription : sam. 07 févr. 2009, 10:24
Contact :

Verbe+nom : masculin ?

Message par Bernard_M »

Bonjour,
Dans une autre rubrique de ce forum, Claude a écrit :Il me semble que les noms composés construits sous la forme verbe-nom sont toujours masculins : attrape-mouches, brise-glace, compte-goutte, etc...
Toujours ? peut-être pas.
Dans leur grande majorité sûrement et, comme toujours, on trouvera des exceptions.
Dans le cas qui nous intéresse, elles devraient être très rares. Il m'en vient deux à l'esprit :
  • Les tout premiers artilleurs de la marine connaissaient la pince-balle qui leur permettaient de transférer les boulets de la forge à la pièce 1,
  • Chausse-trappe ou chausse-trape, dont on avait me semble-t-il déjà parlé sur le forum, mais pour laquelle l'origine de chausse paraît plus difficile à cerner 2.
D'autres substantifs me font hésiter : ceux dont dont certains dictionnaires font commencer la définition par "personne qui ..." casse-pieds (n et adj.), pique-assiette (n), trompe-la-mort (n), pince-sans-rire (n et adj).
Si la plupart des dictionnaires mentionnent pour ces noms le genre féminin, mon petit Robert se contente d'indiquer n inv. Ce qui me fait penser que l'on pourrait peut-être les utiliser au féminin : cette femme est une pique-assiette ne me choquerait pas.

1À lire ici ou
2 Voir CNRTL ou XMLittré
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Il n'y a pas de nom dans chausse-trape ; le mot est formé par la réunion de deux verbes : chaucher, « sauter sur place en cadence » et treper, « taper des pieds rapidement » qu'on retrouve dans trépigner, cet assemblage faisant du mot une tautologie. Le genre féminin semble être arbitraire, peut-être par attraction phonétique de trappe (déjà !).
Ce nom de chausse-trape fut donné à des pièges munis de pointes. On comprend que le malheureux qui posait le pied dessus sautait sous l'effet de la douleur.
Aujourd'hui, l'origine étymologique étant perdue de vue, les régularisations orthographiques de 1990 autorisent que l'on écrive chausse-trappe, à cause de la confusion avec la trappe qui évoque aussi un piège.
CHAUSSE-TRAPE. s. f. Fer à quatre pointes aiguës & fortes, dont l'une se trouve tousjours en haut, lequel on seme aux avenuës, dans les guez, pour enferrer les hommes & les chevaux. Jetter des chausses-trapes aux avenuës du camp. semer des chausse-trapes. s'enferrer dans des chausses-trapes.
(Académie, dictionnaire 1e édition, 1694).
Remarquez l'indécision originelle, qui acceptait l'accord de chausse au pluriel.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 9173
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude »

Pour pince-balle, ceux qui l'employaient pensaient peut-être que pince était un nom et l'avait donc féminisé.
Je précise que je ne suis pas du tout spécialisé dans l'origine des mots. :wink:
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

J'ai fait la même supposition.
Il ne faut pas chercher une règle absolue dans le genre des mots composés avec ou sans trait d'union. On dégage un grand principe, selon lequel le mot principal détermine le genre ; ainsi, on dit un autocar parce que car, masculin, est le mot principal, celui qui indique la nature de l'objet ; de même un porte-bagages, bagages étant senti comme mot principal. Mais il n'y a pas cette logique dans astronef, masculin, alors que le mot de base nef est féminin ; idem pour aéronef.
La loi dominante qui régit les mots composés est celle de l'anarchie, tant dans le genre que dans l'écriture : une mainlevée, une pomme de terre, un je-sais-tout, aujourd'hui , sont des mots composés, avec quatre modes d'écriture différents.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 9173
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Re: Verbe+nom : masculin ?

Message par Claude »

Bernard_M a écrit :...Ce qui me fait penser que l'on pourrait peut-être les utiliser au féminin : cette femme est une pique-assiette ne me choquerait pas...
Dans cet exemple je verrais volontiers une ellipse : cette femme est une personne qui pique dans l'assiette, ce qui signifie que le féminin employé concerne personne.
Avatar de l’utilisateur
Dame Vérone
Messages : 566
Inscription : mer. 24 mars 2010, 17:03
Localisation : au bord de la Seille

Message par Dame Vérone »

Garde-malade est également employé au masculin ou au féminin
Quant à garde-française, le mot est masculin en dépit des apparences, mais le soldat lui ne fait pas de doute !
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Garde-française est un bon exemple : un nom féminin appliqué à des hommes, et qui est précédé d'un article masculin. Mélange des genres !
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 9173
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude »

Dame Vérone, dans vos deux exemples avec garde, les noms composés sont de la forme nom-nom et non verbe-nom. :wink:
Avatar de l’utilisateur
Dame Vérone
Messages : 566
Inscription : mer. 24 mars 2010, 17:03
Localisation : au bord de la Seille

Message par Dame Vérone »

Claude a écrit :Dame Vérone, dans vos deux exemples avec garde, les noms composés sont de la forme nom-nom et non verbe-nom. :wink:
Je ne sais pas reconnaître si le nom composé provient du verbe ou du nom : y a-t-il une chacalerie ?
Il faut peut-être regarder les pluriels, ce qui répondrait à une de mes interrogations : je me demande pourquoi l'embarcation garde-côte a un pluriel garde-côtes alors que l'agent garde-côte a un pluriel gardes-côtes.
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Il existe avec garde des cas où il est soit verbe soit nom selon ce qu'il désigne : des gardes-côtes (les hommes), des garde-côtes (les bateaux que ces hommes utilisent) comme vous le signalez. Sur le même principe : des gardes-malades, des gardes-pêche, des garde-boue, des garde-fous.
Il faut déterminer si le mot garde désigne des personnes : les gardes-côtes sont des hommes, des gardes ; les gardes-malades et les gardes-pêche itou, comme les gardes champêtres. Quand le nom qui suit est une chose au sens large du terme, le premier élément est un verbe : le garde-manger est une cage pour garder la nourriture. Le garde-boue garde (protège) contre la boue.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 9173
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude »

Jacques l'a très bien expliqué en différenciant hommes et choses. Quant à moi c'est par le pluriel que j'ai su qu'il s'agissait de noms : des gardes-malades et des gardes-françaises.
Dame Vérone, pourquoi me regardez-vous en parlant de chacalerie ? Serais-je un spécialiste ? :lol:
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

La chacalerie, terme qui est propre à notre forum, est nommée par les grammairiens procédé de substitution. C'est plus prosaïque, mais cela prouve que le procédé est dûment répertorié.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 9173
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude »

Jacques a écrit :La chacalerie, terme qui est propre à notre forum,...
Et nous avons notre glossaire créé par Perkele !
Avatar de l’utilisateur
Dame Vérone
Messages : 566
Inscription : mer. 24 mars 2010, 17:03
Localisation : au bord de la Seille

Message par Dame Vérone »

Claude a écrit :Jacques l'a très bien expliqué en différenciant hommes et choses. Quant à moi c'est par le pluriel que j'ai su qu'il s'agissait de noms : des gardes-malades et des gardes-françaises.
Dame Vérone, pourquoi me regardez-vous en parlant de chacalerie ? Serais-je un spécialiste ? :lol:
J'ai découvert ce terme par ce forum et j'avoue qu'il m'amuse; en plus, je le trouve pratique, aussi je pense faire honneur à son inventeur et aux spécialistes en la matière en l'utilisant.
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Le mérite revient intégralement à Claude.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Répondre