Indicatif ou subjonctif?

Répondre
Invité

Indicatif ou subjonctif?

Message par Invité »

Bonjour,

j'aimerais avoir des pistes pour répondre à une question qui me tarabuste :

quand Desproges dit : "la seule certitude que j'ai, c'est d'être dans le doute", doit-il écrire "que j'aie" ou "que j'ai"?

pour ma part, j'utiliserais l'indicatif, puisqu'il s'agit d'une certitude, mais dire "la seule certitude qu'il a" choque un peu mon oreille, sans que je ne sache vraiment pourquoi...

quelqu'un aurait-il une piste?

Merci d'avance.
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Pas de piste vraiment non, parce que les deux sont corrects grammaticalement. La nuance est peut-être que le subjonctif est un peu plus académique, ou plus nuancé : la seule certitude que je puisse avoir se dit aussi, laissant supposer qu'il pourrait y en avoir d'autres qu'on ignore.
Ce peut être également une réserve prudente ou un désir de ne pas se montrer trop catégorique.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Invité

Message par Invité »

Merci beaucoup, là aussi, je vais opter pour le caractère catégorique du constat, après tout,quand on affrme une certitude...
Avatar de l’utilisateur
Klausinski
Messages : 1295
Inscription : mar. 12 déc. 2006, 23:54
Localisation : Aude

Message par Klausinski »

Il me semble, pourtant, Jacques, qu’on emploie le subjonctif pour modérer le caractère péremptoire d’une expression telle que « l’unique, la seule, la plus grande, etc. », en somme les superlatifs et les expressions assimilées.
Je viens de vérifier dans le Grevisse : le subjonctif se met « ouvent, quand l’antécédent contient un superlatif relatif ou un adjectif impliquant une idée superlative (seul, premier, dernier, principal, unique, etc.) »
Au paragraphe suivant, il cite évidemment une théorie de contre-exemples. C’est le terme « souvent » qui est important.
« J’écris autrement que je ne parle, je parle autrement que je ne pense, je pense autrement que je ne devrais penser, et ainsi jusqu’au plus profond de l’obscurité. »
(Kafka, cité par Mauriac)
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Klausinski a écrit :Il me semble, pourtant, Jacques, qu’on emploie le subjonctif pour modérer le caractère péremptoire d’une expression telle que « l’unique, la seule, la plus grande, etc. », en somme les superlatifs et les expressions assimilées.
C'est ce que j'ai tenté d'expliquer, me semble-t-il.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Avatar de l’utilisateur
Klausinski
Messages : 1295
Inscription : mar. 12 déc. 2006, 23:54
Localisation : Aude

Message par Klausinski »

Mea culpa. J’ai lu votre message un peu trop rapidement.
« J’écris autrement que je ne parle, je parle autrement que je ne pense, je pense autrement que je ne devrais penser, et ainsi jusqu’au plus profond de l’obscurité. »
(Kafka, cité par Mauriac)
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Vous connaissez le refrain : Ego te ebsolvo...
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
groseille

Message par groseille »

Bonjour à tous
Quelqu'un sait-il quel mode doit-on mettre après "il n'y a pas que"?
Ma phrase ressemble à ça "il n'y a pas que les filles qui soient folles de lui, les garçons aussi..."
J'hésite entre "soient" et "sont". Sur internet, il ne semble pas y avoir de règle établie à propos de cette tournure, je me tourne donc vers vous.
Je remercie d'avance la personne qui voudra bien me répondre.
Avatar de l’utilisateur
TSOS
Messages : 519
Inscription : ven. 04 févr. 2011, 13:22
Localisation : Duché de Bretagne / Nordrhein Westfalen /S'la,sk

Message par TSOS »

J'utiliserais le subjonctif.
Attendons les réactions des autres...
groseille

Message par groseille »

J'utiliserais plutôt l'indicatif. Diriez-vous :
"Il n'y a que les initiés qui savent s'y prendre" ou bien :
"Il n'y a que les initiés qui sachent s'y prendre" ? La première version me semble la bonne, mais je dois avouer humblement que je ne connais pas la règle qui s'applique.
C'est encore plus net, je trouve, avec le verbe aller :
"Il n'y a que les passionnés qui vont se baigner à cette date" sonne mieux que
"Il n'y a que les passionnés qui aillent se baigner à cette date", non ?
Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4472
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert »

C'est sans conteste le subjonctif qu'il faut utiliser.
Grévisse a écrit :Le verbe de la relative se met au subjonctif... quand la relative restreint une proposition principale négative (de forme ou de sens), dubitative, interrogative ou conditionnelle : Rien qui vaille ; il y a peu d'hommes qui soient contents de leur sort ; il n'y avait pas jusqu'aux domestiques qui ne montrassent un zèle inusité à me servir...
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Je partage l'avis de JAA. THéoriquement les deux seraient grammaticalement acceptables, mais dans l'usage soigné on emploie toujours le subjonctif.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 9173
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude »

Tant pis pour moi ! Je n'ai pas un langage soigné car dans tous ces exemples c'est l'indicatif que je ressens.
Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4472
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert »

Pourtant, Claude, sans être de Dijon, vous connaissez l'argument d'une fameuse moutarde...
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Soyons francs : j'ai dit dans la langue soignée ; mais dans le langage courant, nous employons plus volontiers l'indicatif.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Répondre