Jeu des nombreux préfixes

Pour les sujets qui ne concernent pas les autres catégories, ou en impliquent plus d’une
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » lun. 28 janv. 2013, 12:34

Il y a aussi un double sens avec le verbe louer, qui signifie en même temps donner ou prendre en location. Hôte désigne à la fois celui qui reçoit et celui qui est reçu.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Klausinski
Messages : 1293
Inscription : mar. 12 déc. 2006, 23:54
Localisation : Aude

Message par Klausinski » lun. 28 janv. 2013, 15:01

Anne a écrit :Et que dire des différents sens d'appréhender ?

1 : Arrêter quelqu'un
2 : Craindre, redouter
3 : Saisir par l'esprit, comprendre

Dans les sens n° 1 et n° 3, on retrouve le sens du mot latin apprehendere (prendre, saisir, attraper), mais je me demande par quel glissement on a pu arriver au sens n° 2.
D'après ce que j'ai pu lire, le glissement se serait plutôt opéré du sens numéro 3 au sens numéro 2. Le mot se serait en quelque sorte spécialisé. Alors qu'on pouvait au départ tout appréhender, même des choses heureuses, il s'est très tôt employé exclusivement pour les choses qui inquiètent. Est-ce parce que des exemples fameux d'emplois en mauvaise part ont marqué les esprits ? Il est difficile de comprendre comment un mot se spécialise. Pourquoi ne peut-on (presque) plus employer « à cause » pour désigner une raison heureuse ? Est-ce à cause de l'existence de « grâce à », auquel on l'a opposé ?
« J’écris autrement que je ne parle, je parle autrement que je ne pense, je pense autrement que je ne devrais penser, et ainsi jusqu’au plus profond de l’obscurité. »
(Kafka, cité par Mauriac)

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » lun. 28 janv. 2013, 15:52

Appréhender est un doublet savant d'apprendre, les deux venant du latin apprehendere « saisir ».
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Klausinski
Messages : 1293
Inscription : mar. 12 déc. 2006, 23:54
Localisation : Aude

Message par Klausinski » lun. 28 janv. 2013, 18:16

Hippocampe a écrit :Je pense à mettre:

démettre
admettre
remettre
commettre
soumettre
omettre
promettre
compromettre ?

Les mêmes avec le préfixe re avant l'autre préfixe:
redémettre, recommettre, reremettre, rereremettre...
"remettre" compte mais pas les autres à moins qu'ils n'apportent un sens nouveau.
La plupart de ces verbes font des noms en « mission » : « démission », « admission », « rémission », « commission », etc. Parmi ceux que vous citez, seul « promettre » contrevient à la règle en faisant  « promesse ». On peut aussi remarquer que les noms sont plus spécialisés que les verbes. La soumission est quasiment toujours l'action de se soumettre, la rémission celle de se remettre, et non de remettre quelque chose. L'admission a également un sens plus étroit que le verbe admettre.
Des formes que vous citez, on peut encore tirer deux noms : un compromis et un commis.
« J’écris autrement que je ne parle, je parle autrement que je ne pense, je pense autrement que je ne devrais penser, et ainsi jusqu’au plus profond de l’obscurité. »
(Kafka, cité par Mauriac)

Hippocampe
Messages : 752
Inscription : dim. 17 avr. 2011, 18:15

Message par Hippocampe » lun. 28 janv. 2013, 18:27

"On peut aussi remarquer que les noms sont plus spécialisés que les verbes. La soumission est quasiment toujours l'action de se soumettre".

Judicieux et curieux!

Répondre