Citations et extraits

Leclerc92
Messages : 1917
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Message par Leclerc92 » ven. 20 avr. 2018, 11:41

abgech a écrit :Le terme pinte désigne, dans le canton de Vaud, un endroit où l'on prend cet apéritif, l'équivalent d'un bistrot. Cela n'a rien à voir avec l'unité de mesure des volumes.
Je ne suis pas sûr que cela n'ait rien à voir ! En tout cas, l'helvétisme est dûment enregistré dans le TLFi et est attesté dans ce sens dès 1681 :
http://www.cnrtl.fr/definition/pinte

André (G., R.)
Messages : 6709
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » ven. 20 avr. 2018, 12:46

abgech a écrit : Les verres sont petits, mais rien n'empêche de les utiliser à plusieurs reprises.
:lol: :lol: :lol:

André (G., R.)
Messages : 6709
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » ven. 20 avr. 2018, 12:55

Leclerc92 a écrit :
abgech a écrit :Le terme pinte désigne, dans le canton de Vaud, un endroit où l'on prend cet apéritif, l'équivalent d'un bistrot. Cela n'a rien à voir avec l'unité de mesure des volumes.
Je ne suis pas sûr que cela n'ait rien à voir ! En tout cas, l'helvétisme est dûment enregistré dans le TLFi et est attesté dans ce sens dès 1681 :
http://www.cnrtl.fr/definition/pinte
Le TLFi est lui-même conforme sur ce point au Robert DHLF :
PINTE [...] Le sens de «cabaret» (1681) est un helvétisme qui s'explique par un développement métonymique.
On pourrait être passé de tournures comme « aller boire une pinte » à « aller à la pinte ».

Leclerc92
Messages : 1917
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Message par Leclerc92 » ven. 20 avr. 2018, 13:27

Le TLFi est lui-même conforme sur ce point au Robert DHLF
Je dirais même plutôt que le DHLF est conforme au TLFI, ce dont s'est souvent plaint un des rédacteurs du TLFi, navré de voir que le second dictionnaire avait généralement repris sans vergogne les éléments originaux essentiels du premier (notamment les datations).

André (G., R.)
Messages : 6709
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » ven. 20 avr. 2018, 14:48

Je suis bien incapable d'en juger.

Deux faits, toutefois :
• Alain REY a participé à l’équipe à l’origine de la création du TLFi,
• le Dictionnaire historique de la langue française est publié sous la direction du même Alain REY.

Je trouve donc curieux qu'un rédacteur du TLFi se plaigne ainsi.

Leclerc92
Messages : 1917
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Message par Leclerc92 » ven. 20 avr. 2018, 18:58

La collaboration d'Alain Rey au TLF, dont je ne connais pas l'exacte nature, s'est terminée en 1977, c'est-à-dire au tout début de l'aventure (5e tome du TLF), bien avant le TLFi.

André (G., R.)
Messages : 6709
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » ven. 20 avr. 2018, 20:56

Quoi qu'il en soit, on peut souhaiter en savoir plus sur ces bisbilles entre le TLFi et Alain REY !

André (G., R.)
Messages : 6709
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » lun. 07 mai 2018, 9:39

André (G., R.) a écrit :Je commence l'enregistrement du Théâtre de Slávek, d'Anne DELAFLOTTE MEHDEVI, de qui je n'avais jamais entendu parler il y a une semaine. Son style me plaît bien : Entre deux explorations que je faisais avec lui*, avaient poussé à ce palais, à cette église amendée de la mode du jour, des statues de Titans, des mourants contorsionnés, des vierges pâmées, des anges. D'éteinte, austère, Prague** se relevait d'un sommeil qui avait duré cent ans, se parait de dorures, de couleurs. Ma ville revenait au monde juste comme je venais d'y entrer. Garçon choyé et présomptueux, je croyais que tout ce théâtre, c'était pour moi.

* Le père du narrateur.
** Au XVIIIe siècle.
L'enregistrement est terminé. Je crois pouvoir recommander ce livre, mais je souhaite aussi nuancer mon précédent jugement.
Le style est alerte, l'intérêt généralement soutenu, les personnages se distinguent bien à l'esprit du lecteur, les éléments factuels m'ont paru vraisemblables.
Mais : quand bien même l'action se déroule à l'époque des Lumières, la volonté de l'auteure de promouvoir des valeurs du vingt-et-unième siècle transparaît trop à mon goût.
Et la syntaxe laisse un peu à désirer, dans des tournures comme (approximativement) « Certains d'entre nous avons... », « se rappeler de quelque chose », « ce qu'il te plaît »...

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7059
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » lun. 07 mai 2018, 10:12

Vaillamment je corrige :
- certains d'entre nous ont...
- se rappeler de quelque chose,
- ce qui te plaît...
8)
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

André (G., R.)
Messages : 6709
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » lun. 07 mai 2018, 11:19

À cœur... vaillant, rien d'impossible !

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7059
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » lun. 07 mai 2018, 11:29

Dans ma jeunesse j'étais abonné à « Cœurs vaillants ».
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)

Leclerc92
Messages : 1917
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Message par Leclerc92 » lun. 07 mai 2018, 12:04

Nous faisons bien sûr confiance à André, mais il va de soi qu'il faudrait avoir le contexte pour mieux se prononcer.

1) Certains d'entre nous avons est possible, quoique plus rare que Certains d'entre nous ont.
Toutefois, lorsque le complément du sujet est le pronom nous, il est possible, mais moins courant, d’accorder le verbe à la première personne du pluriel, notamment pour insister sur le fait que la personne qui parle ou écrit s’inclut dans le groupe.
http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=4819
https://forum.wordreference.com/threads ... 001/?hl=fr

2) Je me rappelle de délicieux pains d'épice, entre autres friandises que nous faisait notre grand-mère.
Cette phrase est correcte si "de" est l'article indéfini et non la préposition. Je ne la recommande toutefois pas, parce qu'elle peut prêter à confusion.

3) Ce qu'il te plaît de faire maintenant, est-ce lire tranquillement ou aller te promener ?
Phrase tout à fait correcte.

On va encore dire que j'ai l'esprit de contradiction ! :oops: Ou le souci de la précision. :wink:

André (G., R.)
Messages : 6709
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » lun. 07 mai 2018, 13:13

• Vous avez, je crois, l'esprit de contradiction à propos de « se rappeler », le complément que je lui ai attribué, « quelque chose », ne présentant pas la moindre ambiguïté et ne pouvant être introduit qu'erronément par « de ». Je voudrais d'ailleurs rappeler que « de » est une préposition dans « se rappeler de quelque chose » (incorrect) et un article partitif dans « se rappeler de délicieux pains d'épice » (correct).
• Vous manifestez, me semble-t-il, un souci justifié de précision à propos de « ce qu'il te plaît », pour lequel j'aurais pu expliquer que, dans les phrases que j'avais à l'esprit, il n'était pas suivi d'un infinitif, comme dans « ce qu'il te plaît de faire », parfaitement correct.
• Je ne vous trouve pas assez critique à propos de « certains d'entre nous » suivi d'un verbe à la première personne du pluriel. Constater, comme le fait l'Office québécois, que certains utilisent cette première personne, est à la portée de tous...

Leclerc92
Messages : 1917
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Message par Leclerc92 » lun. 07 mai 2018, 13:36

André (G., R.) a écrit :• Vous avez, je crois, l'esprit de contradiction à propos de « se rappeler », le complément que je lui ai attribué, « quelque chose », ne présentant pas la moindre ambiguïté et ne pouvant être introduit qu'erronément par « de ». Je voudrais d'ailleurs rappeler que « de » est une préposition dans « se rappeler de quelque chose » (incorrect) et un article partitif dans « se rappeler de délicieux pains d'épice » (correct).
Article partitif, vous êtes sûr ? Pour moi, c'est un article indéfini pluriel. Il me semble que j'arrive à compter les pains d'épice !

• Je ne vous trouve pas assez critique à propos de « certains d'entre nous » suivi d'un verbe à la première personne du pluriel. Constater, comme le fait l'Office québécois, que certains utilisent cette première personne, est à la portée de tous...
Oui, je ne suis pas très original, je sais, et me contente volontiers des points de vue raisonnables clairement exprimés par d'autres ! La position de la BDL me plaît assez. C'est d'ailleurs la même que celle qui a été déjà donnée ici :
viewtopic.php?t=4909

André (G., R.)
Messages : 6709
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » lun. 07 mai 2018, 14:36

Leclerc92 a écrit :
André (G., R.) a écrit :• Vous avez, je crois, l'esprit de contradiction à propos de « se rappeler », le complément que je lui ai attribué, « quelque chose », ne présentant pas la moindre ambiguïté et ne pouvant être introduit qu'erronément par « de ». Je voudrais d'ailleurs rappeler que « de » est une préposition dans « se rappeler de quelque chose » (incorrect) et un article partitif dans « se rappeler de délicieux pains d'épice » (correct).
Article partitif, vous êtes sûr ? Pour moi, c'est un article indéfini pluriel. Il me semble que j'arrive à compter les pains d'épice !
La formulation ne me permet pas de savoir de combien de pains d'épices on parle ! Mais vous avez raison : si « de » était réellement partitif, la phrase signifierait que l'on mange une partie de chaque pain d'épice. J'ai écrit trop rapidement « partitif ».

Répondre