Le futur dans le passé

André (G., R.)
Messages : 6460
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » sam. 17 mars 2018, 10:38

C'est exactement cela : on a besoin du contexte.

Je suppose que l'anglais dit to take* the control, mais suis bien incapable de juger de la mesure dans laquelle cette langue a joué un rôle dans l'apparition de « prendre le contrôle ». Pour deux raisons, toutefois, j'accepte cette expression : elle me semble trop intégrée pour qu'on puisse essayer de la déloger et d'autres tournures, comme « perdre le contrôle », « avoir le contrôle », « exercer un contrôle », « échapper au contrôle » me paraissent lui conférer une certaine légitimité.
Savez-vous si « perdre le contrôle » devrait aussi quelque chose à l'anglais ?

* J'avais d'abord écrit keep, sans bien savoir pourquoi.
Dernière modification par André (G., R.) le sam. 17 mars 2018, 13:09, modifié 1 fois.
« Personne n'a jamais douté de l'homonymie d'heure et heurt » : celui qui conclut ainsi un échange qu'il a lancé, en parlant sans restriction du « paronyme heurt » d'« heure », MENT et MÉPRISE son interlocuteur.

Leclerc92
Messages : 1826
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Message par Leclerc92 » sam. 17 mars 2018, 12:48

to take control of (ou to take control over...) : prendre le contrôle
to lose control : perdre le contrôle

Sur "contrôle", voir ces fils anciens :
viewtopic.php?p=50217#p50217
viewtopic.php?p=50082#p50082
ainsi qu'un avis de l'Académie :
http://www.academie-francaise.fr/contro ... tre-maitre
ce qui n'a pas empêché que la dernière édition du Dictionnaire intègre des expressions que l'Académie aurait jadis condamnées. Mais c'est probablement inéluctable.

André (G., R.)
Messages : 6460
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » sam. 17 mars 2018, 13:12

Merci. L'influence de l'anglais en la matière est visiblement supérieure à ce que j'imaginais.
« Personne n'a jamais douté de l'homonymie d'heure et heurt » : celui qui conclut ainsi un échange qu'il a lancé, en parlant sans restriction du « paronyme heurt » d'« heure », MENT et MÉPRISE son interlocuteur.

André (G., R.)
Messages : 6460
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » dim. 18 mars 2018, 8:38

Leclerc92 a écrit :Le contexte suffisamment clair ne m'a permis de voir que la première interprétation en lisant la phrase la première fois, mais oui, cette ambiguïté peut exister.
Je me rends compte que, bien qu'en ayant eu l'intention, je n'ai pas indiqué une manière simple d'éviter l'ambiguïté : Le ministre de la Justice, Koen Geens, a indiqué que le bâtiment abriterait dorénavant les bureaux de l'Exécutif des musulmans de Belgique...
« Personne n'a jamais douté de l'homonymie d'heure et heurt » : celui qui conclut ainsi un échange qu'il a lancé, en parlant sans restriction du « paronyme heurt » d'« heure », MENT et MÉPRISE son interlocuteur.

André (G., R.)
Messages : 6460
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Une nouvelle Première Guerre mondiale à venir ?

Message par André (G., R.) » mar. 09 oct. 2018, 14:12

Dans un journal, ce commentaire d'une photo de danseurs : Durant la Première Guerre mondiale, le statut social des femmes deviendra plus important. Le Cercle répète intensément une évocation artistique sur ce thème (Le gras m'est dû).
Je me demande aussi si un statut social peut être « important ».
« Personne n'a jamais douté de l'homonymie d'heure et heurt » : celui qui conclut ainsi un échange qu'il a lancé, en parlant sans restriction du « paronyme heurt » d'« heure », MENT et MÉPRISE son interlocuteur.

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7521
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » mer. 10 oct. 2018, 7:39

Ce futur peut avoir sa place dans un récit. Mais si la phrase est isolée...

Pour le reste, il me semble qu'on entend 'position dans la société", "situation", "rôle" par "statut social". En conséquence "important" devrait pouvoir le qualifier.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

André (G., R.)
Messages : 6460
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » mer. 10 oct. 2018, 9:30

Perkele a écrit :Ce futur peut avoir sa place dans un récit.
Pour moi, uniquement si ce récit est au présent historique et que l'on veuille annoncer un événement plus tardif :
À partir de 1990 Monique supporte de moins en moins bien sa famille : en 1992 elle quittera ses proches définitivement.

Si le récit utilise un temps du passé, un événement à venir doit être annoncé au conditionnel ou avec les semi-auxiliaires aller ou devoir à l'imparfait, eux-mêmes suivis de l'infinitif du verbe concernant l'événement à venir :
À partir de 1990, Monique supporta de moins en moins bien sa famille : en 1992, elle quitterait ses proches définitivement.
À partir de 1990, Monique supporta de moins en moins bien sa famille : en 1992, elle devait quitter ses proches définitivement.
À partir de 1990, Monique supporta de moins en moins bien sa famille : en 1992, elle allait quitter ses proches définitivement.
La phrase au futur, dans le journal, n'est pas précédée d'un présent historique.
Je ne vois plus un autre fil où ce sujet précis avait été traité.
Perkele a écrit :Pour le reste, il me semble qu'on entend 'position dans la société", "situation", "rôle" par "statut social". En conséquence "important" devrait pouvoir le qualifier.
D'accord, je cherche probablement trop la petite bête !
« Personne n'a jamais douté de l'homonymie d'heure et heurt » : celui qui conclut ainsi un échange qu'il a lancé, en parlant sans restriction du « paronyme heurt » d'« heure », MENT et MÉPRISE son interlocuteur.

Répondre