Accord participe passé verbe pronominal sans COD

Répondre
Mickaël
Messages : 40
Inscription : mer. 02 juil. 2008, 13:54

Accord participe passé verbe pronominal sans COD

Message par Mickaël »

Comment écrivez-vous :
"elles se sont heurté (ou ées) à un mur"
Amon avis, la règle est la suivante : dans le cas d'un verbe pronominal sans complément d'objet direct, le participe passé est invariable. Donc on écrira : elles se sont heurté (é).
Est-ce exact ?

Merci de vos réponses et commentaires
Mickaël
Avatar de l’utilisateur
Marco
Messages : 1038
Inscription : jeu. 09 juin 2005, 23:36

Message par Marco »

Bonjour Mickaël. Dans la phrase que vous proposez, le participe s’accorde : Elles se sont heurtées (à un mur). Vous pouvez lire ma méthode ici. :D
Invité

Message par Invité »

Bonjour Mickaël,
En fait, il y a un complément d'objet direct : elles ont heurtées qui ? elles-mêmes.
J'en arrive donc à la même conclusion que Marco : "heurtées"
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 9712
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Re: Accord participe passé verbe pronominal sans COD

Message par Perkele »

Mickaël a écrit : dans le cas d'un verbe pronominal sans complément d'objet direct, le participe passé est invariable.
Pour ma part, je m'y prend de cette façon :

Je regarde la fonction du pronom réfléchi (qui, précisément, n'est pas toujours réfléchi... :? ).


=> si le pronom réfléchi est COD (ce qui est le cas de tous les verbes essentiellement pronominaux) = accord sujet.

Elle se sont absentées ; elles se sont heurtées


=> si le pronom réfléchi est COI = accord COD si placé avant ; si placé après ou pas de COD (verbes intransitifs) = pas d'accord

Elles se sont lavées (placé avant) ; elles se sont lavé les mains (après)

Ils se sont succedé à ce poste. (pas de COD)



=> si le pronom réfélchi n'est ni COD ni COI = accord sujet.

Elle s'est saisie de son manteau.
Dernière modification par Perkele le ven. 30 janv. 2009, 9:58, modifié 2 fois.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
Avatar de l’utilisateur
Anne
Messages : 714
Inscription : ven. 23 janv. 2009, 13:41
Localisation : France

Message par Anne »

Et avec "se souvenir" ?

Elle s'est souvenu, ou souvenue ?
Avatar de l’utilisateur
Marco
Messages : 1038
Inscription : jeu. 09 juin 2005, 23:36

Message par Marco »

Ce n’est pas pour me vanter, mais tout de même, ma méthode a l’avantage d’une approche systématique, et au point 2, lorsqu’on se demande « le verbe existe-t-il uniquement avec ‘se’ ? », la réponse donne une certitude. Il n’existe pas de verbe « souvenir » sans ‘se’, donc accord avec le sujet : Elle s’est souvenue, Elles se sont souvenues.
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 9712
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele »

Chacun se trouve plus à l'aise avec ses habitudes... :wink:
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 9712
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele »

Anne a écrit :Et avec "se souvenir" ?

Elle s'est souvenu, ou souvenue ?
Certes... j'ai dit une grosse bêtise en précisant que pour tous les verbes essentiellement pronominaux le pronom était COD... :oops:

J'ai tenté de le corriger, mais la fonction "barré" (...) est inopérante. :?
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Il y a quand même quelque chose qui me chagrine dans les exceptions, avec quelques verbes, notamment plaire, déplaire, complaire. Quand on dit ils se sont plu (l'un à l'autre), il y a réciprocité donc COI. Mais je ne comprends pas pourquoi on écrit ils se sont plu dans cette maison, ou déplu ; ils se sont complu dans cette situation.
On écrit bien ils se sont amusés dans cette maison, ils s'y sont ennuyés, et la construction est la même.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Invité

Message par Invité »

Avec mes faibles connaissances par rapport à celles des administrateurs, je me permets cependant d'exprimer mon idée.
On plaît à quelqu'un (coi) mais on amuse quelqu'un (cod) ; donc ils se sont plu et ils se sont amusés.
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Ce n'est pas ce cas que je cite dans mon message, et j'ai distingué les deux : ils se sont plu l'un à l'autre (COI) ; mes amis se sont plu dans cette maison (ils s'y sentaient bien) ; il n'y a pas de réciprocité et pas de COI.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
codrila

Message par codrila »

Dans l'un et l'autre cas, le verbe plaire est intransitif , le pronom complèment n'est donc pas un cod .

Elle s'est regardée dans un miroir et s'est plu ( à elle -même) . Le participe passé reste invariable . Pourquoi vouloir l'accorder?
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Il semble que ma question n'ait pas été bien interprétée ; j'ai expliqué à deux reprises : elle s'est plu en se regardant = elle a plu à elle-même, COI je suis d'accord. J'insiste une fois encore, c'est l'autre version qui me laisse sceptique : elle s'est plu dans cette maison. Il n'est pas question de plaire à elle-même, mais de se trouver bien dans la maison, ce n'est plus un verbe réfléchi. C'est la même construction que elle s'est amusée dans cette maison.
Pourquoi accorder amusée et pas plu(e) ?
Idem avec ils se sont amusés à nous contrarier – ils se sont plu à nous contrarier.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Invité

Message par Invité »

Il semble que ma question n'ait pas été bien interprétée ; j'ai expliqué à deux reprises
D'où le proverbe : jamais deux sans trois :lol: Et la troisième est la bonne!

Dire que ces adultes s'escriment à convaincre les élèves de lire les textes, énoncés, bref les écrits, avec attention :wink: Feraient mieux de balayer...

Les grammaires ne donnent guère d'explication à ces quatre verbes classés comme exceptions : c'est ainsi, point c'est tout , à appliquer...

Grevisse , pourtant, semble aller dans votre sens. Il note , dans la dernière édition:
Il y a dans l'usage une tendance à accorder plu , complu, déplu,comme le participe des autres pronominaux subjectifs :

- Chez tous elle s'était plue à éveiller l'amour ( Maurois)
-Elle ne s'y était complue que comme à un pis-aller ( Mauriac)
Suit une liste d'autres exemples pris dans la littérature.
Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Décédé le 29 mai 2015, il était l'âme du forum

Message par Jacques »

Ce qui voudrait bien dire qu'il y a une anomalie dans cette invariabilité qui porte sur une forme non réciproque ou réfléchie.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).
Répondre