Précision de la langue française

Pour les sujets qui ne concernent pas les autres catégories, ou en impliquent plus d’une
Répondre
Pautard
Messages : 142
Inscription : dim. 25 sept. 2011, 18:37
Localisation : Saint-Maur-des-Fossés (France)

Précision de la langue française

Message par Pautard » ven. 08 nov. 2013, 19:54

Bonjour,

Le français est une langue réputée précise, et c'est sans doute la raison pour laquelle il a été retenu comme langue officielle et langue de travail des Nations unies à la conférence de San Francisco en 1945, en même temps que l'anglais (grâce aussi à la vigilance du général de Gaulle).

Mais je me demande quelquefois quelles sont les raisons pour lesquelles le français est une langue précise. Est-ce à cause des prépositions (qui précisent les relations entre les noms, ce que connaît peu l'anglais), le nombre important de modes et de temps, la richesse des locutions de toutes sortes, la précision du sens des mots... ?
La véritable école du commandement est la culture générale (Charles de Gaulle).

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7717
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » ven. 08 nov. 2013, 20:05

J'ai toujours pensé que c'était pour la précision du vocabulaire, mais je n'ai aucune référence à fournir.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Avatar de l’utilisateur
Islwyn
Messages : 1492
Inscription : sam. 16 févr. 2013, 12:09
Localisation : Royaume-Uni (décédé le 9 mars 2018)

Message par Islwyn » ven. 08 nov. 2013, 20:42

Antoine de Rivarol en parle longuement, p. ex. « Dégagée de tous les protocoles que la bassesse invente pour la vanité et le pouvoir, elle en est plus faite pour la conversation, lien des hommes et charme de tous les âges, et puisqu’il faut le dire, elle est de toutes les langues la seule qui ait une probité attachée à son génie. Sûre, sociale, raisonnable, ce n’est plus la langue française, c’est la langue humaine. »
http://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_de_Rivarol
Mais il y a beaucoup plus à en dire...
Quantum mutatus ab illo

André (G., R.)
Messages : 7202
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) » ven. 08 nov. 2013, 20:50

Une analyse scientifique est-elle possible en la matière ? J'en doute. Mais un exemple qui semble avéré va dans le sens d'une plus grande précision du français par rapport à l'anglais : un passage de la résolution 242 du Conseil de Sécurité des Nations unies prévoyant un "retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés au cours du récent conflit" (1967) ; le texte anglais comporte "from occupied territories" (de territoires occupés). On dit que les Arabes ne se réfèrent qu'au texte français, qui concerne tous les territoires occupés, tandis que les Israéliens s'en tiennent à la phrase anglaise, qui leur permet éventuellement de se maintenir dans certains territoires.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » ven. 08 nov. 2013, 21:46

Ne pourrait-on voir aussi un souci de précision dans les nuances qu'expriment les règles du participe passé, nuances qui veulent envisager les différentes situations possibles et appliquer à chacune d'elles un accord adapté ? La complexité de l'emploi des majuscules ne démontre-t-elle pas ce même souci ?
Vaugelas et ses confrères ont ainsi forgé un état d'esprit qui veut pousser la logique de la précision en analysant chaque situation grammaticale jusqu'à une sorte de quintessence.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

Pautard
Messages : 142
Inscription : dim. 25 sept. 2011, 18:37
Localisation : Saint-Maur-des-Fossés (France)

Message par Pautard » sam. 09 nov. 2013, 7:45

Concernant le respect des règles de l'accord du participe passé et de l'emploi des majuscules, je constate tous les jours dans Wikipédia beaucoup de relâchement, ce qui m'a valu de faire quelques milliers (dizaines de milliers ?) de corrections.

Le nom de Vaugelas que vous avez cité, Jacques, m'a donné des idées de mots clés pour mes recherches avec Google, et je suis tombé assez rapidement sur cet article de Wikipédia :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Doctrine_de_Malherbe

Malherbe, avant Vaugelas et la création de l'Académie française, serait l'une des premières personnalités à avoir réformé la langue française.

Cela vous inspire-t-il des pistes de réflexion ?
La véritable école du commandement est la culture générale (Charles de Gaulle).

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » sam. 09 nov. 2013, 8:18

Vous rendez justice à Malherbe, car on cite généralement Vaugelas comme précurseur.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

jarnicoton
Messages : 688
Inscription : mar. 11 sept. 2012, 9:16

Message par jarnicoton » sam. 09 nov. 2013, 10:04

L'anglais, par sa simplicité, sa concision, s'avère à l'usage assez propre aux ambiguïtés. Le français l'est moins, mais s'y prête aussi. Je croyais le latin protégé, par sa complexité grammaticale et ses déclinaisons, jusqu'à ce que je rencontre des contre-exemples. Pour finir, il n'y a que ma très modeste expérience de l'allemand qui ne m'a pas laissé l'impression occasionnelle de flou.

Avatar de l’utilisateur
Manni-Gédéon
Messages : 1217
Inscription : lun. 12 avr. 2010, 14:35
Localisation : Genève (CH)

Message par Manni-Gédéon » dim. 10 nov. 2013, 20:34

Perkele a écrit :J'ai toujours pensé que c'était pour la précision du vocabulaire, mais je n'ai aucune référence à fournir.
Moi aussi : il me semble qu'en français, on a plus de synonymes (avec des nuances différentes) que dans d'autres langues.
L'erreur ne devient pas vérité parce qu'elle se propage et se multiplie ; la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit.
Gandhi, La Jeune Inde

Avatar de l’utilisateur
angeloï
Messages : 450
Inscription : jeu. 19 juil. 2007, 8:35

Message par angeloï » ven. 15 nov. 2013, 17:56

Je ne sais pas si vous savez que la langue chinoise n'a pas de conjugaisons, pas de genres et pas de marques de singulier ou pluriel. Cela fait de cette langue un outil très imprécis. Je pense que pour le français, c'est la combinaison des nuances de temps, modes, aspects, plus un vocabulaire qui va à l'essentiel qui fait l'avantage de cette langue. En français, on a un petit nombre de verbes pour exprimer l'action dans ce qu'elle a d'essentiel. D'autres langues se perdent en nuances pour dire que l'on monte en courant plutôt qu'en volant, etc. En français on dit "monter", "descendre" et c'est fini. Cela est aussi une facilité pour l'apprentissage.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » ven. 15 nov. 2013, 18:35

Je m'étais un petit peu intéressé au chinois, j'ai ainsi appris que les verbes n'existent qu'à l'infinitif, et que pour dire Demain j'irai à Bordeaux cela donne moi demain Bordeaux aller, ce qui est évidemment succinct.
Pourtant les Chinois arrivent à s'en tirer.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

Koutan
Messages : 539
Inscription : lun. 17 juin 2013, 12:07

Message par Koutan » ven. 15 nov. 2013, 18:52

La langue chinoise, si elle ne comporte que du vocabulaire, doit être réputée simple à apprendre, par rapport à d'autres ? Son écriture, non, à priori !

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » ven. 15 nov. 2013, 18:58

Koutan a écrit :La langue chinoise, si elle ne comporte que du vocabulaire, doit être réputée simple à apprendre, par rapport à d'autres ? Son écriture, non, à priori !
Il n'y a pas que l'écriture, mais la prononciation car les mots peuvent se dire sur cinq tons avec des sens totalement différents suivant la note. Ce n'est pas propre au chinois : une amie laotienne m'avait expliqué que ma se disait sur trois tons différents et avec des significations totalement étrangères les unes aux autres.
Ne nous plaignons pas de nos accords de participe, chaque langue a ses difficultés.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Ernest de la Coquecigrue
Messages : 135
Inscription : mer. 30 oct. 2013, 11:57

Message par Ernest de la Coquecigrue » ven. 15 nov. 2013, 19:28

On peut même souligner que la plupart des langues du monde sont tonales. Cela semble souvent surprenant pour un Européen, ce procédé étant très rare au sein des langues indo-européennes.

La langue des Dong de Chine compte même une douzaine de tons différents !

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » ven. 15 nov. 2013, 19:35

Il doit falloir une sacrée oreille pour arriver à distinguer ces tons.
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul (MONTAIGNE).

Répondre